11 février 2014

DREAMCAST : South Park Rally


Je vous avoue ne jamais vraiment avoir été très fan de South Park. Cette série me paraissait souvent bien trop vulgaire voire glauque pour vraiment m’accrocher à part l’épisode sur le Seigneur des Anneaux qui m’a bien fait marrer. Mais bon, je me suis quand même laissé tenter par South Park Rally sur Dreamcast car des amis me l’avaient conseillé … les salauds.



Quand Mario Kart rencontre le Petit Caca Noël.

South Park Rally est un de ces innombrables clones de Mario Kart qui ont poussé comme du chiendent sur tous les supports possibles. Et bien sur, la Dreamcast n’en a pas été exempte. Mais le fait d’être un clone ne veut pas forcément dire que le jeu est mauvais aussi examinons plus en détail ce que South Park Rally nous propose. Déjà, ce n’est pas un jeu de course classique, loin s’en faut. Le jeu se compose de plusieurs épreuves toutes plus déjantées les unes que les autres, autant même dire que c’est à l’image du modèle. Car oui, le modèle est loufoque, dérangeant et vulgaire et le jeu l’est donc tout autant. En premier, les concurrents sont directement tirés de l’univers de la série avec bien sur Stan, Kenny, le Chef, … et plein d’autres à débloquer au fur et à mesure. Aussi, certains décors contiennent des références à la série mais sans pour autant se retrouver réellement dans les environnements de la série. A vrai dire, si on avait mis d’autres personnages et un autre titre, ça aurait passé tout aussi bien. C’est un peu dommage car il y avait beaucoup d’endroits facilement reconnaissables qu’on aurait pu visiter.

L’attaque de la sonde anale.

Pour revenir aux épreuves, sachez que les fans de courses déjantées en seront pour leur frais car ce n’est vraiment pas le cœur de ce jeu. Vous aurez plus à faire avec des épreuves comme attraper un objet et le faire franchir les 4 checkpoints du circuit (dans l’ordre) plusieurs fois et c’est celui qui tient ledit objet lors du passage au dernier checkpoint qui gagne. Ce genre d’épreuve vous transforme souvent en cible vivante. A l’inverse il y a des épreuves où il faut trouver une arme (l’arc et les flèches de cupidon) pour toucher tous les adversaires. Il y a d’autres genres d’épreuves comme rattraper des poulets ou des oeufs, garder le plus longtemps le remède contre la maladie de la vache folle, … Ca part réellement dans tous les sens et l’aspect course en tant que tel est quasi complètement absent. C’est vrai que du coup, ce n’est plus à un clone de Mario Kart auquel on fait face mais plutôt … ben en fait je ne sais pas trop. C’est un melting-pot d’épreuves toutes plus déjantées les unes que les autres. Mais ça l’est à un point que le jeu perd complémentent sa substance car on est vite frustré de ne pas participer à un championnat comme on était en droit de s’y attendre.


Un petit coup d’herpès?

Concernant les objets que l’on peut trouver ça et là sur les parcours, on reconnait bien le style de la série. On a des nains de jardin qui vous tirent le pantalon, Saddam Hussein qui pollue votre écran, une sonde anale qui vous rend toute fofolle, du vomi, des pets qui servent de boost, Une prostituée qui vous file de l’herpès, un chien qui vous mort les guiboles, des bombes à eau, des vaches piégées et j’en passe et des bien pires. C’est un grand n’importe quoi qui, s’il est cohérent avec la série, est complètement ingérable durant le jeu. On peut ramasser jusqu’à 3 objets à la fois et tenter de la jouer un peu tactique mais la seule tactique qui prévaut est de foncer sans trop s’en faire pour accomplir l’objectif du niveau (car on ne parle plus de courses) en essayant dans la mesure du possible d’éviter les autres concurrents. En fait, ceux-ci sont assez agressifs et même parfois franchement casse-pieds. Et il y a tellement d’items sur les circuits que ça balance des attaques à tous les coins de rue. Mais bon, si vous la jouez juste sur la vitesse, vous serez vite débarrassés de tous ces empêcheurs de rouler droit. Mais du coup, le jeu devient très vite fade et sans intérêt.


Tant de variété … pour rien.

Ce South Park Rally m’a vraiment perturbé. Déjà je n’ai jamais eu les courses que j’espérais dans l’univers de la série, ensuite les épreuves qui, si elles varient assez deviennent finalement redondantes entre elles jusqu’à être franchement barbantes. Surtout que le mode championnat est assez casse-pied sur un aspect : si à chaque course vous sauvez votre progression, arrêter votre jeu pour continuer plus tard n’est pas possible. Vous devrez systématiquement tout refaire depuis le début et si votre temps de jeu est limité (en dessous d’une heure), vous n’arriverez jamais au bout pour débloquer tous les circuits et personnages. En plus, ce South Park Rally manque totalement de la composante essentielle de tout bon clone de Mario Kart, le fun. Je suis désolé mais je ne me suis quasi jamais amusé en jouant à ce jeu et pourtant j’ai essayé de m’investir dans l’univers et tout mais non, rien n’y a fait. C’est un peu désolant, vous ne trouvez pas? Et même à plusieurs, c’est le même constat : on s ‘ennuie ferme en jouant ce qui est limite inacceptable. Et, une dernière remarque avant de clôturer ce test, je dois reconnaître aussi que le jeu en soi n’est vraiment pas terrible graphiquement parlant. On est juste un peu au dessus du niveau de la première Playstation ce que je peux difficilement accepter venant d’une Dreamcast.


You Shall Not Pass!

Non, vraiment, ne vous risquez pas à jouer à ce South Park Rally à moins d’être un fan hardcode de la série télé et de collectionner tout ce qui tourne autour. Si le postulat de départ pouvait être intéressant, le résultat final déçoit terriblement.

Appréciation globale
3/10