7 juin 2013

PLAYSTATION 3 : Uncharted 2 - Among Thieves



Pour ceux qui l’ignoreraient, la série Uncharted a produit certains des plus gros succès de la Playstation 3. Honte à moi, je ne m’y suis essayé que très récemment et, pire encore, je n’ai pu tester que le second : Uncharted 2 - Among Thieves. Celui-ci était même considéré à l’époque comme le plus gros blockbuster du moment. Je connais pour les avoir souvent entendu les nombreux éloges qui lui ont été faites mais qu’importent celles-ci. C’est le cœur serein, l’esprit aiguisé et la manette chargée à bloc que je me suis lancé dans les aventures de Nathan Drake.







Un train accidenté, une falaise et … une falaise.

Ce n’est pas la première fois qu’on nous fait le coup de l’intro de jeu avec le personnage principal qui se réveille sans savoir ni ce qu’il fait là, ni ce qu’il doit faire. Que ce soit Portal ou autres, ce genre d’intro permet au joueur de découvrir l’histoire en même temps que le héros à l’écran et ainsi que partager ses émois. Ce genre de ficelle scénaristique, si elle est bien utilisée, est très efficace et ici, elle est très bien utilisée. Le début du jeu va donc alterner Nathan Drake tentant de sortir d’un train accroché à une falaise avec des flashbacks où il va voler dans un musée turc une lampe à huile ayant appartenu à Marco Polo. Je ne vais pas spoiler toute l’histoire mais en gros, tout tourne autour de la quête d’une mystérieuse pierre dans la cité perdue de Shambala. Mais autant cette quête en soi ne sera pas simple, avec la présence d’un ennemi très puissant accompagné de son armée qui cherche la même pierre, tout se complique. Comme dans tout bon film d’aventure, on aura également droit aux histoires de cœur triangulaires, à l’associé qui vous trahira plus d’une fois et là la visite de plusieurs pays. Au vu du pitch, on pourrait presque se croire dans un film d’Indiana Jones … à quelques différences près.

Nathan of the Jungle.

Tel un Tarzan des temps modernes, Nathan est très à l’aise lorsqu’il s’agit de grimper, de sauter ou de se promener accroché à un parapet. Tout porte à croire que Nathan est le petit fils de Lara Croft au vu de la palette de mouvements qu’ils partagent. Nathan peut grimper sur différents décors, des cordes, sauter depuis différentes positions pour atteindre une autre corniche, … Pourtant je trouve quand même que toutes ces parties sont énormément assistées et ne posent jamais véritablement de challenge. Surtout, il y a souvent des problèmes pour atteindre l’endroit que vous visiez car la caméra est capricieuse et s’amuse souvent à changer de position ou d’angle juste avant votre saut … vous envoyant dans le vide. Faîtes donc attention : prendre de l’élan n’est pas toujours une bonne idée. En véritable athlète, Nathan est également agile comme un singe et bondit tel un tigre mais un tigre, ça possède aussi des griffes et des crocs. Nathan peut donc également combattre au corps à corps à coups de poings et de pieds. Ne pensez pas pour autant pouvoir contrôler vos coups comme dans un jeu de combat car tout est automatisé. La seule intervention que vous aurez à faire sera d’appuyer sur la touche triangle au bon moment pour esquiver et contrer un coup adverse si celui-ci arrive à vous agripper. N’étant pas trop fans de QTE, l’idée serait bien sympathique s’il n’y avait cet énorme ralenti qui vous laisse plus de dix fois le temps nécessaire pour appuyer sur la touche. Là aussi, on a un exemple flagrant de manque de challenge en rendant le jeu beaucoup trop facile.

En joue … FEU!

