6 décembre 2013

PLAYSTATION 3 : Siren - Blood Curse


Amateurs de frissons et de Nippons, Siren : Blood Curse est fait pour vous. Vous êtes fan de Silent Hill 2, de Dead Space ou de Project Zero et vous avez été déçu par les derniers Resident Evil? Venez gouter à ce survival-horror se passant au pays du soleil levant. Mettez des piles dans votre lampe de poche car il va faire un peu sombre, prévoyez des médicaments pour le cœur et embarquez dans le village d’Hanuda, sympathique bourgade baignant dans une mer de sang et remplie de morts-vivants.




Excusez-moi, je peux vous poser quelques questions?

L’histoire de Siren : Blood Curse tourne autour d’une équipe américaine de reporters de l’étrange venus enquêter sur le village japonais d’Hanuda où un massacre a eu lieu une trentaine d’années auparavant et qui a été enseveli par un glissement de terrain. Là, ils trouvent un village pourtant bien présent et tombent face à une cérémonie où une jeune fille sur le point de se faire sacrifier se fait sauver par un étudiant en goguette. Passé ce sauvetage, les gens du village deviennent des zombies et tous ceux qui meurent de leur mains se transformeront de fait en zombie, aussi appelé shibito par là-bas. On a donc le caméraman, la journaliste, son ex-mari de scientifique spécialiste des cultures anciennes, leur fillette (car il n’y avait pas de baby-sitter disponible), notre étudiant avec sa protégée, un docteur très taciturne et enfin une mystérieuse jeune femme qui présidait la cérémonie du sacrifice qui se retrouvent pourchassés par les shibitos. Dès lors, le groupe se sépare et on va contrôler tour à tour chacun de ces protagonistes un certain nombre de fois pour tenter de se sortir de ce mauvais pas. Alors, je voudrais d’abord prévenir tout le monde : l’histoire est sacrément compliquée à comprendre et ne peut être complètement appréhendée que via la découverte et la lecture assidue des archives, documents et objets divers trouvés lors de vos pérégrinations car le jeu lui-même restera assez vague, voire totalement barré par endroits malgré quelques éclaircissements bienvenus. Je ne vais pas spoiler (j’ai du faire pas mal de recherche dans les archives pour comprendre le principal dont les paradoxes temporels) mais c’est assez costaud, suffisamment pour vous donner envie de savoir le fin mot de l’histoire.




Une pluie de sang, une sirène retentit et la fuite commence …

Siren : Blood Curse est le troisième épisode de la série Forbidden Siren et, surtout, est un peu un reboot du premier épisode. Alors je n’ai pas joué encore aux deux premiers épisodes mais au vu du dernier, j’en ai sacrément envie. Ce jeu est donc un survival-horror très bien foutu avec des graphismes vraiment très bons et une ambiance malsaine au possible. Et pour rendre encore plus l’aspect reportage, le jeu est découpé en douze chapitres, chacun se déroulant de la même façon (comme un épisode d’une série télé) avec une intro qui reprend les grands moment de l’épisode précédent, une première aventure, une vidéo de mi-épisode, une seconde aventure et le clash de fin suivi du trailer de l’épisode suivant. J’aime bien ce principe qui permet de jouer à son aise en faisant un épisode à la fois même si on peut reprendre au dernier point de contrôle car le jeu en comporte énormément. L’élément principal qui va surtout différencier Siren : Blood Curse des autres survival-horror est son gameplay atypique. Alors bien sur on peut courir, sauter, ramasser un objet, une arme, se battre, se cacher mais surtout on peut utiliser la vision shibito. Cette fonctionnalité permet de scinder son écran en deux sur la largeur et de voir dans cette moitié ce que voit un autre personnage du jeu. Principalement, on utilisera ce pouvoir sur les shibito pour anticiper leurs déplacements, les observer dans leurs tâches et récolter des indices mais aussi on peut choisir de voir par les yeux de vos équipiers (si vous en avez un sous la main) pour les trouver facilement ou pour pouvoir les suivre. S’il faut un petit temps d’adaptation pour utiliser cette double vision, son effet dans le jeu est vraiment prenant. D’ailleurs, cette vision se déclenche automatiquement si vous êtes attaqué pour fuir ou vous défendre plus efficacement.




Tellement réaliste.

