14 mai 2013

MEGADRIVE : Soleil


Soleil, c’est le Zelda de la Megadrive. C’est en tous cas dans ce sens qu’il avait été présenté lors de sa sortie. Visuellement, on ne peut qu’être d’accord. Reste à savoir s’il est aussi bon, meilleur ou moins bon  que sa cible : The Legend Of Zelda - A Link to The Past sur Super Nintendo. Préparez votre paquetage, on va se lancer à l’aventure.






 

Happy Birthday to youuuuu.

14 ans … c’est l’âge à partir duquel les enfants sont considérés comme adultes et obtiennent leur première épée. Coup de chance, c’est le jour de votre anniversaire et votre mère vous offre l’épée (un peu rouillée) de votre père, mort au combat il y a bien longtemps. A vous par la suite de vous entrainer pour aller vaincre tous les monstres qui pullulent dans le coin. Jusqu’ici, le scénario ne casse pas trois pattes à un canard. Pourtant, tout va vite changer lors d’une rencontre avec la diseuse de bonne aventure locale qui vous donnera le pouvoir de communiquer avec les animaux. En contre partie vous ne comprendrez plus les hommes, ce qui pourrait être gênant pour la suite mais en fait pas du tout. Grâce à ce nouveau pouvoir, vous serez à même de discuter avec les animaux, certes, mais aussi avec les monstres. Vous risquez d’être surpris lorsque, au fur et à mesure, vous en saurez plus sur les fameux monstres et leurs motivations. Parler aux animaux à un avantage plus qu’intéressant car vous pourrez leur demander de se joindre à vous dans vos pérégrinations, chaque animal vous octroyant une capacité spéciale comme par exemple enflammer ou geler votre épée, la faire rebondir, la diriger lorsque vous la lancez, vous permettre de courir plus vite, … De plus, comme vous pouvez avoir  jusqu’à deux animaux en même temps à vos côtés, leurs pouvoirs peuvent se mélanger pour fournir un nouveau résultat et vous aurez souvent besoin de les mélanger pour vous sortir de situations épineuses ou résoudre des énigmes parfois un brin vicieuses.



 

 

 

 

 

 

Une variété bienvenue

Je parle ici surtout de la variété d’environnements différents. Entre la ville, les prairies et forêts, les montagnes avec leurs torrents de lave, les zones enneigées, le désert, le bord de mer, le fond des mers   et quelques petites surprises comme le ciel (paradis), la tour de Babel, … on en a vraiment pour son argent. D’autant que les graphismes sont vraiment très beaux, un peu de couleur pastel dirais-je même, et surtout très détaillés. On a rarement vu aussi beau sur Megadrive si ce n’est avec le fabuleux La Légende De Thor. Ajoutez encore à toutes ces joyeusetés quelques petits plus comme le voyage dans le temps qui vous fera redécouvrir la plupart de ces environnements d’un point de vue totalement différent. Pour encore agrémenter ce tableau, quelques mini jeux sont disséminés sur votre parcours comme par exemple une petite course de kart (en bois) face à un léopard. Le scénario se permettra même de vous faire faire des réflexions intenses sur le monde dans lequel vous vous trouvez et ses occupants en vous mettant dans la peau d’un monstre durant une courte période et ainsi d’explorer un autre point de vue : qui est vraiment le bon et qui est vraiment le méchant dans l’histoire?



 

 

 

 

 

 

 

Autre point fort : les musiques

Celles-ci vous mettent constamment dans l’ambiance et sont de très bonne facture. J’adore les musiques du paradis qui valent vraiment le détour alors qu’habituellement, la Megadrive n’excelle pas vraiment sur ce tableau. Les bruitages sont aussi très corrects sans pour autant être exceptionnels. A part ça, Soleil se veut ouvert à un public très jeune (principalement avec ses couleurs et son aspect bon enfant) mais dans le réel, entre quelques passages assez ardus, des énigmes relativement bien pensées et un scénario qui vous force à vous remettre un peu en question, je trouve que le véritable public doit se situer entre les jeunes ados et les adultes. La difficulté du jeu est quant à elle généralement correcte sans être excessive. Les boss sont relativement simples à battre une fois qu’on a trouvé leur point faible ou la meilleure façon de les combattre (ce qui signifie souvent d’avoir trouvé avec quels animaux il faut faire équipe pour profiter de leurs pouvoirs).  Certains sont vraiment très bien réussis et je pense particulièrement à celui du paradis, le dragon. Ce combat est une vraie tuerie avec ses décors magnifiques et ce boss impressionnant.


 

 

 

 

 

 

Hé, mec, t’as un soucis ?

Cependant, il y a un gros, très gros, énorme défaut dirais-je même. On est en face d’une petite merveille de beauté, d’ingéniosité et de scénario et ce jeu est ridiculement court. Une petite moyenne de 6 à 8 heures suffit largement pour terminer Soleil ce qui est complètement risible. Si vous voulez trouver toutes les pommes d’or (qui servent à augmenter votre capital santé), on tournera autour d’une petite dizaine d’heure mais quoi qu’il arrive, c’est beaucoup trop court. Pourtant, avec le recul, on se dira que tout le scénario est bien exploité, que l’histoire se termine où elle le doit, etc … mais il aurait vraiment fallu augmenter la taille des niveaux pour pouvoir profiter plus longtemps de cette petite merveille. C’est dommage car on reste un peu sur sa faim.



 

 

 

 

 

 

Alors, coup d’éclat ou pétard mouillé ?

Je pencherais quand même pour le coup d’éclat. Soleil vaut vraiment le détour pour son scénario, sa beauté évidente, ... Sa trop courte durée de vie ne peut vraiment rivaliser avec toutes ses qualités mais lui portera quand même un peu préjudice. Avis aux amateurs : si vous ne l’avez jamais essayé, c’est le moment d’y penser car Soleil est un vrai petit bijou (qui en plus est entièrement  traduit en français) même s’il n’arrivera jamais à détrôner Zelda 3 de son piédestal.










Appreciation globale
8/10