12 juin 2013

XBOX 360 : The Chronicles of Riddick - Assault on Dark Athena


2000. Pitch Black, un film petit budget fait sensation au cinéma essentiellement grâce à son anti-héros, véritable machine à tuer, intelligent, ironique et cynique au possible et capable de voir dans le noir, coincé sur une planète remplie d’aliens très hostiles. Vin Diesel fait sensation dans le rôle du héros : Riddick.

2004. Riddick revient au cinéma dans un film d’action musclé et bourré d’effets spéciaux. Au même moment, le jeu vidéo The Chronicles of Riddick : Escape From Butcher Bay sort sur PC et XBOX. Ce jeu permettait de vivre le prélude à Pitch Black et a étonné par ses qualités graphiques et ludiques.

2009. Riddick revient une fois de plus sur nos consoles.

2013. Riddick reviendra au cinéma ... mais restont un peu sur ce jeu sorti en 2009.


Peur du noir?

The Chronicles of Riddick : Assault on Dark Athena est un FPS mâtiné d’infiltration dans lequel vous prenez le contrôle de Riddick, tueur dans l’âme mais pas juste une brute sans cervelle. Si le premier Chroniques Of Riddick nous invitait à fuir la prison de Butcher Bay – et accessoirement à apprendre comment Riddick s’est fait poser ses yeux pour voir dans le noir, Assault On Dark Athena vous fera lutter pour rester en vie. Votre vaisseau se fait arraisonner par des pirates de l’espace qui ont pour fâcheuse manie de transformer les prisonniers en drones contrôlable à distance. Riddick, comme à son habitude, réussit néanmoins à s’échapper et va tout faire pour se sortir de cette situation. Vous verrez vite tout l’intérêt qu’une gaine de ventilation ou qu’un égout peut avoir. En effet, vous passerez une grande partie du jeu en rampant d’une cachette à une autre pour échapper au regard d’un garde ou d’une caméra de surveillance. On est loin d’un Metal Gear Solid mais on reste un peu dans le genre.

 

Marche à l’ombre.

Rester dans l’ombre et marcher silencieusement, tel est le mode de déplacement privilégié de Riddick. Passer derrière les gardes pour les réduire au silence est vital. Riddick (en tout cas au début du jeu) résiste assez mal aux gunfights en tout genre. Et c’est là que les yeux «modifiés» de Riddick prennent toute leur importance. Voir dans le noir comme en plein jour devient un atout majeur. Il faudra par contre se méfier de la moindre source de lumière (à détruire rapidement pour plonger la pièce dans l’obscurité) et des torches des gardes. A partir du milieu de jeu, on change assez radicalement et les gunfights deviennent plus récurent. Les environnements aussi d’ailleurs. On passe du vaisseau Dark Athena à une planète sous l’assaut des pirates. Bienvenue dans les égouts, les villages et falaises abruptes. Vous rencontrerez la résistance locale et devrez tout faire pour remonter à bord du Dark Athena histoire de zigouiller sa propriétaire et accessoirement de libérer des prisonniers.

Retour vers le futur.

Si techniquement le jeu a bien profité des capacités techniques de la XBOX 360 pour les graphismes, ce n’est pas non plus vraiment transcendant. Heureusement que la partie du jeu sur la planète offre un vrai changement de décors. Le système de jeu reste totalement identique à son prédécesseur (Escape From Butcher Bay) et la durée de vie du jeu est assez courte. Comptez une bonne dizaine d’heures pour terminer l’aventure, un peu plus si vous voulez trouver tous les bonus du jeu. On dira d’un premier abord que c’est assez léger. Mais, car il y a un mais, le gros point positif est de retrouver sur le même disque la campagne originale (Escape from Butcher Bay) en version remastérisée. Et là, c’est génial de revivre cette aventure qui, si elle se termine elle aussi en une dizaine d’heure, est beaucoup plus prenante qu’Assault On Dark Athena. On atteint au final une vingtaine d’heures de jeu et, cette fois, c’est beaucoup plus raisonnable. On regrettera quand même que la campagne originale du jeu soit beaucoup plus intéressante et immersive que la nouvelle mouture qui ressemble finalement plus à un add-on pas trop abouti qu’à un véritable jeu.

Du bon et du moins bon.

The Chronicles of Riddick : Assault on Dark Athena est un jeu plaisant et le fait de retrouver Escape From Butcher Bay sur le même disque en version remastérisée est un plus indéniable. Cependant, si vous aviez déjà joué à Escape From Butcher Bay, l’intérêt d’Assault on Dark Athena est plus que limité. Assault on Dark Athena aurait mérité un peu plus de travail sur le scénario (beaucoup moins fouillé que son prédécesseur), plus d’interaction avec des PNJ et plus de niveaux pour être véritablement attractif. Heureusement que le cynisme de Riddick renforce l’attrait envers le personnage principal et que la maniabilité est très correcte. Pas trop mal mais peut mieux faire.


Genre : FPSSous-genre : Science-Fiction
Jeu de référence (XBOX 360)Singularity (7/10)
Recherche graphique
Travail du scénario
Qualité des contrôles
Profondeur du gameplay
Qualité auditive (sons)
Level-design
Contenu/durée de vie
Ambiance
Appréciation globale
7/10