26 juin 2013

DOSSIER : Est-ce que les jeux vidéos étaient meilleurs avant

Est-ce que les jeux vidéos étaient meilleurs avant?


Que voilà une question qui a déjà (et qui soulèvera encore) beaucoup de débats. On peut trouver sur internet des milliers de sites ou de forums sur lesquels la question a été posée et débattue en long, en large et en travers. D’un côté il y a les pro-rétro qui ne cessent d’argumenter sur ce passé glorieux et de l’autre détracteurs qui veulent promouvoir les jeux actuels. Qui a raison et qui à tort? Difficile à dire. C’est pour ça que je vais essayer d’éclaircir tout seul sur cette question de mon point de vue de joueur rétro ET récent en examinant les arguments les plus récurrents des deux camps.













Introduction : c’était quand ce «avant»?

Pour être le plus précis possible avant de commencer, il faut d’abord bien définir les deux périodes qui seront débattues : le Avant et le Maintenant. Pour la période Avant, on peut con sidérer qu’il s’agit de tout ce qui est venu avant la Playstation 2 (que nous prendrons comme point de référence). On parlera alors de : Lynx, Atari 2600, Nintendo NES, Super Nintendo, Game Boy, Master System, Megadrive (et ses extensions), Game Gear, Saturn, Dreamcast, Nintendo 64, Neo-Geo, PS One (pour limiter le débat aux systèmes les plus connus). Donc, tout ce sera catalogué comme Maintenant comprendra : Playstation 2, Playstation 3, XBOX, XBOX 360, Game Cube, WII, WII U, PSP & PS Vita, Game Boy Advance , DS et 3DS. Avec ces points de comparaison, on peut vraiment commencer le débat en analysant les différents arguments qui fâchent le plus.

Score actuel : AVANT – 0 / MAINTENANT – 0



Argument 1 : les jeux de maintenant sont beaucoup trop faciles (casual gaming).

Que dire? Il est vrai que les jeux de la génération «Avant», et pour préciser on parlera plus des jeux sur 8 et 16 bits, étaient beaucoup plus exigeants que maintenant pour la plupart. Il y avait aussi une raison à cela : la plupart des jeux de l’époque n’excédaient pas l’heure de jeu en durée de vie. Cette limitation était principalement induite à cause du support cartouche et de son espace limité. Aussi, les développeurs devaient donner un bon challenge pour que le joueur n’y arrive jamais du premier coup et donc rejouent souvent au jeu. Mais si rendre un jeu très difficile pouvais rebuter les joueurs, il fallait que l’intérêt du jeu soit conséquent (que ce soit au niveau des graphismes, de l’histoire, du gameplay, …) pour que le joueur accepte de rejouer encore et encore au même jeu. Attention, tous les jeux n’étaient pas dans ce moule et certains se payaient juste le luxe d’être très bon pour que le joueur y rejoue souvent. Dans la génération «Maintenant», les choses sont en effet bien différentes à plus d’un titre. D’abord, les supports on évolués et la durée moyenne d’un jeu tourne autour de 10H de jeu ce qui est quand même 10 fois plus que dans la génération «Avant». Aussi, les équipes de développement ont évoluées entre temps. Là où il fallait entre 1 et 5 personnes en moyenne pour faire un jeu, il fau une armée de développeurs, ingénieurs sons, animateurs, … maintenant. Et comme pour la plupart du temps les moteurs de jeu sont réutilisés (Unreal Engine, …), tout une partie de création n’est même plus nécessaire. Dans tout les cas, les développeurs ne peuvent plus trop se permettre de mettre d’entrée de jeu une difficulté irréaliste qui va clairement décourager les joueurs de maintenant. Pourquoi? Prenant l’exemple de jeux comme World Of Warcraft (mais qui s’applique à quasi tous les jeux maintenant), la volonté des éditeurs et que les joueurs n’éprouvent quasi plus de difficulté à terminer un jeu pour qu’ils puissent continuer à jouer (c’est le principe des micro-victoires) et donc garder leur intérêt intact. Dès lors, les développeurs/éditeurs réduiront la difficulté du jeu si nécessaire. Alors pour finaliser ce premier argument, je dirais que oui les jeux d’«Avant» étaient plus exigeants que «Maintenant» mais je ne suis pas sur que la génération actuelle de joueurs accepte que le niveau soit plus élevé car elle y a pris goût (de un) et surtout les jeux de «Maintenant» en perdraient énormément en intérêt. A quoi bon avoir un jeu qui se termine en 10h (de jeu sans perdre) s’il faut jouer 200 heures minimum pour le finir à force de recommencer à l’excès les niveaux? D’autant qu’avec Internet, on peut bien plus facilement qu’«Avant» savoir si un jeu et bon ou pas. Les éditeurs ne peuvent donc plus trop se permettre de dépenser énormément d’argent (beaucoup plus qu’«Avant») pour sortir un jeu qu’ils ne pourront pas vendre. En revanche, là où les jeux d’«Avant» étaient souvent rejoués après les avoir finis, les jeux de «Maintenant» le sont bien plus rarement. C’est donc relativement du 50/50 pour cet argument pour les «pro» et les «contre».

