16 octobre 2014

PLAYSTATION : Street Figher - The Movie

Pour bien préparer ce test, il m’a fallu me mettre dans les meilleures conditions. Donc, j’ai d’abord revu cette grosse daube nanardesque de Street Fighter L’ultime combat avec notre JCVD national en Guile, Kylie Minogue en Cammy et Raul « Gomez Addams » Julia en M. Bison. Une fois mon cerveau bien endommagé par ce visionnage, j’ai inséré le jeu Street Fighter – The Movie dans ma Playstation et là … comment dire …



New Challenger.

Si vous adorez la licence Street Fighter, vous avez probablement dû voir au moins une fois le film hollywoodien éponyme. Et vous avez aussi surement au choix rigolé, éclaté en sanglot ou piqué une colère infernale face à cette bouse. Malgré tout, j’avais plutôt pris le parti d’en rire vu que le film n’avait finalement que peu de points communs avec ce bon vieux Street Fighter 2. Et voilà ainsi le jeu du film du jeu car pour un film tiré d’un jeu vidéo, il fallait une nouvelle adaptation en jeu vidéo pour faire plus d’argent. C’est le grand cercle d’ouroboros comme dirait l’autre. Et pour surfer sur la grande vague lancée par Mortal Kombat, il a été décidé que ce jeu serait avec des personnages digitalisés tirés du film histoire de lui faire de la publicité mais aussi pour tenter de grappiller encore quelques dollars sur son dos. Maintenant, je ne suis pas certain que ce soit la meilleure des choses à faire étant donné le manque de ressemblance des acteurs avec les personnages de base et par le fait que ceux-ci aient autant de charisme qu’un céleri rave. Et puis, quasiment aucun n’avait réellement de connaissances en arts martiaux ce qui rendait déjà à l’écran leurs mouvements de combats à la limite du ridicule … Ah ben non en fait, c’était ridicule.


Chose your destiny.

Autant vous le dire, vous allez avoir mal aux yeux. Graphiquement, le jeu est assez mauvais et ce sur tous les points de vue. La digitalisation des personnages est très perfectible avec surtout de très mauvais jeux de lumière. Les animations sont pour la plupart ratée ou tellement peu détaillées qu’elles en sont saccadées à mort. Et le jeu d’acteur des combattants est tellement mauvais qu’à chaque fois qu’ils tombent, font un taunt à la fin des matchs ou encaissent un coup, c’est littéralement horrible. On a l’impression que les prises vidéos ou photos (je ne suis pas sûr) de chaque mouvement a été fait en bougeant l’appareil plutôt qu’effectuer le vrai mouvement. Mais dans tous les cas, il y a énormément de mouvements intermédiaires qui sont passés à latrape et ça se voit énormément. Et puis, le découpage des combattants et même des persos ou autres dans le décor est minable. Là où Mortal Kombat 2 était très bon, ce Street Fighter – The Movie arrive à faire encore moins bien et même à peine mieux que le premier Mortal Kombat. Mais attendez, on n’a encore fait qu’effleurer le problème car il y a encore bien pire.


La sacro-sainte maniabilité!

Dans tout jeu de combat, la maniabilité est primordiale. La série des Street Fighter a toujours été exemplaire à ce point de vue. Mais bon, il faut bien une brebis galeuse dans la famille comme on dit. Ici, la maniabilité est très lourde et les coups spéciaux sortent assez mal. C’est encore plus vrai pour les attaques de charge que l’on rate une fois sur deux. Et sur ce point, c’est surtout parce qu’il y a énormément de ralentissements lorsqu’une attaque spéciale touche ou lorsqu’un combattant tombe. Dès lors, le timer qui vérifie les deux seconds minimums de charge perd les pédales. Sérieusement, comment on peut rater la maniabilité d’un Street Fighter alors que c’est sa marque de fabrique. Et les hitbox, mes aïeux. Donnez un coup de pied en plein milieu du visage et vous raté mais frappez 50 cm au-dessus de la tête et là ça passe. Il y a comme cela énormément de coups que vous ne comprendrez pas car ils devraient clairement toucher et non ou alors vous êtes touchés sans comprendre. Je me suis même fait toucher par un ennemi à deux mètres de distances avec un coup de poing. Vous croyez peut-être que je crie au loup ou que je veux juste pourrir un jeu que je n’aime pas mais non, c’est complètement raté de A à Z. Il n’y a vraiment que les musiques qui s’en sortent pas trop mal mais même là il y aurait à redire car il lui arrive de bugger et de répéter quelques notes en boucles. J’ai cru la première fois que c’était normal mais non, pas du tout. En revanche, les bruitages sont souvent minables tels les petits cris des rats qui passent derrière vous dans un niveau qui arrivent à masquer les bruits du combat en cours.


Finish Him!

Sinon, ce Street Fighter – The Movie propose des modes de jeux assez classiques : arcade, versus et surtout movie story. Ce dernier nous mets aux commandes de JCVD, pardon … Guyle, et tente de suivre les événements du film. Vous aurez 50 minutes pour vaincre tous les adversaires et sauver les otages de Bison. Et après chaque combat, vous pourrez choisir où sera votre prochaine destination même si ça ne sert pas à grand-chose. Bon, moi ui au départ ne suis pas un grand fan de Guyle, c’était assez mal parti. Concernant les personnages disponibles, il y en a 14 et même là, c’est la misère car il manque des persos comme T. Hawk qui était dans le film mais on gagne Sawada … ouaiiiiiis (j’ironise). Akuma est un perso caché à débloquer avec une manipulation mais n’apporte rien grand-chose au jeu. Dhalsim est un des grands absents mais là, je le comprends car dans le film, ce n’est pas un combattant mais un scientifique. Et puis, Blanka est blanc au lieu d’être vert … l’horreur. Je pense qu’il n’est pas nécessaire d’insister d’avantage car Street Fighter – The Movie est à l’image du film dont il est tiré : mauvais. Le seul point positif est qu’il déclenchera de bonnes crises de fou rire lors de parties en versus à force de vous moquer des persos qui en font des tonnes à l’écran.


On peut passer à autre chose ? Pitiéééé …

Je n’avais pas beaucoup d’espoirs en ce Street Fighter – the Movie et ce jeu a réussi à briser ce peu d’espérance. Je n’ai jamais joué à un si mauvais Street Fighter et j’espère bien que cela ne se reproduira jamais plus. Et même si je le garderais dans ma collection avec tous les autres épisodes de cette série que j’adore, il portera sur lui le sceau de la honte et de l’infamie. Plus jamais il ne sera amené à être joué. Que les témoins en prennent acte!


Appréciation globale
2/10