13 septembre 2013

ANDROID - Manuganu


Aaaahhh … les plates-formes Android. C’est sur ce genre de support qu’on trouve des genres assez particuliers qu’on ne verra jamais ailleurs comme les jeux de type Run And Jump. Dans ces jeux, vous dirigez toujours un personnage ou véhicule qui avance constamment et vous devez faire en sorte d’éviter les obstacles qui se dressent sur votre chemin. Intéressons-nous à Manuganu, petit jeu de ce type sans trop de prétention si ce n’est celle de nous faire passer un bon moment.






Cours Forrest, cours!

Comme je l’ai dit dans l’introduction, Manuganu est un Run And Jump. C’est donc un jeu de plate-forme en vue de profil dans lequel seuls les commandes de saut, glissades et approchants seront contrôlables, la vitesse et la direction du coureur ne le seront pas. On a beau dire mais ce genre de jeu devient rapidement assez difficile à jouer car il faut avoir des réflexes bien affutés pour survivre et voir la fin des niveaux. C’est d’ailleurs un problème avec pas mal de petites tablettes et Smartphones d’entrée de gamme car la réactivité de l’écran tactile est essentielle dans ce genre de jeu. Pour en revenir au jeu lui-même, on dirige donc un petit personnage très court vêtu avec une apparence rappelant un jeune shaman qui me rappelle le personnage de Tak sur Playstation 2. Le jeu est en 3D vue de profil et les graphismes sont assez sympathiques pour un jeu Android. Ce n’est pas le top du top non plus mais la 3D est belle et, c’est assez important pour le signaler, le jeu tourne très bien sans lag, même sur un support peu puissant. Donc, d’un point de vue technique ce n’est pas mal.
 

La montagne de jour, sous la neige et la nuit.

Le jeu se compose de 3 grandes parties, chacune séparée en 10 niveaux ce qui fait 30 niveaux au total. Les graphismes (je l’ai déjà dit) sont pas mal et les environnements très agréables à la vue. Malheureusement, chaque stage est assez semblable graphiquement parlant aux autres et c’est le soleil, la neige ou la nuit qui fera vraiment la différence. Dans chaque niveau, vous aurez quelques ennemis à éviter car le moindre contact signifie la mort. Il y aura une espèce d’insecte géant, une plante qui lance des boules de feu et un piranha volant. Ajoutez à cette courte liste des pièges mortels comme les boules de piquants, les plafonds bas et les murs bardés d’épines, les geysers de flamme, les rochers roulants, les troncs d’arbres et lames oscillants et les trous. Vous me direz que c’est un peu léger mais dans ce genre de jeu, il n’en faut pas beaucoup plus auquel cas le jeu perdrait beaucoup en lisibilité. Et comment éviter tous ces ennemis et pièges me direz-vous? Du calme, mes amis. Manuganu a plus d’un tour dans son sac et ce petit bougre est très agile.
 

Do A Barrel Roll.

Manuganu a quelques possibilités de mouvement qui s’étofferont au fur et à mesure de votre progression. En premier, il pourra sauter (logique) pour passer au dessus des pièges et des trous. Il pourra également s’arrêter en cas de danger pour redémarrer au quart de tour. Il pourra également monter à la corde, sauter de murs en murs tel Batman, effectuer des glissades pour éviter les pièges à mi-hauteur, planer lors d’un saut et enfin il pourra effectuer un écrasement pour casser des sols fissurés et activer des interrupteurs. Les animations de votre petit héros sont très fluides et tous les mouvements sont faciles à réaliser avec l’écran tactile. Il y a un bouton pour sauter, un second pour stopper et redémarrer et en faisant un mouvement de haut en bas avec le doigt on fait la glissade. Heureusement d’ailleurs que les commandes sont simples car au vu du level-design, il faudra rapidement effectuer les actions nécessaires et ce au bon moment. Heureusement, il y a des points de «sauvegarde» représentés par des totems qui permettent de reprendre la course à cet endroit si vous mourrez.
 

Votre temps en compté.

Si vous avez 30 niveaux dans Manuganu, ceux-ci ne sont pas tous directement accessibles. Pour chaque niveau complété, le suivant se débloquera mais le dixième niveau de chaque grande partie restera bloqué tant que vous n’aurez pas suffisamment d’étoiles. Pour obtenir des étoiles, il faut réussir des défis dans chaque niveau et dans chaque niveau il y a 3 étoiles à gagner. Dans le types de défis, il faudra par exemple arriver à la ligne d’arrivée sans mourir ou en faisant un temps minimum, il faudra peut-être aussi trouver les 3 médaillons disséminés sur le parcours ou enclencher 3 interrupteurs ou encore casser 3 dalles fissurées … il y a beaucoup de petits défis comme ça à accomplir en une ou plusieurs fois (parfois) pour gagner des étoiles. Il vous faudra donc souvent refaire des niveaux pour réussir tous les défis si vous voulez débloquer les 3 dernières zones de chaque grande partie. Dans tous les cas, Manuganu n’est pas un jeu trop difficile ou très long. En quelques heures (3 à 4 maximum), vous aurez terminé tous les niveaux et tous les défis associés. Ce n’est pas très long mais bon, c’est Manuganu n’est qu’un petit jeu gratuit après tout et de ce point de vue, c’est déjà pas mal du tout.
 

Le petit guerrier part en guerre.

Manuganu est agréable, bien réalisé et simple à prendre en main. Certes, il n’est pas très long ni très varié mais il reste un bon petit jeu qui ne demande qu’à vous divertir et il y réussi assez bien. Comme en plus il est gratuit, il n’y a aucune raison pour ne pas s’y essayer.



 
Appréciation globale
6/10