Nathan ne se contentera pas d’utiliser ses poings car les séquences de tirs seront assez nombreuses. Nathan peut porter deux armes ainsi que cinq grenades. Autant dire que vous devrez souvent alterner vos armes suivant la situation. Vous aurez à votre disposition 5 types de pistolets, un pistolet mitrailleur, 2 fusils d’assaut, un fusil de sniper, une mitrailleuse gatling, 2 fusils à pompe, un lance-grenades et un lance-roquettes. Ce vaste choix vous permettra de sortir de la plupart des situations mais attention, rien n’est jamais joué. Vos ennemis visent assez juste et il vous faudra faire attention à ne pas trop vous exposer sous peur de finir en passoire. Pour ce faire, Nathan pourra se cacher derrière les éléments de décors et faire des roulades pour éviter les balles. Vous pourrez aussi faire rapidement des sauts au dessus des éléments de décors pour passer rapidement d’une cachette à une autre. Sachez également que l’attaque en force n’est pas la meilleure solution si vous voulez survivre longtemps, Nathan n’étant pas très résistant face aux balles. Malheureusement, là aussi il y a quelques petits a priori car les visées ne sont pas parfois imprécises et les déplacements à couverts sont également parfois laborieux. Quelques petits bugs d’ailleurs peuvent faire leur apparition comme par exemple rester accroché à un muret lorsqu’on veut sauter par-dessus pour atteindre un couvert, laissant ainsi votre dos largement exposé à vos assaillants. Heureusement, c’est assez rare mais très frustrant lorsque ça arrive. En plus de tous l’arsenal cité précédemment, vous aurez également à contrôler des tourelles mais ces passages sont beaucoup trop faciles et, finalement, sans grand intérêt.

 

Visitez le monde.

La Turquie, Bornéo, le Népal, les montagnes enneigées … toutes ces destinations vous entraineront sur les traces de Marco Polo et valent souvent le détour. Il est vrai que d’un point de vue graphique, Uncharted 2 s’en sort très bien et propose des environnements de haute qualité ainsi que des personnages très rien réalisés (chapeau pour les visages et expressions). Il faut reconnaitre qu’Uncharted 2 est un jeu vraiment très beau et qui exploite bien les capacités graphiques de la PS3. Les ennemis en revanche ne seront pas très nombreux et on verra très souvent les mêmes skins face à vous. Enfin, pour être précis, ce seront presque toujours les hommes de votre ennemi principal qui reviendront face à vous car en plus, il y aura des yetis et d’autres surprises. Mais Uncharted 2 ne fait pas que dans le bourrin car de petites phases d’infiltration (principalement dans le musée) seront de la partie. La encore, raser les murs et assommer les gardes ou les tirer derrière votre couvert est amusant quelques minutes mais devient rapidement trop ennuyeux. D’autant que les petits problèmes cités précédemment concernant les déplacements à couvert vous forceront à recommencer à outrance certains passages ce qui est un peu dommage. Concernant la durée de vie, une bonne douzaine d’heure sera nécessaire pour terminer Uncharted 2 mais en vrai, j’en ai mis une quinzaine à cause de tous les petits problèmes que j’ai cité plus haut. Un ami m’a dit que la première fois, Uncharted 2 pose effectivement tous ces problèmes mais dès la deuxième partie, la connaissance de ces petits soucis et surtout d’où ces soucis peuvent arriver permet de grandement augmenter le plaisir de jeu. D’accord dirais-je … mais pas d’accord. S’il faut attendre de rejouer au jeu pour commencer à vraiment s’amuser, je pense sincèrement que ça ne vaut pas trop le coup d’autant que le joueur lambda abandonnera vite si ses espoirs ne sont pas confirmés. Heureusement, Uncharted 2 est suffisamment correct pour offrir un bon moment lors de la première partie. Pour encore proposer une plus longue expérience de jeu, vous pourrez jour en multi-joueurs coopératif via le réseau. Ce mode de jeu intéressant et, il faut l’avouer, assez amusant vous gardera connecté quelques heures de plus.

C’est le premier pas qui coute.

Pour résumer, Uncharted 2 aurait du être un très grand jeu mais les petits problèmes de maniabilité et de caméra qui vous frustreront par endroit lui font perdre des points et le reclassent dans la catégorie des bon jeux. Il n’empêche qu’il reste une valeur sure et vous pouvez l’acheter les yeux fermés d’autant qu’il jouit d’une bonne rejouabilité.

Appréciation globale
7/10