6 juin 2013

SUPER NINTENDO - Looney Tunes BasketBall

 

 

Hey, quoi de neuf docteur ? Cette phrase du plus célèbre des lapins est connue dans le monde entier. Bugs Bunny et les Looney tunes nous font rire depuis des dizaines d’années. Mais entre les tournages de dessins animés, savez-vous comment ils passent leur temps ? Ils jouent au basket et affectionnent particulièrement les rencontres en deux contre deux.  Connaissant les zigotos, ces matchs doivent être complètement déjantés. Et si on allait jeter un œil ?

 



C’est la saison de la chasse au canard !

Autant vous le dire de suite, je n’apprécie pas particulièrement les jeux de sport. Que ce soit course automobile, football ou autre, ce n’est pas ma tasse de thé. Pourtant, j’ai décidé de tester Looney Tunes BasketBall car ce jeu n’est pas comme les autres. Comme la plupart des jeux de sport mettant en scène les Looney tunes, c’est surtout le fun qui prédomine et c’est ce fun qui m’a donné l’envie de ce test. Looney Tunes BasketBall est donc un jeu de basket dont les protagonistes sont certains des plus célèbres looneys : Bugs Bunny, Daffy Duck, Taz, Marvin le martien, Elmer Fudd, Sylvestre, Wile E. Coyote, Sam le pirate et Porky le cochon. Un casting de rêve pour s’amuser. Mais est-ce que l’aspect sportif n’empiète pas sur le fun des Looney Tunes ou,  à l’inverse, est-ce que ces toons ne gâchent pas le côté sport du jeu  en en faisant des tonnes? Je vais essayer de répondre à ces questions.








 

 

 

Space Jam

Le jeu Looney Tunes  BasketBall nous propose 2 modes de jeu principaux : le versus et le tournoi. Un paramètre essentiel du jeu est le Wacky Meter (ou indice de bouffonnerie).  Plus celui-ci est élevé, plus les toons seront délirants dans leurs actions. Passez ces détails, examinons les personnages de plus prés. Chacun d’entre eux est caractérisé par différents niveaux sur les points suivants : vitesse, dunk (2 points) tirs à distance (3 points), défense et endurance. Chaque personnage est unique pour ces caractéristiques et c’est tant mieux. Les matches se jouent en deux contre deux. Vous devez donc choisir vos deux coéquipiers en premier lieu. Les caractéristiques bien différentes permettent de monter une petite équipe parfois plus tournée vers l’offensive, vers la défensive, vers les tires à distance ou mi-distance ou encore opter pour la polyvalence.


 

 

 

 

 

 

 

 

Haut les mains, peau de lapin !

Et c’est bien haut qu’il faut les monter pour mettre la main au panier. Le jeu se déroule presque comme un match de basket standard si ce n’est les mimiques des joueurs (lors des dunks ou autres) et l’utilisation de compétences délirantes. Pour utiliser les dites compétences, il y aura un prix à payer. Pour ce faire, on récoltera sur le terrain de jeux des diamants de 3 couleurs (et valant chacun un certain nombre de points) pour engranger des points d’actions. Ces points servant autant à l’attaque que pour la défense. En défense, vous ou votre coéquipier pourra effectuer une action spéciale pour retarder ou stopper net les attaquants : éclair lancé par Elmer, Bugs se transforme en beauté fatale, Coyote fait exploser une bombe, Daffy utilise un marteau-piqueur pour faire tomber tout le monde … En attaque par contre, il y aura plus de choix. On aura bien sur un tir surpuissant pour faire un panier (à coup de fusil pour Elmer, à coup de pied pour Bugs …), des actions délirantes tels un lancer de tarte à la crème, un jeu de « passe la bombe », une roulette pour gagner des points, une éclipse solaire … Au rayons des délires, on notera aussi la façon très personnelle de chaque joueur pour faire un dunk. Coyote se jette au travers du panier, Marvin utilise son casque-hélicoptère pour s’envoler près du panier et Taz écrase un dunk d’enfer. Tout cela est très drôle. Et si jamais la balle vient à échapper à un joueur, celle-ci se transformera en petit chien qui va courir sur le terrain jusqu’à ce qu’on le rattrape. Un  moment très drôle est lors du combat pour la première balle. Celle-ci se transformant parfois en enclume et passant au travers du terrain à la surprise générale.









 

 

 

J’ai cru voir un gros minet !

Pour la partie basket en elle-même, le jeu se défend. On peut choisir de contrôler le joueur qui a la balle ou on peut se limiter à un des deux équipiers.  On peut courir sur le terrain au lieu de trotter mais se faisant, on s’épuise (plus ou moins vite suivant son endurance) et on se retrouve à avancer au ralenti pendant un instant. On contrôle plus ou moins son équipier en lui demandant de passer la balle, de tirer ou de tenter de voler la balle aux adversaires. Suivant ses capacités de tir à 2 ou 3 points, on aura plus ou moins de chances de réussite à marquer. On peut également tenter de contrer un tir adverse.  A ce niveau, on est bien face à un jeu de basketball pas très complet, certes, mais qui tient la route.  Les seuls points un peu limite sont la facilité du jeu (aucun véritable challenge, même à difficulté élevée) et le faible nombre de terrains disponibles (on joue toujours sur le même). En contrepartie, le jeu en multi est excellent et le meilleur est encore de jouer à quatre (avec l’adaptateur). A ce moment, ça devient du pur délire collectif.







Fly like an eagle

Au final, Looney Tunes BasketBall est un bon petit jeu qui, s’il ne comblera pas les puristes des jeux de basketball, ravira les amateurs de petits délires vidéo-ludiques très accessibles et surtout les fans de  parties multi endiablées. Malgré tout, on ira quand même assez vite voir ailleurs une fois fait le tour de toutes les possibilités. Sympathique les premières fois mais sans plus car trop répétitif.

Appréciation globale
6/10