13 août 2013

DREAMCAST : Evolution - The world Of sacred Devices

Evolution, c’est le tout premier RPG à être apparu sur Dreamcast dans nos contrées. De plus, il est édité par Ubisoft ce qui sous-entend un certain niveau de qualité. Le bébé est tout chaud, la maman se porte bien, place aux examens médicaux d’usage.








Made in Japan.

Comme tous les JRPG (RPG japonais), Evolution nous invite à suivre les pérégrinations d’un héros et de son équipe. En l’occurrence, le héros s’appelle Mag et il sera accompagné par une jeune fille et son majordome (la plupart du temps) pour explorer des donjons en quête de trésors. Mag descend d’une lignée d’aventuriers et, depuis la disparition de ses parents, s’efforce de rembourser les dettes de sa famille en effectuant des recherches et en revendant des trésors. Dans cette optique, Evolution se situe directement dans le groupe des donjons-RPJ car 95% du jeu consiste à explorer des donjons dont chaque étage, bourré d’ennemis, est généré aléatoirement.




Kawai.

Graphiquement, le jeu tient la route. Ce n’est pas une extase graphique mais c’est raisonnable. Petit plus pour la gestion de la caméra qui est très correcte. Les personnages sont mignons et attachants, on visite des donjons, quelques villages, des maisons … mais principalement des donjons (sniff). Ceux-ci sont très monotones car ce sont quasiment les même textures réutilisées à chaque étage d’un même donjon. Concernant les mécanismes de jeu, ceux-ci sont très basiques. On dirige une équipe de 3 personnages, on peut choisir de mettre ses personnages en position offensive, défensive ou neutre, on gagne de l’expérience pour utiliser des attaques plus puissantes … blah, blah, blah. Que du classique. Si vous cherchez l’originalité dans les mécanismes de jeu, passez votre chemin. Evolution n’utilise que des recettes éprouvées mais les utilise correctement (heureusement). Les attaques spéciales sont visuellement correctes et … voilà.





On tourne en rond.

Evolution est répétitif, vraiment répétitif. On part pour un donjon, on fait les étages les uns après les autres, étages qui se ressemblent énormément. On visite les étages pour trouver des trésors et tuer les ennemis (ennemis que l’on voit réellement et donc que l’on peut éviter). On revient à la demeure de Mag pour quelques (très) longues phases de dialogue, on vend/achète des objets au village voisin … et on part pour le donjon suivant. On va également trouver au fur et à mesure deux personnages jouables qui pourront être intégrés à son équipe : un jeune aventurier et une chasseuse de trésors. Le jeu se termine en 15 à 20 heures au bout desquelles on va le remiser dans un tiroir pour ne plus l’en sortir. Curieusement, malgré la répétitivité à outrance, on a quand même envie de terminer le jeu. Je ne sais pas si c’est l’aspect attachant des personnages ou autre chose (pas l’histoire en tous cas car elle n’est pas très palpitante), mais on a quand même en vie de continuer à jouer. Malgré le fait que les étages des donjons soient générés aléatoirement à chaque fois, on n’a vraiment pas envie de recommencer à refaire tout ce cycle de répétitions. Dommage car Evolution a ce petit quelque chose, cette étincelle qui aurait pu faire de lui un grand jeu mais qui n’a pas été assez mise en valeur.



C’est par où la sortie ?

Evolution est une petite déception. Même si en tant que premier RPG de la Dreamcast il en devient la référence de l'époque, il ne fait pas vraiment le poids face à des FF7 ou autre. Il reste que ses personnages attachants et sa mécanique bien huilée plairont aux joueurs en comparaison à sa répétitivité outrancière.



Appréciation globale
6/10