Score actuel : AVANT – 1 / MAINTENANT – 1


Argument 2 : c’est toujours la même chose, que des suites de jeux à succès.

Là aussi, on parle d’un point assez important pour nombre de personnes et ce dans les deux camps. Alors en premier, il est vrai que les licences à succès se suivent et se ressemblent beaucoup dans les jeux de «Maintenant» (Call Of Duty, Gears Of War, Tom Raider, Super Mario, Fifa, PES, …). Rien qu’en citant ces titres, on sera tous d’accord mais là, la faute est principalement due aux joueurs qui plébiscitent ces suites même si ce n’est jamais que du réemploi en changeant un peu la donne graphiquement. Mais n’était-ce pas la même chose «Avant»? Après tout, combien avons-nous eu de Sonic, Super Mario, Castelvania, Alex Kid, Bubsy, Fifa, IIS et autre Wonder Boy? Là aussi, l’effet licence qui marche était assez présent mais surement moins que «Maintenant». En effet, au vu des prix de développement des jeux de «Maintenant», les éditeurs sont de plus en plus frileux de tenter quelque chose de nouveau ou d’en dehors des standards car il faut à chaque fois un minimum de ventes pour ne serait-ce que rentrer dans les frais. Donc, pour clôturer ce point, je dirais que si ce point se retrouve dans les 2 camps, c’est quand même la génération «Maintenant» qui en abuse franchement au point de couper court à toute créativité. Heureusement que depuis quelque temps, la scène des développeurs indépendants se permet, elle, de proposer de nouveaux mécanismes et expériences de jeu.

Score actuel : AVANT – 2 / MAINTENANT – 1


Argument 3 : Les jeux actuels sortent souvent buggés

C’est sur qu’«Avant» ce n’était pas pareil. D’abord, il n’y avait pas de DLC, de mise à jour ou d’ajout quelconque à un jeu ce qui forçait le jeu à être très complet et le plus stable possible dès le départ. C’est sur que «Maintenant», il n’y a quasi aucun scrupule pour un éditeur à sortir un jeu un peu buggé car la console ira chercher en automatique la mise à jour sur Internet. Il faut dire que ce genre de chose n’arrive principalement que lorsque le développement a pris trop de temps pour des raisons X ou Y ou que le budget du jeu a été dépassé. Dès lors, l’éditeur attendra les premières rentrées d’argent pour budgétiser et donc proposer un patch correctif aux joueurs. Ceci n’étant possible que parce que les consoles de «Maintenant» proposent un espace de stockage pour ce genre de correctifs. La génération d’«Avant» ne pouvait en aucun cas se permettre des bugs qui auraient rendus impossible de jouer dans de bonnes conditions MAIS je ne dis pas pour autant que les jeux d’«Avant» étaient irréprochables. On a tous en mémoire certains glitchs qui, correctement utilisés, permettaient de zapper certaines parties de niveaux ou malheureusement peuvent bloquer le joueur dans un décor. Donc oui, là encore, je donne raison aux joueurs d’«Avant».

Score actuel : AVANT – 3 / MAINTENANT – 1


Argument 4 : les ajouts payants (DLC) sont souvent nuls et surtout trop cher.

