21 avril 2015

GAME BOY ADVANCE : Super Mario Advance 3 - Yoshi's Island

Je me souviens de la sortie de Yoshi's Island sur Super Nintendo. Le seul jeu ou l’on peut combattre Grobélix, disait la publicité. Un jeu de plateforme qui exploitait le Super FX, çà semblait dingue quand même pour l’époque. Et voilà que je retrouve cet ancêtre sur ma Game Boy Advance. Décidément, la nostalgie a du bon.



A cheval, vieux frère.

Alors que les bébés Luigi et Mario étaient en cours de livraison par le service de Cigogne Express, il y eu un problème. Une sorcière vient pour attaquer la cigogne et enlever les pauvres bambins. Luigi et la cigogne furent malheureusement capturés et Mario se perdit. Il atterrit sur l’île des Yoshi, ces petits reptiles sympathiques. Ceux-ci décidèrent d’aider ce petit bonhomme qui pleurait sans cesse pour retrouver son frère disparu. Mario semblait d’ailleurs sentir où se trouvait exactement son frère bien-aimé. Aussi, sans peur et sans reproches, les Yoshi se mirent en quête du petit Luigi, emprisonné dans la forteresse de bébé Bowser, gardé par la sorcière. Certes, le chemin pour aller jusqu’au château sera forcément très long et très dangereux. Et puis, les sbires de Bowser et de la sorcières essayeront par tous les moyens d’enlever Mario. Pourtant, rien ne peut entamer la détermination des Yoshi. Avec leur pouvoir de capturer leurs ennemis dans des œufs qu’ils peuvent par la suite lancer et grâce à la vaillance qui les anime, ils retrouveront sans faute le petit Luigi et la cigogne afin que les deux frères puissent enfin être livrés à leurs parents.


Changement de maniabilité.

Yoshi Island a fait les beaux jours de la Super Nintendo. Il était la suite, sous forme de préquel, au légendaire Super Mario world. Ce jeu avait mis tout le monde d’accord, autant sur les capacités de la console que sur la qualité du jeu en général. Et comme la Game boy Advance s’est faite une spécialité de porter en son sein les jeux de notre console grise bien-aimée, ce n’était qu’une histoire de temps pour que Yoshi Island s’y retrouve ? Bon, comme dans le premier Super Mario Advance, on trouve également le jeu Mario Bros en version remastérisée. Je ne reviendrais donc pas sur ce dernier. Retournons donc à notre Yoshi Island car il le mérite bien. Et comme indiqué dans la première partie de ce test, ce ne sera pas Mario ni Luigi que nous contrôlerons mais bien Yoshi … ou plutôt une multitude de Yoshis. Ceux-ci n’auront malheureusement pas de capacités spéciales entre eux. Chacun aura donc les mêmes contrôles, les mêmes fonctions et … ben tout, quoi. Il y a donc les déplacements classiques mais également ces petites particularités que seuls les Yoshis peuvent avoir. En premier, les Yoshi ont la possibilité de planer légèrement après un saut. Et je dirais même plus, ce court envol permet souvent de monter un peu sur des plateformes un poil trop hautes.


Boing, boing.

Les Yoshi ont également la possibilité d’avaler la plupart des ennemis. A ce moment, deux choix s’offrent au joueur. Recracher l’ennemi pour en attaquer d’autres et l’avaler pour créer un œuf. Jusqu’à 6 œufs peuvent être ainsi créés, œufs qui suivront constamment votre Yoshi jusqu’à ce que vous vous décidiez à les utiliser ou jusqu’à ce qu’un ennemi vous en dispose. Cette petite réserve peut être utilisée comme munition par la suite. Que ce soit pour attaquer des ennemis à distance ou détruire des éléments du décor (pas tous heureusement),  ces œufs sont bien pratiques. Oui mais, ce n’est pas tout. Ils peuvent également être utilisés pour attraper des pièces ou des bonus inaccessibles ou trop loin pour notre pauvre Yoshi sachant que vous serez obligés d’utiliser cette possibilité par endroits si vous voulez attraper les fleurs cachées dans le niveau. Il y a cinq fleurs qui permettent d’augmenter vos chances de participer à un mini jeu en fin de niveau. Mais revenons sur les œufs car ils ont aussi la particularité de rebondir quelques fois et vous devrez souvent utiliser les jeux d’angles pour atteindre vos cibles. Alors, elle n’est pas sympa la maniabilité ? Et en plus, nos Yoshis auront la possibilité de se métamorphoser en différents véhicules pendant un temps limité. Train, hélicoptère, foreuse serviront à pouvoir résoudre de petits puzzle ou gagner des bonus. Si ces passages sont assez rares, ils restent très plaisants à jouer car changent un peu la maniabilité.


Une refonte graphique complète.

Bon, je sais que j’attaque ce point tardivement mais c’est voulu. Graphiquement Yoshi's Island a décidé de passer en mode crayonné, un peu à la cell shadding et ce n’est pas mal du tout. La claque graphique de l’époque était un peu pareille à celle subie avec Zelda – A Link To The Past à l’époque. C’est une esthétique qui peut paraître bizarre mais qui marche très bien. Concernant la durée de vie, attendez-vous à du sport. Le challenge est souvent présent et le nombre de niveau, près d’une cinquantaine, vous donnera du fil à retordre. Le level-design par contre oscille souvent entre le très simple et dans certains cas le labyrinthique. Ces derniers m’ont souvent énervé par leur longueur et leur manque de cohérence par endroit. Mais en gros, Yoshi's Island s’impose clairement comme une vraie suite, efficace et possédante son propre style. Bon, je ne considère pas pour autant qu’il soit meilleur. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai quand même moins aimé cet épisode … les niveaux labyrinthiques n’étant surement pas étrangers à ceci. Pour autant, il m’a bien amusé.


Du bon Mario.

Voilà, c’est à peu près tout. Super Mario Advance 3 – Yoshi's Island est un bon jeu tiré de l’univers Mario mais il manque un poil de panache à mon avis. Il propose un vrai challenge mais alterne souvent avec des passages trop faciles. Boah, c’est un Mario, quoi ^_^



Genre : Plateforme 2DSous-genre : Classique
Jeu de référence (Game Boy Advance)Super Mario Advance
Recherche graphique
Travail du scénario
Qualité des contrôles
Profondeur du gameplay
Qualité auditive (sons)
Level-design
Contenu/durée de vie
Ambiance
Appréciation globale
7/10