30 juillet 2013

PSP : DragonBall Z Shin Budokai


Le manga DragonBall Z a servi de base pour d’innombrables jeux de combats. Les plus connus et les plus appréciés étant les épisodes La Légende Saien et Hyper dimension sur Super Nintendo et surtout la série des Budokai Tenkaichi sur Playstation 2. Cette dernière fait d’ailleurs référence et même les épisodes next-gen (XBOX 360 et PS3) ne lui arrivent pas à la cheville. La PSP accueille désormais elle aussi sa version de la série des Budokai. Reste à voir si la petite sœur de la Playstation 2 est capable de rivaliser avec son illustre ainée.




Fusion !

Comme je l’ai dit plus haut, tenter de rivaliser avec la série des Budokai Tenkaichi est limite suicidaire. C’est d’ailleurs pour ça que Shin Budokai n’essaie même pas car, de toute façon, les limites techniques de la PSP ne le permettent pas (un seul stick analogique, pas assez de boutons, …). La PSP ne joue donc pas dans le même registre mais cela ne signifie pas que Shin Budokai n’est pas un bon jeu pour autant. Premier constat très positif : le jeu est en français. Ce n’est pas grand-chose mais on apprécie. Second constat, le mode histoire se base sur le film « Fusion » qui met en scène Janemba mais aussi, accessoirement, la plupart des méchants de la série (Freezer, Cell). A ça, s’ajoutent quelques personnages charismatiques tels Broly, Cooler ou encore Trunks du futur, histoire de renforcer un peu le staff. En soit, c’est déjà pas mal. Si on regarde en détail notre sélection de combattants, on a donc : Sangoku (normal, kaioken, super saien, super saien 2, super saien 3), Vegeta (normal, super saien, super saien 2, majin sajien), Sangohan enfant (normal, super saien, super saien 2), Sangohan adulte (normal, super saien, super saien 2, éveillé par Kaio), Krilin (normal, éveillé), Picollo (Normal, fusion avec le tout puissant), C18, Trunks (normal, super saien), Freezer (dernière transformation, puissance à 100%), Cooler (normal, transformé), Cell (normal, puissance à 100%), Gotenks (Normal, super saien, super saien 3), Gogeta, vegeto (normal, super saien) Janemba, Pakuhan, Super Boo et Broly (normal, super saien). On arrive donc à un total de 18 personnages avec la possibilité de se transformer en cours de combat ce qui fait monter le nombre à 39 personnages. C’est peu par rapport aux versions Playstation 2, certes, mais un UMD n’a pas la même capacité qu’un dvd et malgré tout c’est quand même très correct.



T’as de beaux yeux, tu sais

Graphiquement, Shin Budokai tiens très bien la route. Les cut-scenes sont très belles, la 3D est du plus bel effet et le cell shading des personnages rend très bien. Les attaques spéciales en mettent plein la vue et valent souvent le détour, surtout les super attaques. Les combats d’attaques énergétiques sont impressionnants mais n’arrivent que très rarement. Les décors sont sympathiques et correspondent bien au manga. Le jeu est très fluide et les combats sont très rapides. De ce côté, rien à redire, c’est vraiment du bon boulot. Le mode histoire est bien fourni et permet de prendre en main tous les personnages du jeu, bons ou mauvais. J’aime bien cette idée qui permet de jouer au moins une fois avec chaque personnage, ce qui n’est pas toujours le cas avec par exemple Dragon Ball Z Budokai Tenkaichi 3 sur Playstation 2 qui, avec ses 160 personnages, favorisait les personnages préférés et laissait les autres de côté. J’aime également la possibilité d’avoir des embranchements dans le mode histoire qui permettent d’augmenter un peu l’intérêt. Concernant le mode histoire, quelques heures suffiront à en venir à bout (3 heures max.) mais heureusement, d’autres modes s’offrent à vous. Il y a par exemple le mode arcade qui vous entrainera dans un combat contre chaque personnages, les épreuves Z composées d’un mode survie et d’épreuves contre la montre qui verront s’enchainer quelques combats. Pour les joueurs bonus, il y a aussi plein d’objets à débloquer au fur et à mesure des combats à acheter dans le magasin, chaque combat rapportant de l’argent. Enfin, vous pourrez avec les objets achetés faire votre carte de visite pour les combats en réseau. Concernant ceux-ci, il est dommage de ne pas pouvoir jouer en mode infrastructure et le seul moyen d’en profiter sera d’avoir un ami avec une PSP et le même jeu … ce qui n’est pas vraiment facile à trouver. Concernant les musiques et bruitages, c’est du tout bon.


Quart de tour arrière, avant + A ?

Pour la maniabilité, on se trouve avec une version très édulcorée des versions Budokai Tenkaichi (contrôles PSP oblige) : un bouton pour la garde, un pour les coups de poings, un pour les coups puissants, un pour les attaques énergétiques, les projections se font en maintenant les 2 boutons d’attaques poing et coup puissant, la gâchette de gauche pour charger son énergie et la gâchette de droite pour effectuer un déplacement « chargé ». On peut également tourner autour de son adversaire ce qui s’avère pratique pour éviter un Kamehameha ou juste pour passer derrière son adversaire en plein combo. C’est simple mais très efficace. Concernant les attaques d’énergie, si on peut lancer de simples boules d’énergies, on peut aussi les charger et la combinaison avec une touche directionnelle lancera une attaque spéciale (gauche et droite), une super attaque (haut) et offre même la possibilité de se transformer (bas) si possible. On a aussi la possibilité d’effectuer des attaques ou des contres en déplacement instantané ce qui rend encore plus l’impression d’être dans le dessin animé. La difficulté du jeu est correcte mais les habitués n’auront aucune difficulté à exploser tous leurs adversaires.





Tout n’est pas rose au pays des boules de cristal.

En effet, tout n’est pas rose. Le jeu est très plaisant, pas de soucis à ce niveau mais quelques petits défauts très visibles gâchent un peu le plaisir de jeu. Premièrement, les super attaques énergétiques sortent très facilement, trop même, et accessoirement sont un peu trop puissantes. Pourquoi me direz-vous? C’est simple : l’adversaire va toujours vous laisser le temps (pour lui aussi soit dit en passant) de charger votre énergie à fond. A cause de ça, on a de gros temps morts dans les combats. Tout le problème vient de la gestion de l’I.A. qui ne connait pas la notion d’harcèlement. Autre point, les décors. Ceux-ci sont un peu vides. Fini les décors destructibles, les parties immergées, la possibilité de se cacher derrière un décor, les écrasements dans le sol ou les projections à travers un rocher. C’est dû en grande partie aux limitations de la console mais on en reste un peu sur notre faim. Ceci mis à part, on se retrouve quand même face à un très bon jeu de combat qui vaut largement le détour. La PSP étant très pauvre dans ce genre de jeu, autant ne pas bouder notre plaisir.



Kamehamehaaaaaaaaaaaa

DragonBall Z Shin Budokai est une très bonne surprise sur PSP. Beau, rapide et très prenant, il vous assurera des heures de plaisir avec sa très bonne durée de vie et surtout vous aurez envie d’y revenir souvent. Et comme maintenant on le trouve à bas prix dans la collection PSP Essential, pourquoi hésiter.


Appréciation globale
8/10