27 janvier 2015

PLAYSTATION 2 : Wacky Races - Les engins zinzins

La série animée des Fous du Volant avec Satanas et Diabolo a été une de mes préférées étant enfant. Je n’avais d’ailleurs pas hésité une seconde lorsque des jeux tirés de cette série sortirent sur PC et Dreamcast. Que de bons moments passés en compagnie de ces jeux. Et il y a peu, je suis tombé totalement par hasard sur cette version PS2 que je ne connaissais pas du tout. Mais en bon fan, je l’ai pris et … oh mon dieu … comment dire.



Les voici, les fous du volant !

Je vais la faire TRES courte sur la partie histoire. Autant on a jamais été très au courant du pourquoi de la course du dessin animé, autant ici … c’est pire. Aucune histoire, aucune vidéo d’introduction, rien. Juste quelques modes de jeux dont le mode de course principal et la course contre le tocard tank. Zero effort, les gars. Bon, admettons (disais Bigard). Allons voir le mode principal car les autres n’ont aucun intérêt. Il y a 12 courses qui se débloquent au fur et à mesure et autant de véhicules. Au départ, vous n’avez que 3 véhicules disponibles : le tocard tank, la caraverne et le coucou casse-cou, les autres véhicules étant à débloquer au fur et à mesure. Alors je vais donner un bon point pour les graphismes. Ce ne sont pas les plus fins disponibles sur PS2 mais ils sont très cohérents avec la série d’animation. Les véhicules ont un design assez correct et ressemblant à ceux de la série.


Et là, c’est le drame.

Dès les 3 premières secondes de conduite, vous sentez bien que quelque chose ne va pas. Votre véhicule est totalement incontrôlable. J’ai commencé avec la caraverne car j’adore les frères Tapedur. Tourner est un véritable supplice, vraiment. Et c’est pareil si ce n’est pire avec le tocard tank. Je ne sais pas trop par quoi commencer. Avant toute chose, ce jeu est une horreur finie. Les collisions sont foireuses, la physique du jeu est naze et … Bon, je me calme. La conduite est clairement un problème avec ce Wacky Races – Les Engins Zinzins. Rester sur la route est déjà compliqué mais si vous sortez un peu de la route, c’est encore pire. Là, il devient impossible de vous diriger voire vous allez souvent vous retourner ou cogner contre un mur invisible. Et comme je disais, certains véhicules ont encore plus de problème que d’autres. Bref, c’est clairement la loose. Mais attention, il y a mieux. Pour débloquer de nouveaux circuits et véhicules, il faudra récolter des pièces disséminées sur le chemin. 4 pièces mauves, 2 bleues et 8 jaunes. Sans les pièces jaunes, vous ne pouvez pas passer au circuit suivant … pour peu que vous finissiez au moins dans les trois premiers (bonne chance, sérieusement). Les pièces bleues autorisent d’aller au circuit suivant et les pièces mauves permettent de débloquer une voiture. Oui mais, débloquer …. C’est vite dit. 


La perversion à l’état pur.

Pour débloquer un véhicule, il faut en plus gagner une course en deux tours contre le tocard tank. Et l’I.A. des adversaires est totalement cheatée ainsi que ses véhicules. TOUS les véhicules que vous contrôlerez ont la même vitesse maximale de 128 km/h … sauf quand les autres les contrôlent. Là, vous vous faites rattraper et dépasser comme pour rien. Vous avez quand même un turbo que vous pouvez charger avec des bouteilles de nitro trouvées sur les circuits. Oui mais, dès que vous utilisez un turbo, TOUS les adversaires accélèrent pour aller aussi vite si ce n’est plus vite encore que vous. C’est de la folie furieuse. Imaginez gagner une course dans ces conditions avec des véhicules incontrôlables. Sur ce dernier point, il y a quand même quelques véhicules plus à même d’être conduit dans le jeu. Les 3 premiers véhicules débloqués (celui de Rufus et Saucisson, la limousine d’Al Carbone et puis Pénélope Joli-Cœur). Avec ceux-ci, ça va encore sauf que … vous vous souvenez des pièces ? Vous allez essayer de peaufiner au maximum vos trajectoires pour gagner du temps mais ces saletés de pièces sont à l’opposé même des trajectoires correctes. En fait, vu que les pièces bleues et jaunes ne doivent être gagnées qu’une seul fois, votre premier tour de piste sera surement au ralenti pour débusquer ces saletés de pièces avant de recommencer la course pour obtenir les pièces jaunes.


La physique, c’est fantastique.

Oui, la physique, hé bien parlons-en. On vous pousse un peu et vous partez en tête à queue. Le moindre obstacle va vous stopper net et ce sans compter sur les quelques flaques d’huile disséminée sur le circuit qui vous font quasiment à chaque fois partir en vrille … VOUS partez en vrille, bien sûr, pas vos adversaires. Et les quelques sauts qui vous font tourner dans tous les sens … pfff. L’I.A. des adversaires aussi est à la ramasse. Elle peut passer de super agressif à du grand n’importe quoi. Ils se bloquent parfois sans ne plus savoir bouger. Mais vous aussi avez ce genre de soucis. Et parfois à cause des concurrents qui vous bloquent totalement. Et si on vous pousse un peu trop, vous allez même basculer à la renverse avec votre adversaire qui sera SOUS votre châssis. Ah, j’oubliais l’aspect sonore. Toutes les voitures ont le même bruit de moteur qui vous vrille les oreilles … beurk. Seule la musique de fond est correcte.  Non, ce jeu est une merde sans aucun réel aspect positif. Même les petits pièges et autres gadgets qui sont présent dans la série animée et dans les autres jeux ne sont même pas présents ici.  Le plus drôle est que ce jeu est dédié à la mémoire de quelqu’un … sans doute un testeur qui se serait suicidé après quelques heures de jeu. Je plaisante mais cette personne a clairement eu un très mauvais jeu en hommage posthume. Je n’ai pas cité tous les problèmes du jeu mais clairement, n’y jouez jamais.


NUL, ZERO, de la merde purement et simplement.

Qu’elle déception. L’enfant en moi s’est senti trahi et l’adulte que je suis a ragé de longs moments sur sa manette au point d’être dégoutté de jouer. Ce Wacky Races – Les Engins Zinzins compile absolument tout ce qui ne doit pas être fait dans un jeu vidéo de course. Il est l’exemple pur de l’adage suivant : de bons graphismes ne font pas un bon jeu. Et ne vous étonnez pas de ne quasi pas trouver de test de ce jeu sur le net car tout le monde l'évite comme la peste.


Genre : Jeu d'arcadeSous-genre : Course
Jeu de référence (PS2)Crazy Taxi (8/10)
Recherche graphique
Travail du scénario
Caractéristique inutile ici
Qualité des contrôles
Profondeur du gameplay
Qualité auditive (sons)
Level-design
Contenu/durée de vie
Ambiance
Appréciation globale
1/10
Les explications de la méthodologie de ces notations peuvent être trouvée ici

Petite remarque : le lien du jeu de référence pour les notes relatives pointe vers Crazy Taxi sur Dreamcast car je n'ai pas encore publié le test de la version PS2 mais il lui est vraiment identique.