Wow, wow, wow. Tout doux mon Kevin, t’énerves pas comme ça. Je sais qu’on parle du porte-monnaie mais quand même, du calme. Il est tout à fait vrai qu’on peut trouver pour quasi chaque jeu des DLC. Ceux-ci peuvent être du nouveau contenu de jeu (solo ou multi), ou des accessoires comme des musiques, fonds d’écran, habits pour votre avatar ou personnage de jeu, … Alors, oui il y a parfois (souvent) des DLC assez foutage de gueule avec un contenu médiocre et d’autres qui sont juste du racket comme les personnages supplémentaires de jeux de combats (Marvel VS Capcom 3) ou le mode mutli à acheter (Resident Evil 5). Mais malgré tout, certains DLC sont géniaux et méritent pleinement leur achat (certains DLC de Bioshock, d’Enslaved, …). Concernant le prix, je pense que la plupart des DLC (attention, les vrais DLC, pas les accessoires) sont à des prix relativement raisonnables. Il ne faut pas oublier que les éditeurs ont du dépenser de l’argent pour les réaliser et il faut qu’ils rentrent dans leurs frais. Pour les accessoires, c’est totalement vrai qu’ils sont toujours trop chers. Bon, comme cet argument ne fonctionne que pour les jeux de «Maintenant», c’est un peu compliqué de juger MAIS comme cette fonctionnalité d’ajouter du contenu n’existait pas «Avant», je donnerais quand même l’avantage à «Maintenant».

Score actuel : AVANT – 3 / MAINTENANT – 2


Argument 5 : le format dématérialisé des jeux craint car beaucoup trop cher et pas de possibilité de partage/revente.

Encore un argument à sens unique mais qui a du sens. Vu que désormais les joueurs sont perçus comme des vaches à lait par les éditeurs, ils tentent par tous les moyens de leur soutirer le maximum de deniers possibles. Selon une logique populaire (et implacable), le fait de graver un jeu, imprimer les jaquettes, réaliser les boites, envoyer les jeux dans des magasins … a un coût et donc proposer le même jeu en dématérialisé sur les différents magasins en ligne des consoles ne devrait pas prendre en compte ces coûts. Pas de chance, les éditeurs sont contre toute forme de logique concernant les opérations financières et proposent le jeu au même prix en boîte et en dématérialisé. Bon, il y a aussi des baisses de prix dans les magasins avec souvent des actions chocs et les magasins en ligne aussi font ce genre d’action donc pas de problèmes. Et le fait de ne pas pouvoir partager le jeu ou le revendre est une conséquence pour moi on ne peut plus normale du format dématérialisé. Bon, le seul vrai point est le prix excessif du format pour les jeux qui sortent aussi en boite même si les jeux indépendants (qui ne sont proposés que dans les magasins en ligne) sont très souvent à bas prix et sont donc de parfaites alternatives. Au final, même si les jeux d’«Avant» ne peuvent pas vraiment entrer en ligne de compte ici, je leur laisse quand même le point à cause de l’illogisme des éditeurs.

Score actuel : AVANT – 4 / MAINTENANT – 2


Argument 6 : on n’a plus la créativité des jeux d'«Avant».

Alors là, non. Je dis stop à ceux qui continuent à donner cet argument à tout va. Les jeux de «Maintenant» doivent souvent faire preuve de plus d’imagination au niveau du scénario, level design, … que les jeux d’«Avant» et d’autant plus que les jeux de «Maintenant» sont beaucoup plus longs qu’«Avant». De plus, la scène indépendante, très active désormais, propose très souvent des expériences de jeu hors normes où juste un peu à part qui détruisent complètement cet argument. Enfin, des consoles comme la WII, la 3DS ou des accessoires comme la Kinect changent complètement la façon de jouer et donc on est en face à un renouvellement de la créativité pour utiliser tous les accessoires et modes de jeu à disposition d’une part, et pour constamment faire évoluer l’expérience de jeu pour le joueur. Donc, clairement le point va aux jeux de «Maintenant».



Score actuel : AVANT – 4 / MAINTENANT – 3









Fin du match

Je n’ai listé ici que les arguments qu’on entend le plus sur la toile ou dans les discussions entre joueurs de tous poils. Si le score est en faveur des jeux d’«Avant», je pense qu’on ne pourra jamais vraiment départager ces deux périodes en disant «celle-ci est meilleure que l’autre». Pourquoi? Simplement parce que la technologie évolue, les joueurs évoluent aussi et que toutes cette évolution se fait positivement sur certains points (durée de jeu, scénario plus travaillé, façon de jouer, …) et moins positivement pour d’autres (facilité, …). Donc aimez les jeux que vous voulez mais, et c’est le principal message ici, si vous voulez partager votre plaisir aux autres joueurs, allez-y mais ne vous lancez pas dans des combats verbaux sur des arguments qui n’engagent jamais que vous et votre expérience.