30 mars 2016

XBOX 360 : Spec Ops - The Line

J'avoue, j'ai succombé à cet engouement autour de Spec Ops - The Line. On a vanté tant de fois la profondeur de son histoire et des sentiments qui vous étreignent la gorge lors de son twist final que j'ai fini par le chercher assidûment. Et enfin, j'y ai joué. Alors, voici ce que j'ai de l'enfer vidéo ludique de Dubaï.



Je me souviens du sable et de l’odeur du sang …

Dubaï, la perle de modernité nichée au milieu du désert n’est plus ce qu’elle a pu être. Désormais, ce n’est plus qu’une ville fantôme depuis que les tempêtes de sable se sont abattues sur elle. A l’époque, le 33ème bataillon de l’armée Américaine avait été envoyé pour récupérer les survivants. Mais cela fait déjà 6 mois et il n’y a plus de nouvelles. On vous envoie donc avec votre équipe, deux hommes bien entraînés, pour voir s’il reste des survivants à évacuer et enquêter sur ce qui a pu se passer. Mais rien au monde n’aurais pu vous préparer à ce que vous y trouverez. Non seulement il y a énormément de réfugiés encore bloqués dans les tempêtes de sable, mais le 33ème semble avoir pris possession de la ville. Vous voilà devenu la cible des réfugiés et des militaires que vous veniez secourir. Dans cet enfer de sable, tout semble vouloir votre peau. Quelque chose ne tourne définitivement pas rond dans cette histoire. A mois que ce ne soit vous ?


Tous à couvert.

Spec Ops - The Line est un third-person shooter, c'est-à-dire que l’on voit le personnage au complet  (ou presque) à l’écran et qu’il faut tirer sur tout ce qui bouge. En cela, il ressemble beaucoup à Gears Of War dont il reprend pas mal de bases. Le fait de se mettre à couvert, de tirer en sortant un peu de son couvert et de sauter d’un couvert à un autre en fait partie. Vous n’aurez pas la possibilité de sauter dans le jeu hormis au-dessus d’obstacles et de barricades. Pas de wall-jump pour vous. Le jeu inclut aussi une petite gestion de vos deux coéquipiers. Vous pourrez leur désigner une cible qui les fera attaquer. L’un de vos soldats étant équipé d’un fusil à lunette, il pourra dégommer les ennemis à longue distance. L’autre sera plus dans les actions un peu plus rapprochées. Mais dans les deux cas, indiquer une cible rendra vos équipiers plus vulnérables car bien plus exposés. Mais en vrai, ils se débrouillent déjà assez bien tous seuls. Et si jamais l’un deux est trop blessé, vous pourrez le ranimer en effectuant une action au corps à corps. Le gameplay inclus aussi des armes avec, dans la plupart des cas, deux modes de fonctionnement.  Vous aurez de temps à autre à utilise le mode alternatif (visée plus longue, silencieux, lance-grenade, …) suivant la situation en face de vous. Vous pourrez également effectuer une attaque au corps à corps mais disons que ce sera rarement le cas.


Ambiance, quand tu nous tiens.

Graphiquement, le jeu est plutôt pas mal avec des graphismes nets et sans bavures. Bon, si on veut pinailler il y a quelques textures un peu en dessous mais en général, c'est plutôt correct. Et plus encore, l'idée des tempête de sable permet de varier de façon captivante certaines phases de gameplay. Du point de vue sonore,  le doublage français est de très bonne qualité  et même au dessus de la moyenne. Les musiques et bruitages sont bien alignés avec le contexte du jeu. Mais maintenant parlons de ce qui fait la réputation de Spec Ops - The Line : son ambiance et son propos. Si vous en avez entendu parler, c'est qu'il se veut super sombre avec des analogies à l'enfer et aux troubles de la personnalité ou, pour être précis, à la perception de la réalité. Entre votre personnage, ses deux subordonnés et surtout leur cible, le colonel Conrad, les dialogues et événements s’enchaînent et ce même durant les assauts. On voit comment la psyché de chaque personnage va doucement s'altérer au fur et à mesure de ce qui va leur arriver et surtout au vu de leurs propres actes. Chaque action que l'équipe Delta se voit plus ou moins forcée à exécuter  au vu des circonstances, deviendra très vite lourde de conséquences et celles-ci vont hanter votre équipe de plus en plus. A ce niveau ce n'est pas mal, surtout le twist final, même s'il est regrettable que les quelques rares choix qui vous soient proposés n'influencent pas du tout le déroulement de l'intrigue.


L'ombre sur le tableau.

Je vais être très clair : Spec Ops - The Line est un très bon jeu MAIS il y a quelques détails que feront que je n'y rejouerais probablement plus. Principalement, j'ai très moyennement apprécié que le jeu me bloque et demande de combattre des vagues d'ennemis à répétition à de nombreux endroits juste pour allonger la durée de vie. Sincèrement, j'en ai eu marre de recommencer plusieurs fois certains passages avec un message comme quoi je devrais réduire la difficulté. NON MAIS, DES FOIS! Mais sérieusement, c'est arrivé tellement souvent que même si les différents environnements et les petits changement de style de gameplay (infiltration, bourrinage, hélicoptère,  ...) m'ont gardé accroché, j'étais vraiment à la limite. Et puis, le système de couverture m'a un peu frustré car sortir rapidement de son couvert sans sauter au dessus de celui-ci est assez difficile.  Et puis, dernier détail, l'utilité des commandes à faire à ses coéquipiers. Finalement, ils s'en sortent bien mieux sans vous. Voilà, c'est tout pour la partie négative qui n'a pas l'air conséquente mais ce truc de vagues à répétitions m'a vraiment dérangé.


Le mot de la fin.

Très bon, vraiment. J'ai passé un moment assez appréciable et la durée de vie est conséquente même si c'est à cause de la difficulté et aux vagues à répétition. J'ai bien aimé l'ambiance et cette descente doucement dans l'enfer de la réalisation de ses actes. Disons que l'expérience a été très bonne et valait la largement la peine d'avoir été tentée.


Appréciation globale
7/10