10 septembre 2013

PLAYSTATION 3 : Infamous


Infamous est une de ces petites surprises qui ne paie pas de mine de prime abord mais se découvre au fur et à mesure. Dans ce jeu, on retrouve l’éternel combat entre le bien et le mal mais cette fois ci, la bataille fait autant rage dans la rue qu’en vous. Ce concept, maintes fois exploité plus ou moins bien, va-t-il faire recette? Entrons dans l’arène et voyons ce qu’il en est.

 



Une explosion … des cris …

L’histoire d’Infamous commence comme beaucoup d’autres dans l’inconnu. Vous êtes Cole et vous vous réveillez au milieu d’un cratère causé par une gigantesque explosion. Une seule chose vous vient à l’esprit: FUIR ET RESTER EN VIE. Tentant d’échapper à l’enfer qui vous entoure, vous constatez que votre corps attire l’électricité ambiante ce qui vous vaut d’être pris pour le terroriste qui a généré cette explosion. Après vous être échappé et être retourné près de vos proches amis, votre corps s’habitue à ce nouveau pouvoir électrique. Votre ville, désormais en quarantaine, voit ses rues prise d’assaut par les gangs. Reste désormais à trouver votre place dans ce chaos ambiant : serez-vous le héros qui sauvera ces gens ou au contraire en serez-vous le despote absolu? Ce sera à vous de choisir et surtout ce seront vos actes qui feront pencher cette balance entre le bien et le mal. Si le pitch de départ n’est pas trop mal, sachez que l’histoire évolue et propose des rebondissements très inattendus qui vous scotcheront à votre fauteuil. Dommage seulement que le scénario ne se dévoile que par bonds et pas au fur et à mesure. Pour revenir sur la maniabilité, je regrette juste que Cola a parfois trop tendance à s’accrocher à tout ce qui est à sa portée. A cause de ce point, descendre d’une hauteur peut parfois être compliqué.


Des pouvoirs par milliers.

Les pouvoirs que Cole possède au départ sont assez amusants. Il peut en effet juste lancer des éclairs électriques, se battre au corps à corps, aspirer l’électricité environnante et sauter d’hauteurs en effectuant une petite explosion à l’arrivée. Aussi, Cole est surement un grand fan de Spiderman car il peut grimper sur quasi tout. D’ailleurs, vous passerez le plus clair de votre temps à vous promener de toits en toits pour aller plus rapidement d’un point à un autre. A ces pouvoirs, s’en rajouteront d‘autres encore plus efficaces comme le fait d’effectuer des glissades sur des rails ou des câbles électriques, de lancer des grenades électriques, de sniper, de voler (enfin, de planer un peu), de visualiser des échos, de pouvoir effectuer des poussées avec votre énergie, de pouvoir immobiliser, aspirer l’énergie ou soigner quelqu’un à terre … que ce soit un ennemi vaincu ou un civil. Heureusement, la maniabilité du jeu est assez bonne ce qui fait qu’on a aucun mal à pouvoir utiliser tout ses pouvoirs. Et puis, suivant si vous penchez vers le bien ou le mal, vos pouvoirs peuvent évoluer. Par exemple, en suivant le chemin du bien vos pouvoirs se renforceront en puissance mais en suivant le chemin du mal, ils deviendront plus destructeurs pour les alentours, civils inclus. Ce sera à vous de choisir comment vous préférez jouer à Infamous.


Open world.

Infamous peut vraiment être qualifié d’Open World. Certes votre ville est clôturée mais les 3 iles qui la composent sont relativement spacieuses et l’explorer vous prendra un certain temps. D’autant qu’en plus des rues et toits, il y aura aussi les égouts à visiter pour réactiver les centrales électriques souterraines (et accessoirement récupérer de nouveaux pouvoirs). Le seul regret serait la répétitivité de certains environnements entre les 3 iles mais de toute façon, il y a de la matière pour faire un footing efficace. De plus, dès que vous aurez acquis le pouvoir de glisser sur les rails et câbles, l’exploration deviendra beaucoup plus rapide. Infamous, c’est aussi beaucoup de missions des bonnes ou des mauvaises) à effectuer pour libérer la ville de joug des bandes armées et ainsi vous offrir des zones de jeu où vous pourrez trouver un peu de repos. Il y a différents types de missions (je ne spoilerai pas) mais là aussi on arrive à une certaine répétitivité dans les actions. Heureusement, la variété vient parfois des ennemis qui se divisent en 3 groupes, chaque groupe ayant son identité visuelle et quelques spécificités de pouvoirs. Ajoutez à cela quelques boss pas trop mal réussis, vraiment, histoire de rendre le challenge un peu plus intéressant. Dans tous les cas, la difficulté reste raisonnable et le jeu vous tiendra en haleine entre douze et quinze heures, ce qui reste très correct comme durée. Surtout qu’après avoir terminé le jeu, vous pourrez encore explorer la ville comme bon vous semble pour finir toutes les missions que vous auriez «oubliées» en chemin.


GTA avec des pouvoirs?

Si le style de monde ouvert fait un peu penser à un GTA-like, comprenez bien qu’Infamous est totalement différent. Graphiquement, ces jeux sont assez proches même si Infamous est beaucoup plus sombre. Les décors et les personnages sont bien travaillés et les différents environnements se laissent agréablement visiter. Ca et là, on pourra trouver quelques bugs de collision (marcher au travers d’un civil affalé sur le sol, un bras qui se perd dans un mur, une voiture qui disparait totalement quand elle sort de votre champ de vision, …) mais rien qui pourrait gêner votre progression ou le plaisir de jeu. L’IA des ennemis est plutôt correcte et renforce un peu la difficulté du jeu même si on est loin des ténors du genre. Par contre, j’adore les réflexions des civils qui viennent parfois vous demander de l’aide, vous prendre en photo ou vous exhortent de partir. Là, le travail d’immersion est très bien réalisé et surtout permet de renforcer votre sens moral en bien ou en mal. Les musiques sont très discrètes mais correctes dans l’ensemble. Je ne peux pas dire que je me souviens d’une seule d’entre elles mais elles ne m’ont jamais dérangé. Les bruitages, pas grand-chose à dire non plus car ils sont bien mais sans être extraordinaires. Les voix par contre sont très bonnes. Le doublage est plus que correct et donne une bonne impression de qualité au jeu. Mon seul vrai regret avec Infamous est cette narration en dent de scie qui n’avance que par à-coups en vous laissant un peu délaissé entre deux points scénaristiques. Ceci-dit, il est clair que l’idée derrière cette façon de raconter l’histoire permet au joueur d’explorer la ville, d’effectuer des missions, trouver les morceaux de la metasphère éparpillée dans la ville, …. L’un dans l’autre, l’idée est louable mais on s’ennuie quand même un peu. Attention quand même car l’histoire, et surtout les gros clashes vers la fin du jeu, mérite amplement le détour.


Alors, bon ou mauvais?

La réponse à cette question ne peux venir que de vous mais sachez d’Infamous est un très bon jeu qui propose un bon scénario, un aspect technique très convenable et surtout une expérience de jeu qui ne peux pas vous laisser indifférent. D’accord, on s’ennuie un peu par moments mais dès que l’histoire redémarre, on est prix dans le flux (électrique).


Appréciation globale
8/10