31 décembre 2013

SUPER NINTENDO : DragonBall Z - La Légende Sayien


DragonBall Z a bercé mon enfance. J’adorais cette série manga et je n’en pouvais plus des rediffusions à répétitions du Club Dorothée, attendant vainement la suite de l’histoire. En parallèle, le premier jeu de combat DragonBall Z sur Super Nintendo avait instauré une nouvelle logique dans les combats. Et voici qu’arrive ce deuxième jeu de combat : La Légende Sayien et avec lui la promesse d’en savoir plus sur la suite de la série (vu qu’au Japon, la série était bien avancée). Et pour citer un de mes amis : on s’attendait à un titre exceptionnel et on s’est retrouvé avec une légende …




Un jour tranquille sur terre, quand soudain …

Que nous propose ce DragonBall Z? Il y a d’abord le classique mode versus, un petit mode championnat et le mode histoire. C’est surtout celui-ci qui va nous intéresser car les autres modes n’ont d’intérêt qu’à plusieurs même si j’y reviendrai plus tard. Donc, le mode histoire va nous propulser en plein dans les jeux de Cell, ce petit tournoi qui avait pour but d’affirmer la puissance de Cell et de faire grandir la peur dans le monde. On sait tous ce qu’il en est maintenant mais à l’époque, le suspense restait entier. Donc, dans le jeu on peut choisir entre 4 personnages principaux pour le mode histoire : Vegeta, Trunks du futur, San Gohan et Picolo. Suivant le personnage et vos victoires ou défaites, de nouveaux combattants apparaîtront comme les mini-Cell. Petite parenthèse, la scène ou Mr. Satan tente de se battre contre Cell est très bien retranscrite. Les fans apprécieront. Ensuite, le mode histoire se permet de larges libertés en incluant des éléments de 2 films DragonBall Z& : Les pirates de l’espace et Broly. On doit juste affronter un ou deux clones des guerriers de la terre puis battre Zangya et Bojak pour enfin se battre contre Broly (qui ont été renommés Aki, Kujila et Tara pour l’occasion) si on est dans le mode difficile ou très difficile. Ce n’est pas exceptionnel mais au moins on a une histoire plus ou moins scénarisée qui va changer avec vos décisions, personnage choisi et résultats de combats. Dans l’ensemble, c’est vraiment très correct pour l’époque car peu de jeux de combats offraient un tel mode histoire en se bornant à proposer un mode arcade très classique.

Merci la localisation.

Alors, il faut savoir que la version française de ce jeu est risible à plus d’un titre car quasi tous les textes sont complètements ratés. Ce jeu est d’ailleurs très connu pour ce point sur internet. Non seulement on a des noms qui ont étés complètement changés mais même le texte se veut totalement incohérent d’une ligne à l’autre. Je ne vais pas trop m’étendre sur ce sujet mais c’est vraiment le degré zéro de la qualité de traduction. D’accord, je sais pertinemment que la taille du texte possible est limitée par le cadre de l’affichage mais là, c’est parfois un n’importe quoi intégral. Mais revenons au jeu. Le style même du combat suit la ligne directrice du premier DragonBall Z (Super Boutoden) en proposant un espace de combat très large avec la possibilité de voler et surtout, surtout, la possibilité de balancer des attaques spéciales gigantesques et de faire de gros affrontements de vagues d’énergie. Aaahh .. je me souviens avec nostalgie de ces journées et soirées à jouer en versus des affrontements où l’on en ressortait heureux mais les pouces bien meurtris par l’action. Il faut savoir aussi que c’est ce jeu et pas Street Fighter 2 qui m’a vraiment entrainé à l’utilisation des quarts de cercle pour effectuer des coups spéciaux. Quel bon temps, n’est-ce pas?

Alors, au menu …

Il y a donc 8 personnages jouables pour les modes versus et championnat plus 2 qui sont disponibles via un code (San Goku et Broly). C’est un peu juste à mon avis au vu de la richesse de la série. On a donc certains mécanismes de jeu très intéressant qui sont apparus comme le Meteor Smash qui est une attaque spéciale propre à un personnage dont le but est d’envoyer valdinguer l’adversaire avec un mouvement très stylé à la façon du dessin animé. C’est parfois difficile à placer mais très amusant lorsqu’on y arrive. Parfois, l’arène de jeu grandit un peu lorsqu’un adversaire est projeté et on peut même finir par exploser un rocher à la fin de la projection. C’est très bien car ça renforce encore l’immersion avec le dessin animé. On a donc les fameux combats d’énergie qui vont vous faire défoncer le bouton A pour éviter de prendre la grosse attaque dans la figure ainsi que diverses possibilités de contrer ces attaques si vous ne voulez pas faire les dits combats d’énergie. Chaque personnage a une série de coups spéciaux tirés également de la série et le jeu est très fun, surtout à plusieurs. Et les musiques, si elles ne correspondent pas vraiment à la série télé, sont de très bonne factures, incluant les voix originales pour les attaques qui, elles aussi, sont très bien digitalisées. Voilà … Voilà, voilà … Non, je ne peux pas me taire … Désolé mais il y a aussi des choses qui m’on insupporté dans ce jeu et je me dois de vous en faire part.

Manette 2, maintenez Start + Select + L + R au démarrage du jeu.

Première chose, la vitesse du jeu est beaucoup trop lente. On a l’impression de voir des escargots paraplégiques en pleine course. D’accord, vous me répondrez qu’il y a un code pour mettre le jeu en mode turbo mais pourquoi, oh grand Dieu POURQUOI, cette possibilité n’est pas le mode standard du jeu? Avec nos versions Européennes en 50 Hz, le jeu est déjà fort ralenti alors ce mode turbo devient vital MAIS, à l’époque, pour connaître ce code il fallait l’avoir lu dans un magasine spécialisé ou toute autre méthode. En standard, le jeu est super lent et c’est assez minable. Ensuite, second point, je trouve que le jeu a vraiment perdu en qualité graphique. Les décors sont très pixélisés avec de gros grains très visibles et c’est pareil pour les personnages. Je sais qu’il y a un cell shadding pour renforcer encore le lien avec le dessin animé mais là c’est beaucoup trop. Pourtant, certains décors sont bien mieux que d’autres donc celui sur la mer qui est assez bien mais d’autres après contre, comme celui sous la neige, devient carrément frustrant avec justement cette neige qui cache une bonne partie de l’écran. C’est vraiment dommage car ces deux problèmes, trois avec la qualité des traductions, font perdre des points à un jeu qui, autrement, est vraiment très bien, fun et tout.

Très bon jeu, avec quelques points noirs.

DragonBall Z – La légende Sayien est un jeu culte qui a placé tellement de bonnes idées pour ses successeurs qu’il restera toujours dans la mémoire des puristes. S’il n’avait pas eu ces petits problèmes cités ci-avant, il aurait eu un score quasi parfait. Mais quoi qu’il arrive, il reste quand même dans le peloton de tête des jeux sur Super Nintendo et se doit d’être dans la collection de tout bon amateur de cette console.


Appréciation globale
7/10