21 octobre 2014

XBOX 360 : Vanquish

J’ai adoré tous les jeux de chez Platinium Games qui sont passés entre mes mains (Bayonetta et MadWorld en l’occurrence). Aussi,  j’attendais beaucoup de ce Vanquish. D’autant que Cédric, l’administrateur de PixelSprite.fr, me l’avait beaucoup vanté lors de nos podcasts. J’ai donc fini par me laisser tenter. En piste dès lors pour des combats d’une intensité extrême.

Sans freins ni loi.

Un ciel bleu, des oiseaux qui chantent, le soleil qui brille et d’un coup, la catastrophe arrive. Une lueur aveuglante va réduire à béant toute vie à San Francisco. L’attaque venue de l’espace a été lancée par un groupe d’extrémistes Russes qui menacent de recommencer su leurs exigences ne sont pas respectées. Les USA ont donc décidé d’envoyer toutes leurs forces à l’assaut de la station spatiale incriminée.  Et parmi celle-ci, il y a vous et votre armure ARS. Cette armure très spéciale va bien sur servir à vous protéger mais surtout va améliorer vos capacités. Vous serez plus fort, plus rapide mais le petit plus sera au niveau des réacteurs intégrés  à votre armure qui vous permettront de glisser à toute vitesse le long des niveaux et entre les ennemis. Il faut aussi dire que c’est son principal intérêt, çà et le bullet-time que l’on peut déclencher à la demande. Mais encore faut-il que votre armure possède toujours une réserve énergétique suffisante. Quoi qu’il en soit, attendez-vous à une forte résistance armée car la fameuse station spatiale est remplie de robots forts belliqueux et surtout de toutes tailles.

Armé et dangereux.

Tout comme pour Bayonetta et MadWorld, le héros de Vanquish tend vers la badassitude et se la joue beaucoup. Il a quand même un peu moins de charisme que ces  deux références au point que c’en est parfois un peu risible, surtout lorsqu’il allume une cigarette au beau milieu d’une confrontation importante. Concernant l’armement, il peut avoir jusque 3 armes différentes dans son inventaire, armes à trouver sur le champ de bataille dans des caisses, des distributeurs dédiés ou simplement si celles-ci ont été abandonnées par des ennemis. Chaque arme devient alors une part complète de l’armure ARS et bénéficie d’une apparition assez classe à la Transformers. Plus vous garderez une arme et ramasserez des munitions pour celle-ci, plus elle augmentera en niveau. Et puis, vous pouvez aussi trouver des améliorations spécifiques pour ces armes en cours de route, abandonnées par des ennemis morts. En vrai, on va vite arriver au point où l’on garde ses 3 armes favorites, celles qui sont efficaces dans la plupart des situations et c’est tout. Je n’ai quasi utilisé le fusil à pompe par exemple car il a trop peu de portée. Vous avez également deux types de grenades, explosives ou à ondes électromagnétiques, à utiliser en nombre limité de 3 chacune. Si la première est efficace, la seconde sera plus utile pour bloquer temporairement nombre d’adversaires mécanisés ou humains (gentil petit spoiler).

Dans l’espace, personne ne vous entendra crier.

Sauf que … vous n’êtes pas tout seul dans votre aventure. Il y a les militaires et leur chef, bien sur, mais il y a aussi votre assistante Qui vous guide à distance le long de vos niveaux. Si son impact n’est pas très fort sur le gameplay, elle permet de donner un côté plus humain à votre héros. D’ailleurs, celui-ci s’humanise un peu plus au fur et à mesure de l’aventure en rejetant les décisions parfois franchement amorales du chef des militaires. En revanche, l’histoire reste d’un classicisme absolu et vous voyez arriver une fin grosse comme un camion. Concernant la durée de vie du jeu, elle est juste raisonnable avec plus ou moins 8H de jeu si vous vous amusez à chercher tous les petits bonus cachés ou si vous essayez de réaliser les défis. Et une fois terminé, un mode de difficulté plus élevé sera disponible pour les plus gros fans de challenge. En gros, ce Vanquish n’est pas mal du tout. Et c’est également vrai au niveau de la réalisation. Le jeu est beau, vraiment beau et se permet même de proposer pas mal d’environnements différents avec beaucoup de dénivelés à utiliser à bon escient.  Et puis, l’impression de vitesse est très bien rendue lorsque l’on utilise les boosters. Aussi, j’ai bien aimé le petit jeu qui sert de générique de fin. S’il n’apporte rien au jeu en soi, ce petit bonus a le mérite de présenter l’équipe de Platinium Games de façon fort ludique. Oui mais, il y a aussi des choses que j’ai moins appréciées dans ce Vanquish.

Le côté obscur de la force.

En premier, ce système de boost qui est assez intéressant sur le papier montre quelques limites dues au level-design. Vu qu’il y a des barricades un peu partout, votre progression à toute vitesse sera souvent gênée et vous en reviendrez à marcher normalement assez vite. Les ennemis sont nombreux mais restent quand même un poil trop peu variés. Et puis, le plus gros reproche que j’aurais à faire à Vanquish est sa fin. Le jeu se termine en gros cliffhanger et crie au possible pour avoir une suite qui ne viendra probablement jamais. D’autant que quelques points d’histoires sont complètement zappés comme avec le professeur qui d’une minute à l’autre passe de l’état de prisonnier pour le retrouver peu après seul dans une salle à bidouiller sur les ordinateurs. Pourquoi, quand et surtout comment? J’avoue que ces failles dans la narration sont parfois énervantes, tout comme l’humour parfois à la limite du ridicule de votre héros. Enfin, je trouve fort regrettable le manque de l’option multi-joueurs qui aurait eu énormément de potentiel. Mais bon, cela n’enlève pas trop de sa superbe à Vanquish  qui a le mérite de proposer un gameplay innovant et une aventure intéressante. Il est juste dommage que ces quelques points que j’ai cité réduisent un peu votre plaisir de jeu.

Un petit coup de boost?

Vanquish est un bon jeu qui mérite effectivement que l’on s’y attarde. Mais pour autant, ce n’est pas la grande claque que j’espérais. Perfectible par certains aspects, for agréable sur d’autres, Vanquish plaira surement aux fans d’actions et de TPS mais ne restera probablement pas dans les mémoires. C’est l’exemple même du bon petit  jeu que l’on jouera avec plaisir mais qui finira rangé dans son armoire pour ne plus en ressortir sitôt le générique de fin terminé.

Appréciation globale
6/10