1 juillet 2014

NEO-GEO POCKET : King Of Fighters R2

Si la Neo-Geo Pocket n’a pas la même notoriété que sa grande sœur qui trône fièrement dans certains salons, elle reste quand même assez prisée des collectionneurs. Et en tant qu’amateur de jeux de combat, je me devais d’en essayer un sur cette console portable. Et quoi de mieux qu’un King Of Fighters sur une console SNK? Voilà pourquoi je me suis empressé de m’essayer à King Of Fighters R2.




Terry au pays du SD.

Bon, est-il vraiment nécessaire de vous rappeler comment fonctionne un King Of Fighters? Si? Bon, d’accord. Le principe même de cette série de jeux combat est de mélanger des combattants des diverses licences SNK dans des combats par équipe de 3. Vous pouvez former votre dream team basée autant sur vos préférences de combattants que sur la manière dont ceux-ci combattent. L’idée étant bien sur d’affronter les autres équipes jusqu’à arriver jusqu’au boss final. A chaque combat, le vainqueur reste en lice et récupère un peu de sa barre de vie avant de s’attaquer au combattant suivant. Voilà, le principe est très simple mais peut donner lieu à de véritables exhibitions. Et puis, le boss final de chacun des jeux de la série est assez connu pour être assez difficile à vaincre. Mais bon, n’est-ce pas l’apanage de chaque boss de jeux de combat? Donc, maintenant examinons plus en détail ce que cette version R2 va bien pouvoir apporter à la série sachant que la Neo-Geo Pocket a une claire limitation par rapport à son ainée : elle n’a que deux boutons, ce qui est assez léger vous en conviendrez.

Noir et blanc ou couleur?

Pour ma part, je n’ai que la Neo-Geo Pocket classique donc monochrome et King Of Fighters R2 est prévu pour fonctionner avec la version couleur. Heureusement, le jeu s’avère quand même assez correct graphiquement en noir et blanc. Les décors sont malheureusement nettement moins visible que dans une version couleur mais le restent assez pour en profiter un minimum. Bon, ils ne sont pas non plus géniaux car assez vides de vie. Là où les choses s’améliorent un peu, c’est au niveau du design des personnages. Même s’ils sont en mode SD, il est assez facile de les reconnaître du premier coup d’œil. Les animations sont également relativement correctes sans pour autant en être extasié non plus. Certains persos étant un peu étranges mais dans l’ensemble, tout va bien. Pour une console portable, le rendu graphique est correct. Ni plus, ni moins. Alors, c’est déjà une bonne nouvelle, non? Concernant la musique et les bruitages, là aussi ca va mais sans plus. Les musiques sont agréables et pas trop présentes et les bruitages … sont assez quelconques. Il n’y a rien de bien étonnant ou d’au dessus de la moyenne. Mais bon, j’ai l’habitude de dire que ce ne sont ni les graphismes ou l’aspect sonore qui fait un bon jeu de combat mais son gameplay. Allons donc examiner plus en détail ce point critique.

2 Boutons, c’est peu …

Il n’y a pas à dire, n’avoir que 2 boutons dans un jeu de combat va très vite limiter les possibilités de gameplay. Un bouton pour les coups de poing et un pour les coups de pied, c’est tout ce que vous aurez à votre disposition. C’est beaucoup trop peu pour proposer un gameplay intéressant. Les coups peuvent bien sur changer un peu si vous appuyez vers l’avant ou l’arrière mais ce n’est pas non plus mirobolant. Il est quasi impossible de jouer avec les distances et les changement de portée de coup ce qui réduit encore considérablement l’aspect technique. Aussi, il y a en moyenne 2 coups spéciaux par personnage ce qui est, vous en conviendrez, assez léger. Mais même comme ça, il y a normalement moyen de s’amuser. Après tout, combien d’anciens jeux ne proposent que ce faible nombre de coups tels le légendaire Street Fighter 2. Mais là, c’est u peu différent car il y a un point de détail qui va tout gâcher : la Neo-Geo Pocket n’a pas de croix directionnelle. Vous n’aurez qu’un stick pour effectuer vos mouvements et je vous assure que ce n’est vraiment pas efficace pour sortir un coup spécial. Seuls ceux qui concernent des quarts de cercle sortent encore correctement mais c’est à peu près tout.

C’est un peu court, jeune homme.

On pourrait encore dire bien des choses, en somme. Mais là, une de mes petites déceptions sera la faible durée de vie de ce King Of Fighters R2. Il ne faut pas plus de 10 minutes pour faire le tour du jeu ce qui est trop léger, même pour un jeu sur une console portable. Vous me direz que vous pouvez refaire le jeu en changeant votre équipe mais même là, le manque de possibilité de gameplay fait que vous avez beaucoup de personnages qui se ressemblent beaucoup trop (du point de vue des techniques). Et puis le boss, sérieusement. Comme je l’ai dit plus haut, le boss d’un King Of Fighters est censé proposer un bon niveau de challenge. Et bien dans cet épisode R2, pas du tout. Le boss résiste très peu et un joueur correct arrivera sans problème à le battre du premier coup. Où est le plaisir, où se trouve le challenge dans ce cas? Après 20 ou 30 minutes de jeu, la majorité des joueurs va remettre le jeu dans sa boite pour ne probablement pas l’en sortir de sitôt. A la limité, pour occuper une courte pause on le ressortira mais autrement, je doute que les joueurs confirmés s’y attarderont.

Trop léger pour un KoF.

Voilà, mon sentiment est clair : ce King Of Fighters R2 est juste beaucoup trop léger que ce soit pour le contenu ou le challenge pour vraiment faire honneur à la série. Il reste un petit jeu honnête avec une réalisation correcte mais qui ne plaira qu’aux fans et aux collectionneurs.


Appréciation globale
5/10