Graphiquement, le jeu est assez beau pour une PS3 mais c’est le travail de design avec la multitude de détails dans les décors qui renforce considérablement l’atmosphère oppressante du jeu. Ajoutez à ça un travail graphique de fou sur les personnages jouables et les shibitos utilisant autant des prises de vues réelles que du motion-mapping (mouvements, visages) et vous aurez des animations incroyablement réalistes couplées à des visuels vraiment réussis. L’aspect sonore n’est pas en reste avec ses musiques d’ambiance très réussies mais c’est surtout les petits détails qui feront la différence (et d’ailleurs vous en apprendrez plus avec le making of fourni avec le jeu). Vous avez les bruits qui sont différents en intérieur et en extérieur, les bruits des armes qui varient suivant l’arme et la surface où l’on frappe et surtout, surtout le travail des voix. Le jeu d’acteur est déjà très convaincant en soi mais c’est avec les shibitos qu’on atteint le top du top. Ce n’est pas explicable mais sachez qu’une grande partie de l’atmosphère vient des voix des shibitos, surtout en mode de vision shibito car ils se parlent entre eux par moment, vous appellent pour vous retrouver, parlent tous seul avec leur voix torturée, … Pour revenir un peu avec le design des shibitos, déjà l’aspect zombie est très bon mais lorsqu’on couple ces zombies avec des insectes (mouches, araignées et vers/asticots), on a des personnages encore plus effrayant que vous adorerez découvrir (mais moins combattre). Siren : Blood Curse fait aussi très fort dans la gestion des lumières. D’accord le jeu est très sombre mais c’est voulu par l’histoire, par le type même du jeu (survival-horror) mais les lumières, les ombres surtout, le brouillard, … toutes ces choses mettent une ambiance de folie qui ne vous laissera surement pas insensible. C’est surtout le cas dans certains épisodes comme celui avec Bella, la petite fille, qui doit s’enfuir d’un hôpital rempli de shibitos mais qui ne peut se battre et doit se la jouer infiltration … c’est super stressant.




Quelques petits couacs.

Alors, Siren : blood curse a une ambiance de folie (au propre et au figuré) mais il y a quand même quelques petites choses qui m’ont un peu …disons dérangé. Par exemple, la vision shibito est très bien, vraiment mais en divisant l’écran en deux dans la largeur, on perd énormément de mobilité et de lisibilité de sa partie d’environnement. Il aurait été plus judicieux de diviser l’écran en deux avec une partie en haut et une partie en bas à mon goût. Aussi, un truc que je trouve rendant le jeu trop casual est que chaque objectif de mission est à chaque fois clairement indiqué sur la carte du niveau. Ladite carte est super pratique pour comprendre l’architecture des niveaux et tenter de trouver son chemin mais c’est trop flagrant de savoir exactement où aller à chaque fois, ça enlève un peu du charme de la recherche. Enfin, le truc qui renforce encore l’aspect casual est que le jeu peut se prendre parfois pour un jeu d’action et plus un survival. En fait, dès que vous trouvez une arme, vous aurez plus tendance à foncer dans le tas qu’à éviter soigneusement les ennemis car c’est beaucoup plus rapide et efficace de cette manière de terminer un niveau. Sinon, j’ai relevé quelques petits bugs pas vraiment gênants comme le fait d’obtenir l’arme d’un ennemi qui vient de nous tuer lorsqu’on respaw (c’est arrivé deux fois en tout) ou quelques légers problèmes d’I.A. dans les combats comme les ennemis qui frappent dans le vide si vous lui mettez deux mandales et reculez et puis qui va seulement avancer pour vous attaquer. Dans l’ensemble, il n’y a pas de gros problèmes et c’est tant mieux car Siren : Blood Curse m’a scotché pendant 12h (on peut aller plus vite en se la jouant action mais on profite moins de l’ambiance) et j’ai désormais la ferme intention d’essayer les autres opus sur PS2.




Une bonne surprise.

Siren : Blood curse est une vraie surprise pour moi. Je l’ai acheté en occasion sans le connaître, que ce soit pour le style de jeu ou son historique, et je n’ai pas été déçu de mon achat. J’ai découvert un excellent survival avec de bons mécanismes et un concept intéressant. Vous aimez le genre ? Vous aimerez Siren : Blood Curse. Alors n’hésitez pas à vous le procurer.





Appréciation Globale
8/10