7 janvier 2014

XBOX 360 : The Darkness 2


J’ai vraiment bien aimé le premier Darkness. Je l’avais même assez bien noté car son univers était bien respecté et son ambiance valait vraiment l’investissement. Donc, sa suite se devait d’être au moins aussi bonne. Et comme 5 ans séparent ces deux épisodes, j’espérais également des améliorations notables sur les graphismes, les effets et les mécaniques de jeu. Trèves de blabla et allons vite voir ce qu’il en est.



Le retour de Jackie.

Jackie, notre possesseur du Darkness, cette entité maléfique qui vit dans les ténèbres, à bien changé. De simple tueur à gage pour la mafia il en est devenu le parrain respecté par ses hommes et craint par ses rivaux. Surtout, il a réussi à enfermer le Darkness au plus profond de lui-même pour protéger le monde et lui-même de sa haine et de son influence démoniaque. Tout va donc assez bien pour lui … pourtant … Jenny, son seul amour assassiné durant ses précédentes aventures, est toujours dans ses pensées et le rend mélancolique. Et voilà que lui et son organisation se font attaquer par une espèce de secte, les premiers gardiens du Darkness, qui le force à faire ressortir son démon dans le but de s’en emparer grâce à un artefact spécial : le siphon. Cet objet peut retirer le Darkness de son porteur pour le mettre dans un autre corps. Le Darkness passe alors un marché avec Jackie : il libèrera l’âme de Jenny qu’il a gardée captive depuis sa mort en échange du siphon car cet artefact peut augmenter sa propre puissance et le rendre invincible. Que dire sur cette histoire? Elle tient relativement la route, on reste dans l’esprit du comic et on a envie d’en savoir plus. Ok, pour le moment, ça démarre plutôt bien.



Changement visuel.

Par rapport au premier Darkness, il faut reconnaître que cet opus a complètement changé de style graphique. Adieu l’aspect sombre et assez réaliste et bonjour un aspect tout aussi sombre (si ce n’est plus) mais en mode cell-shading. Ce changement de style ne dénature pas vraiment le jeu mais surprend de prime abord. Dommage par contre qu’il y ait quelques petits problèmes de couleurs avec des zones d’ombre trop présentes sur les visages ou autres qui donnent un aspect parfois inesthétique. Heureusement, les voix sont relativement identiques par rapport au premier opus, donc elles sont très bonnes mais manquent un peu de réalisme dans certaines situations. C’est surtout les expressions des différents protagonistes qui manquent un peu de vie et de réalisme par rapport aux évènements, surtout avec Jackie qui n’est pas très réussi (un comble). Seuls certains personnages tirent leur épingle du jeu, Jenny pour ne pas la citer. Mais bon, étant donné que toute l’histoire tourne autour d’elle, c’aurait été bien dommage de la rater. Concernant les différents environnements, je trouve que c’est assez réussi avec des lieux parfois assez recherchés comme le train fantôme. Pourtant, on n’arrive pas à différencier clairement The Darkness 2 de la somme de FPS moyens que l’on trouve à la pelle sur XBOX 360 et PS3, les lieux visités étant beaucoup trop génériques. On y trouve des villes, des bâtiments assez classiques, un cimetière et même des catacombes à la Wolfenstein. Ca manque un peu d’originalité tout ça …



De petits ajouts intéressants.

Trois nouveautés font leur apparition avec ce deuxième épisode : le darkling unique, l’évolution de vos pouvoirs et la gestion des lumières. Pour le premier, fini les 4 darklings avec le QI d’une poule pour un seul mais plus malin et vous aidant beaucoup plus en vous trouvant des choses à lancer, en vous indiquant le chemin à suivre ou encore en vous en servant comme projectile. De plus, ce darkling aura une vraie relation avec vous en vous expliquant des choses et en vous permettant de le contrôler pour passer par des passages étroits là ou précédemment vous pouviez utiliser votre ombre … dommage que cette option ait disparu car je la préférais nettement. La seconde nouveauté permet à vos pouvoirs et capacités d’évoluer car à chaque ennemi tué, vous récupérerez de l’essence de Darkness qui vous servira à choisir quelle capacité à acheter pour vous ou pour le Darkness. C’est chouette mais finalement peu utile car on peut facilement se passer de ces améliorations. La troisième nouveauté vient des ennemis qui connaissent bien le point faible du Darkness : la lumière. Aussi, certains transporteront des spots ou encore des grenades lumineuses qui vous rendront aveugle et surtout faible face aux attaques. Aussi, le Darkness peut désormais vous protéger et attraper énormément de choses à lancer sur vos ennemis. C’est bien trouvé mais … comment dire?



Les défauts des FPS génériques.

The Darkness 2 regroupe beaucoup de défauts des FPS du moment : les ennemis qui arrivent par vague dès que vous faites 2 mètres par exemple, ce qui va vous forcer à battre en retraite le temps de les éliminer puis une autre vague arrive et ainsi de suite. Vous en aurez parfois pour une heure pour faire 200 mètres à cause de cette technique qui ne sert, en vrai, qu’à allonger très artificiellement la durée de jeu. Durée qui, en passant, est très faible avec ses 5 à 6 heures de jeu. Je vous garantis que c’est énervant au possible sans rien apporter à l’histoire ou au jeu. Et concernant l’histoire, elle donne vite l’impression de partir en eau de boudin tant elle est prévisible. Rien ne vous surprendra, même pas les révélations à la fin. Et certains passages sont un peu rébarbatifs comme les moments passés dans l’hôpital psychiatrique qui au départ semblent une assez bonne idée qui vous fait vous demander où est la réalité mais après plusieurs fois, ça casse juste le rythme du jeu. On peut voir aussi ça et là quelques bugs qui vous font entrer dans les ennemis et en voir l’intérieur. C’est assez drôle de voir des dents par l’intérieur. Mais c’est surtout la fin en elle-même qui m’a beaucoup déçu (et il y en a deux en fait mais je parle surtout de la seconde). Je ne vais pas vous la spoiler mais le tout fini en queue de poisson et devient juste le point de départ pour un troisième épisode qui, finalement, ne me fait pas plus envie que ça alors que j’attendais le deuxième avec impatience. Je n’ai malheureusement pas pu tester le mode réseau qui semblait pourtant intéressant avec ses 4 personnages ayant des parties de pouvoir de Darkness qui peuvent jouer en coopération.



Pas mal mais peut mieux faire.

Le bilan final est assez mitigé car The Darkness 2 n’arrive pas à dépasser le premier épisode et n’arrive même pas à se démarquer de la grande manne des FPS de maintenant. C’est un divertissement correct au début mais qui devient un peu saoulant au fur et à mesure. Dommage car j’en espérais beaucoup mieux. Ce n’est pas pour autant un mauvais jeu, je vous rassure, mais c’est plus un jeu plus à essayer puis revendre sans remords.


 
Genre : Beat'them all 3DSous-genre : Fantastique
Jeu de référence (XBOX 360)The Darkness (7/10)
Recherche graphique
Travail du scénario
Qualité des contrôles
Profondeur du gameplay
Qualité auditive (sons)
Level-design
Contenu/durée de vie
Ambiance
Appréciation globale
6/10