26 août 2014

PSP : Socom US Navy Seal Fireteam Bravo

Un FPS sur PSP … par définition, je n’étais pas vraiment très chaud pour cette idée car le seul stick analogique présent n’était surement pas suffisant pour offrir une expérience de jeu efficace. Et puis en plus, on parle ici d’un FPS un peu tactique vu qu’il faut gérer aussi un équipier. Bon, cette histoire ne commençait pas sous les meilleurs augures mais n’écoutant que mon courage, j’ai osé mettre cet UMD dans ma console portable. Et voici, pour vos yeux avertis uniquement, le compte rendu de cette mission.




 Votre mission, si vous l’acceptez ...

… ne sera pas de sauver le monde (pour une fois) mais de participer à quelques opérations secrètes américaines dans 4 pays parmi leurs alliés. A vous donc le Chili, la Pologne, l’Afrique et l’Asie du Sud. Vous incarnerez dans ces missions le rôle de SandMan, le leader du l’équipe et serez suivi par Lonestar, votre équipier. Et en tant qu’équipier, il ne se contentera pas de juste vous suivre en gentil toutou même si c’est ce qu’il fera la plupart du temps. Vous pourrez lui donner différents ordres afin de vous assister au mieux dans vos missions. Alors soldats, prêt à lutter contre la menace terroriste aux quatre coins de la planète? Dans ce cas chaussez vos bottes, enfilez votre kaki et passez à l’armurerie choisir votre équipement car le choix de celui-ci fera à coup sur la différence entre un héros vivant et un couillon mort. Alors, lequel des deux préférez-vous être? Le chasseur ou la proie? Vous aurez 14 missions et un bon 8 heures de jeu pour le découvrir. Mais ces 8 heures de jeu peuvent être agrémentées si vous avec une connaissance avec une PSP et le même jeu pour faire quelques parties en battle ou coop, le tout servi par un très bon système de chat servi par un casque micro de bonne qualité fourni avec le jeu d’origine. Elle n’est pas belle, la vie ?


La menace bio-terroriste.

Le cœur de chacune de vos missions tournera autour d’une arme bio-chimique que différents réseaux terroristes s’amusent à utiliser pour leurs fins personnelles, que ce soit pour payer une révolution ou pour faire le jeu de la mafia. Mais pour revenir sur le jeu en lui-même, je voudrais parler un peu de l’aspect technique de cet épisode de Socom. Graphiquement … hé bien je dirais que je suis assez mitigé sur mon avis. Globalement c’est assez correct malgré un clipping for présent dans les environnements extérieurs et des formes assez anguleuses mais on peut autant côtoyer un design très correct qu’une scène aux textures très pauvres. Heureusement que les décors sont assez variés entre le désert, la jungle, les grottes, le bunker, les docks, les différents bâtiments et autre laiterie (si, si). Dans l’ensemble, c’est raisonnable mais malgré tout je trouve que c’est un peu en dessous de ce que peut normalement proposer une PSP. Mais les graphismes ne sont rien sans une ambiance sonore et là par contre, c’est très bon. Les voix surtout sont excellentes, dans plusieurs langues suivant la personne qui parle et la plupart du temps en français intégral. Et, cerise sur le gâteau, le travail de doublage est vraiment très correct avec de bonnes intonations et émotions. Pourtant, il y a quelques ratés comme ce docker à grosse moustache qui parle avec une voix de femme. J’avoue avoir bien ri à ce passage. Concernant les musiques et bruitages, là aussi c’est assez correct. Les musiques ne sont pas constamment présentes pour laisser plus de place à l’action et ce n’est pas un mal.


Les contrôles, le nerf de la guerre.

Voilà, on y est, le point le plus important : les contrôles du jeu. Je vous ai dit dans l’introduction qu’un FPS avec un seul stick, c’est un peu léger même si des jeux comme Quake 3 sur Dreamcast m’avaient fort bien prouvé le contraire. Et ici, Socom … m’a convaincu à moitié. Je m’explique : on ne contrôle en standard que la direction vers laquelle on se dirige et une pression sur la touche R va automatiquement viser l’ennemi le plus proche. On peut aussi passer en vue libre en utilisant la flèche droite mais alors on ne se déplace plus. Et ,en utilisant les flèches haut et bas, on peut zoomer pour voire à la première personne te plus à la troisième puis réellement zoomer pour tirer mais là aussi on passe en vue libre sans pouvoir se déplacer. L’idée de base n’est certes pas mauvaise car on se concentre rapidement sur la direction mais alors il manque la possibilité du pas de côté et surtout le lock des ennemis n’est pas très efficace. Si vous avez beaucoup d’ennemis dans une pièce, oubliez la possibilité de mitrailler un peu partout à la fois car sans locker, vous ne toucherez jamais vos ennemis. Et puis, malgré le lock, vous aurez souvent du mal à tuer les ennemis car votre précision laisse régulièrement à désirer. Je me suis déjà retrouvé à vider plus de deux chargeurs dans un seul soldat avant de le voir finalement tomber. Préférez au possible une approche plus sniper pour faire des headshots histoire de rester en vie plus longtemps.


L’I.A. n’est plus ce qu’elle était.

En parlant de l’I.A., celle-ci aurait clairement pu être de bien meilleure facture. Le «moi voir, moi tirer» est encore une fois d’application. Les ennemis sont la plupart du temps sourds ou aveugles et ne bronchent s’ils entendent des tirs ou s’ils voient un des leurs au sol (enfin, pas toujours pour ce dernier point). Et même lorsqu’ils vous tirent dessus, ils ont le même problème de précision que vous : la plupart des tirs partent dans le vide mais s’ils vous touchent, c’est souvent mortel. En fait, c’est surtout les ennemis groupés qu’il faudra craindre. Et même vos alliés, que ce soit votre équipier ou d’autres personnages qui vous accompagneront de temps en temps, ont de grosses lacunes : problème de visée ou placement stupide seront légions. Par exemple, un ennemi vous tire dessus et vous répliquez … et si votre allié se décider de passer juste devant vous histoire de se faire tuer par un tir ami, juste pour dire de recommander la mission alors que vous êtes à la fin du niveau? Et puis, l’interface de contrôle de votre équipier n’est pas optimale et il ne fait pas souvent l’action que vous espériez lui avoir demandé. Non, ce n’est pas génial mais pourtant le tout s’enchaine bien, c’est servi par un scénario correct et on s’en sort relativement (pour peu que l’on oublie son équiper dans un coin le temps de faire le ménage). Mais le vrai point qu’i m’a énervé est le spawn parfois dégoutant des ennemis qui apparaissent juste dans votre dos pour vous fusilier ou tuer vos alliés. Sinon, le petit plus est que si vous avec une PS2 avec le jeu SOCOM 3, vous pourrez connecter votre PSP à votre PS2 pour débloquer des armes et autres bonus.


Une expérience intéressante.

Cet épisode de SOCOM n’est certes pas sans défauts, loin de là, mais se révèle suffisamment plaisant à jouer. Il propose un bon contenu solo et le mode réseau ad hoc n’est pas mal non plus. Si vous aimez les FPS tactiques pas trop complexes, ce jeu est fait pour vous.


Appréciation globale
6/10