28 avril 2015

PLAYSTATION 2 : War Of The Monsters

Une fois de plus, la nostalgie m’a frappé en plein visage à la vitesse d’un TGV. War Of The Monsters m’a directement titillé rien qu’avec sa jaquette. Directement, cette image m’a fait penser à King Of Monsters, Rampage et Godzilla Defenser Of Earth. Autant dire que le jeu avait intérêt à être à la hauteur de mes espoirs. Et bien en fait … il l’a été.



Les films de série Z ont de beaux restes.

Vous vous souvenez d’Elvira, la maîtresse des ténèbres qui présentait tous les nanars de série Z ? Dites-vous que War Of the Monsters aurait largement pu être dans son émission. L’histoire nous est présentée dans un style vieux film en noir et blanc, entre Plan 9 from Outer Space ou La revanche des tomates tueuses avec la musique de l’époque. On y voit la terre envahie par des soucoupes volantes façon Mars Attack. Les scientifiques créent une arme pour les contrer ce qui fait s’écraser tous les vaisseaux aliens mais, pas de chance, ceux-ci laissent s’écouler une matière à fort pouvoir mutagène. Des monstres tous plus forts et plus étranges les uns que les autres vont apparaître et se combattre tandis que les envahisseurs aliens continuent de harceler notre pauvre planète bleue. A vous de prendre les commandes d’un des douze (oui, douze et pas dix … 2 monstres sont à débloquer) monstres possible et partir au combat. Il vaudra affronter des ennemis, souvent plusieurs à la fois, et des boss dantesques pour sauver notre belle planète. 


Que la destruction commence

War Of the Monsters est un jeu de combat à mobilité étendue. Par ceci, je veux dire que les combats ne sont pas sur une ligne imaginaire. Vous combattez dans d’énormes arènes où vous pouvez vous promener librement et pas seulement. Non content de la promenade, vous pouvez également grimper à tout immeuble ou édifice quel qu’il soit. Une tour, un immeuble, un volcan ? Banzaï, une petite grimpette et hop, vous êtes en haut. Le jeu est donc en 3D et les arènes de combats sont … hé bien elles sont plutôt pas mal. Elles sont de plusieurs tailles, variées, pleines de vie avec des véhicules qui passent, des hélicoptères et autres soucoupes volantes, des trains, des gens qui s’enfuient en hurlant et tout et tout. On a des environnements en bord de mer, d’autres en pleine ville, d’autres près des montagnes, d’autres sont carrément des centrales nucléaires voire un  vaisseau extra-terrestre. Et c’est sans compter le niveau final à la maison blanche. Les fans d’Independence Day vont pouvoir s’en donner à cœur joie et tout détruire en tout petits morceaux.


Simple … un peu trop peut-être.

Tout est destructible, c’est sûr, mais les morceaux peuvent être récupérés. En fait, il y a énormément de morceaux et autres objets qui sont directement utilisables dans le jeu. En tant qu’arme de poing pour augmenter la force de frappe ou en arme de jeu. Le mieux étant les  lances qui serviront à immobiliser temporairement un ennemi qui devra l’extraire avant de recommencer à bouger. Donc, c’est plutôt positif avec quelques objets qui ont une utilité spéciale lorsqu’ils sont lancés. Pour les monstres, les contrôles sont également très simples … trop je dirais. Deux boutons de coup,un pour bloquer,  un de saut et un pour attraper. En appuyant sur deux boutons à la fois, on lance une attaque spéciale au corps à corps ou à longue distance et c’est tout … voilà. Il y a quelques subtilités avec des combos très lights et le fait de n’avoir qu’un seul coup spécial en stock. En fait, une fois utilisé le coup spécial, il faudra aller chercher une orbe rouge pour en avoir de nouveau un en stock. Vous avez des orbes vertes et bleues qui rechargent un peu votre vie et votre énergie qui sont disséminées dans les niveaux et même cachés dans des bâtiments qu’il faudra détruire. A mon avis, c’est un peu trop léger et le jeu aurait fortement bénéficié de contrôles plus élaborés. Mais le vrai souci vient du système de ciblage des ennemis. Il faut appuyer sur L1 et R1 pour cibler l’ennemi automatiquement mais il faut surtout rester avec ces deux touches appuyées et c’est assez rébarbatif. Surtout que lorsque l’on combat contre deux, le ciblage ne fonctionne que sur le dernier ennemi touché … et là c’est la misère.


C’est parfois brouillon.

Le coup des combats à un contre plusieurs est un peu le point noir de War Of the Monsters car les ennemis vous attaquent comme des fous et, dès qu’il y a un peu de retour de force, courent chercher de la vie pour revenir encore plus forts. Je vous avoue avoir beaucoup ramé lors de mon premier combat contre deux ennemis mais une fois compris comment faire, c’était du tout cuit pour le reste des combats. En gros, le jeu n’est pas tellement difficile une fois les bonnes techniques (surtout le fait de parcourir les niveaux pour chercher les orbes de vie en cas de besoin). Il faut quelques heures pour faire le mode histoire d’un monstre ce qui reste raisonnable. Le boss sont un peu trop longs à battre même s’ils sont assez classes avec leurs transformations multiples et autres. Il y a aussi pas mal de mini-jeux ou autres costumes à débloquer pour les plus acharnés. En gros, je suis assez content de l’expérience surtout que je suis un gros fans des vieux films de série Z qui ont servis de base pour ce jeu et je pense que c’est un hommage vraiment réussi. Surtout que l’ambiance audio est dans le bon ton au niveau musical même si ça manque un peu de volume pour les bruitages. Mais dans l’ensemble, c’est du très bon.


Une expérience qui m’a convaincu.

Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas autant amusé dans un jeu vidéo.  War Of The Monsters est un petit coup de frais dans une production vidéo ludique saturée de jeux à suite et de jeux baclés. Il y a quelques problèmes de maniabilité, surtout pour la gestion du ciblage, mais en gros c’est une très bonne surprise que je me félicite d’avoir trouvé pour … 0.25 euros dans un magasin de seconde main. Comme quoi …



Appréciation globale
7/10