24 septembre 2013

PLAYSTATION 2 : Soul Calibur 3


Aaahhhh … La série des Soul Calibur … J’en suis un grand fan depuis le premier épisode qui m’a laissé pantois face à ma Dreamcast. Sa suite, bien que trop similaire à mon goût, s’est montrée excellente et m’a aussi laissé relativement pantois. Mais que dire de ce troisième opus? Trop de mots viennent à mon esprit, des mots comme merveilleux, génial, grandissime et magnifique par exemple. Mais plutôt de ne citer que des adjectifs, laissez moi vous ouvrir la porte vers cette merveille de la Playstation 2.



 


La troisième génération.

Le premier Soul Calibur était phénoménal, tout le monde est d’accord là-dessus. Le second était très bien mais ne réussissait pas à vraiment se démarquer de son ainé. Le troisième va mettre tout le monde d’accord, c’est moi qui vous le dis. Dès la vidéo d’introduction, vous comprenez que Soul Calibur 3 va vous proposer du lourd, du très lourd même. Surtout, cette intro donne une idée (qui va persister) que ce Soul Calibur va devenir plus axé autour d’un vrai scénario narratif. C’est fini le coup de la petite histoire à deux sous expédiée en 3 artworks. Désormais, chaque personnage a son historique mieux expliqué, sa fin propre bien réalisée en vidéo et surtout, surtout, un mode histoire qui raconte réellement une histoire. Mieux, vous pourrez par moment choisir la direction que prend votre histoire même si ça n’a pas vraiment d’incidence sur la suite des évènements. Dans tous les cas, on sent vraiment un gros effort dans la narration pour offrir plus de contexte au joueur. Bonne idée, messieurs les développeurs, vraiment, et je fais feu des deux pouces.



Alors, quoi de neuf?

Qui dit nouvelles version dit ajouts et nouveautés. On a déjà eu un aperçu de celles-ci avec cet aspect «histoire» plus évolué mais est-ce tout? Oh que non, bande de petits veinards. Déjà il y a quelques personnages supplémentaires dont mon préféré, Tira avec son épée circulaire qui lui offre un panel de mouvements géniaux mais il y a aussi Zasalamel et sa faux qui a une énorme allonge ou encore Setsuka et son ombrelle cachant une épée et bien d‘autres. Il y a donc 18 personnages jouables de base agrémentés de 7 personnages à débloquer. Mais il y a encore mieux car l’éditeur de personnage s’est grandement amélioré pour devenir une vraie source d’expérience de jeu en créant le combattant sur-mesure tel que vous en rêviez. Essayez aussi le mode de création aléatoire qui peut donner des résultats surprenants, voire totalement hilarants. Et là encore, je ne parle que du mode histoire (qui s’appelle en fait La Légende Des Âmes) car il y a une autre possibilité de créer un personnage mais j’y reviendrai plus tard. Avant toute chose, il faut que je vous parle du point d’orgue de cette série, celui qui met à chaque fois tout le monde d’accord: les graphismes.



Mes yeux sont au paradis.

Faut-il vraiment en dire plus que ce titre? Oh oui, il le faut car Soul Calibur 3 a réussi à mettre la barre encore plus haute que ses prédécesseurs. Comment le décrire le plus raisonnablement possible étant donné que «magnifique» n’est juste pas assez fort. Si vous avez compris ce que je veux vous expliquer, c’est génial. Pour les autres, Soul Calibur 3 est beau à pleurer. Le détail des personnages est hallucinant, les niveaux sont justes superbes avec, pour eux aussi, un niveau de détails affolant. La Playstation 2 est vraiment une console extraordinaire pour réussir un tel exploit technique. Et les animations des personnages ne sont pas en reste. Mes animations préférées étant encore relatives à Ivy et sa lame fouet ainsi qu’à Tira qui danse littéralement avec sa lame circulaire. Et les effets spéciaux. Là encore vos mirettes seront ravies car le tout est vraiment magnifique. Si j’avais dit que les différences graphiques entre le premier Soul Calibur et sa suite ne m’avaient pas tant impressionnées, cette fois le match et gagné d’avance car Soul Calibur 3 ne souffre d’aucun rival. Est-ce que je vous ai parlé des musiques et bruitages? Là encore c’est excellent et je vous assure que vous aurez du mal à oublier certains thèmes. Pour résumer, d’un point de vue purement technique, Soul Calibur 3 est une pure merveille. Et comme j’adore parler de cet aspect aussi, allons donc voir comment est la maniabilité de ce troisième opus.



Une réactivité sans faille.

Je ne sais plus trop comment continuer dans ce test car je vais continuer à mettre Soul Calibur 3 sur un piédestal. Mieux, je luis érige quasi un temple. Vous aurez deviné que la maniabilité est toujours aussi bonne et, pour être précis, elle n’a pas vraiment changé entre les épisodes 2 et 3. La seule minuscule différence que j’ai notée est plus une impression qu’autre chose. Cette impression est que les contrôles sont beaucoup plus réactifs qu’avant. Sans vouloir tirer sur les prédécesseurs, je veux juste vous faire comprendre que j’ai ressenti une plus grande vivacité et réactivité dans les combats et surtout que les combos sortaient beaucoup mieux et en suivant très exactement mon rythme (qui est assez rapide). Autant dire que j’étais déjà au Nirvana rien qu’en faisant les combats du mode histoire lors de mes premiers essais avec le jeu. Mais c’est lorsque j’ai découvert le mode Chroniques de l’épée que ma raison a commencé à chavirer. Vous y créez un personnage de toutes pièces qui doit capturer des châteaux, faire des missions/quêtes, … le tout avec des notions de stratégie. Si le mode histoire ainsi que le versus avait largement de quoi convenir à tous les aficionados, ce mode de jeu incroyable vous permettra de rester encore de longues heures devant Soul Calibur 3. Je ne sais plus combien de fois j’y ai déjà joué mais soyez assurés que c’est un résident récurent de ma Playstation 2. Sur ce, je commence à manquer de superlatifs flatteurs et on va donc directement passer à la conclusion de ce test.



Je n’ai plus assez de mots …

… pour décrire une telle merveille. Le mieux est encore que vous y jouiez dès que possible pour devenir un fan comme moi de Soul Calibur 3, le meilleur épisode de cette série culte. Avec ses personnages au charisme prononcé, ses graphismes, sa maniabilité, ses combats qui ressemblent parfois à de véritables ballets, sa … ses … enfin, tout quoi. Je ne vais juste pas lui mettre la note maximale car malgré tout, je trouve toujours au premier Soul Calibur un certain charme que je n’ai jamais pu retrouver dans les autres épisodes de la série.


Appréciation Globale
9/10