15 novembre 2013

DREAMCAST : Looney Tunes Space Race


Heuuuu, quoi de neuf docteur? Cette phrase, tout le monde la connaît. Et comme j’adore les personnages de la Warner Bros, j’étais assez pressé de jouer à Looney Tunes Space Race sur Dreamcast. Après tout, les vidéos de lancement que j’avais pu trouver sur le net présageaient d’un jeu bien loufoque comme on est en droit de l’attendre. Alors n’attendons plus une minute du tout et fonçons à travers les étoiles avec Bugs Bunny et sa bande.


J’ai cru voir un gros minet.

Bienvenue à tous dans la plus folle des courses, celle qui met en scène les plus fêlés des personnages de dessin animé. J’ai nommé Bugs Bunny, Daffy Duck, Will E..Coyote, Montana Sam, Porky Pig, Elmer Fudd, Sylvestre et autre Marvin le martien. Tout ce beau monde va parcourir toute une ribambelle de circuits plus farfelus les uns que les autres, histoire de débloquer des jetons pour acheter des épreuves encore plus farfelues que les courses de base. Et le tout est présenté par le Coq et par Lola Bunny, assistés des martiens verts en forme d’oiseaux comme caméramans. Sur ce point, l’intro du jeu est vraiment excellente. Un vrai dessin animé de la grande époque, tout en 3D. Et puis … le menu qui fait pouet, bing et plouf. Bon, je sais que c’est dans l’esprit mais ce genre de bruitage à répétition dans le menu m’a passablement gavé au bout d’un moment. En plus, les temps de chargement pour aller dans un menu sont quand même énormes, même pour l’époque. Concernant le menu, plusieurs options s’offrent à vous : les courses simples, les challenges (un contre un), les contre-la-montre, le multi et les épreuves loufoques. Pas de mode tournoi en vue malheureusement.

Plus c’est fou, mieux c’est.

Alors, graphiquement ce jeu est vraiment excellent. La 3D est bien réussie, les animations, la vitesse … tout est très bon. Le meilleur vient encore des décors des courses qui sont résolument magnifiques. C’est du grand art qui reflète totalement l’esprit toonesque de ce jeu et de ses personnages. C’est bien une des rares fois où je vois un jeu qui respecte tellement son sujet. Les niveaux sont colorés, inspirés et je me suis surpris à les admirer de temps en temps … au risque de sortir de la piste. Bon, revenons à nos lapins. Les circuits en tant que tels ne sont pas trop compliqués mais certains virages trop serrés vous feront systématiquement sortir et perdre du temps. Et pour perdre du temps, il y a en plus quelques objets à ramasser sur la piste tel Mario Kart qui vous seront fort utiles. Il y a par exemple un gant de boxe sur ressort et un rayon laser pour les attaques à courte portée, un double lance-missiles, une bombe et un nuage d’éclair en spray pour les attaques à moyenne portée et différentes choses à faire tomber sur la tête de vos adversaire pour les attaques à longue portée. Il y a aussi un piège qui est un trou à poser sur le sol et pour finir, un trèfle à quatre feuilles qui vous rend invincible pendant un court moment. Ajoutez à cet arsenal la possibilité d’utiliser un turbo-boost dès que vous collectez 5 bidons de carburant.

Alice, ça gliiiiiiiise!

Je l’ai un peu dit mais les contrôles, s’ils sont assez corrects dans l’ensemble, manquent un peu de répondant et spécialement dans les tournants. Vous finirez souvent dans le mur, c’est moi qui vous le dis. Pourtant, ça n’entrave jamais le fun du jeu. Un truc qui m’a un peu embêté tient aux musiques. Si elles sont dans l’ensemble assez correctes, elles sont malheureusement beaucoup trop discrètes et ce même si vous augmentez leur volume à fond. En revanche, les voix françaises sont un vrai régal. Tous les doubleurs officiels ont été mis à contribution. Dommage que les commentaires des deux commentateurs soient si limités durant les courses. C’est quasi tout le temps le même commentaire qui revient pour chacun d’eux. Allez, je passe au plus intéressant : les courses en elles-mêmes. Que dire si ce n’est que ça ressemble à un Mario Kart, ça a le goût d’un Mario Kart mais ce n’est malheureusement pas un Mario Kart. Que ce soit seul ou à deux, les courses sont au final assez ennuyeuses. Et comme il n’y a pas d’équivalent à la carapace bleue de Mario Kart, celui qui est en tête avec suffisamment d’avance ne sera jamais rattrapé et ne sera jamais sujet à recevoir une attaque car il dépassera la distance requise pour se faire toucher ou viser.

C’est le grand foutoir.

Pire encore, lorsque plusieurs concurrents sont proches les uns des autres, c’est une véritable guerre qui se passe sous vos yeux car vous récupérez constamment des objets spéciaux tant il y en a sur les piste. Alors ça tire, ça écrabouille, ça lazerise … à tout va et parfois plusieurs fois à la suite si on enchaine les caisses d’équipement. En fait, ce qui me dérange surtout c’est que le jeu m’a ennuyé au bout d’un moment pas très long. Si vous jouez bien, vous serez seul en tête pendant plus de la moitié des courses donc ça devient soit trop facile, soit inintéressant. A deux, ça va un peu mieux mais le problème survient tout autant : j’ai déjà eu un demi tour d’avance sur le deuxième en jouant à plusieurs. Dès lors, à part s’arrêter et attendre les suivants pour redonner un peu de piment à la course devient la seule solution et là je ne suis pas d’accord. Pourquoi avoir fait un jeu techniquement très bon pour rater le point le plus important : le plaisir de jouer à ce jeu? Pourtant il y a du contenu avec énormément de pistes, des personnages, défis et courses spéciales à débloquer, … mais rien n’y fait, on s’ennuie pendant les courses. Quel dommage.

C’est la saison de la chasse au canard.

Looney Tunes Space Race est un bon et beau jeu mais qui manque sérieusement de fun alors qu’il incorpore complètement la touche de folie qu’on espérait. Les fans de Bugs Bunny et des autres apprécieront, les autres passeront (trop?) rapidement leur chemin.

Appréciation globale
6/10