19 novembre 2013

SUPER NINTENDO : Pocky Et Rocky


A la grande époque de la Super Nintendo, rares étaient les jeux à sortir des frontières Japonaises. Et même là, la localisation arrivait souvent à pourrir le jeu. Pocky Et Rocky fait partie de cette fournée de jeux Japonais qui sont arrivés jusque chez nous. Je me rappelais de sa grande beauté mais surtout de sa difficulté. Replongeons-nous dans ces temps où il fallait encore souffler dans les cartouches lorsqu’elles résistaient au démarrage





Il était une fois ...

...un petit jeu sympa nommé Pocky Et Rocky. Ce jeu était un jeu de tir à l’ancienne mais ne mettant aucunement en valeur des avions ou autres vaisseaux. Dans ce jeu, on dirigeait une prêtresse du nom de Pocky et raton-laveur du nom de Rocky. Ces deux personnages pouvaient se déplacer dans toutes les directions et lançaient chacun quelque chose leur servant d’arme. Pour Pocky, il s’agissait de parchemins sacrés et pour Rocky, il s’agissait de feuilles. Si pour chacun, leur tir de base allait en ligne droite et n’était pas très puissant, ils pouvaient trouver des bonus pour augmenter leur puissance en multipliant le nombre de projectiles et en les lançant de façon élargie pour balayer une plus grande surface. Mais ce n’était pas là leurs seules armes. Nos héros avaient une attaque secondaire qui permettait de balayer les ennemis ainsi que leurs projectiles, Pocky agitant son bâton sacré et Rocky secouant sa queue touffue. Au long de leurs aventures, ils pouvaient également trouver un autre projectile, commun celui-là, sous forme d’une boule de feu qui pouvait elle aussi améliorée. Ensuite, nos héros pouvaient effectuer une glissade pour esquiver plus facilement les attaques de leurs assaillants ou passer plus vite un passage dangereux. Et pour finir, le top du top, leur attaque spéciale qui fait extrêmement de dégâts sur tout l’écran (mais limitée en nombre). Et ceci n’est que le commencement de leur histoire.


Bienvenue dans le folklore Japonais.

Le monde de Pocky et Rocky s’inscrit totalement dans le folklore Japonais avec ses esprits, fantômes, gnomes et autres monstres bien connus. Si vous connaissez un peu cette thématique, vous ne serez pas dépaysés et pour les autres, vous prendrez beaucoup de plaisir à découvrir ces univers si particuliers mais aussi si agréables à visiter. Alors au menu : cimetière, maison hantée, ville fantôme, rivière, montagne piégée, vaisseau volant et palais maudit. C’est-y pas beau tout ça? 6 niveaux à parcourir seul ou à deux (recommandé) dans lesquels vous trouverez nombre d’ennemis, quelques bonus de puissance et de rares items pour vous remettre de la vie. Rares, c’est bien le mot car au vu de la difficulté du titre, vous allez pleurer vos mères pour en trouver sur votre route. Enfin … oui et non. Dans mes souvenirs, disais-je, le jeu était super difficile et je n’avais jamais passé le niveau 4 (sniff). En le réessayant récemment, je suis arrivé du premier coup au niveau 6. J’étais super surpris mais, avec le recul, c’est mon expérience de joueur qui s’est enrichie au fil du temps qui m’a permis de passer plus efficacement ces niveaux pourtant pas simples, je le reconnais. La difficulté est donc bien là et c’est dans ce dernier niveau qu’elle donne vraiment de la voix.


Des ennemis à la pelle.

En fait, je pense qu’avoir bien assimilé les différentes attaques et leur effet m’a bien aidé face aux hordes d’ennemis. Et c’est d’autant plus vrai lorsque vous êtes assaillis et entourés d’ennemis vous lançant des projectiles car j’ai bien compris que l’attaque secondaire permet de contrer ces projectiles et donc de rester en vie plus longtemps. Et si l’attaque va trop vite vers vous, la glissade sera elle aussi salutaire. Je pense qu’étant jeune, j’ai du zapper ces effets … Quoi qu’il en soit, essayez au possible de garder les super attaques pour les boss car vous en aurez fichtrement besoin. Surtout que cette attaque permet de vaincre les premiers boss en un seul coup, voire deux pour les suivants. Et croyez-moi, vous serez tentez de les utiliser avant car il y a des boss de mi-niveau à chaque stage qui vous donnerons aussi du fil à retordre. Ce qui est bien, c’est que le bestiaire étant très varié, on a des ennemis différents à chaque niveau (ou presque), ce qui donne une idée de la qualité du titre. Et en parlant de qualité, il me faut vous parler des graphismes qui sont super beaux, vraiment. La Super Nintendo donne de la voix et vous offre une qualité graphique d’exception pour un titre qui n’en est pas moins. Et le son n’est pas en reste car les musiques et les bruitages sont de très bonnes factures, c’est un régal pour vos oreilles.


Et, c’est tout?

Non, bien sur. Il me reste beaucoup à dire mais je ne veux pas non plus trop exagérer. Il y a quelques petites choses qui ne m’ont pas fort emballé dans ce jeu. D’abord, la difficulté du dernier stage et principalement du dernier boss m’a fait m’arracher les cheveux par touffes entières. Bon sang de bonsoir, que ce boss est difficile à vaincre avec son attaque qui vous suit tout le long de l’écran. Et c’est surtout à ce moment que l’on remarque les petits détails qui tuent comme le fait de se retrouver bloqué par un petit décor d’un pixel de haut lorsqu’on fait une glissade pour éviter une attaque par exemple, ou lorsque la glissade ne se dirige pas du bon côté. C’est la seule action pour laquelle la maniabilité n’est pas géniale. Et puis, le jeu est quand même assez court avec moins de 45 minutes pour arriver au bout si on connait bien le jeu. C’est quand même un petit peut léger pour nous, joueurs confirmés. Autrement, ce Pocky Et Rocky est un jeu excellent qui jouit d’une rejouabilité exemplaire, surtout si vous avez un ami qui pourra prendre la seconde manette. Attendez-vous à des crises de rires et peut-être même des disputes si l’un prend le bonus que l’autre attendait depuis un moment. Ah … ce que les gens peuvent être mesquins entre eux … mais c’est ça aussi qui fait qu’on passe un très bon moment.


Qui c’est qu’on appelle?

Pocky et Rocky bien sur, pas les SOS Fantôme car on n’est pas sur le même continent. Ce jeu est une petite perle de la Super Nintendo. Faites attention à sa difficulté et tout ira bien, surtout si vous avez la chance d’avoir un compagnon de route. Franchement, n’hésitez pas à l’inclure dans votre ludothèque car Pocky Et Rocky y a tout à fait sa place.


Appréciation globale
8/10