18 avril 2013

SUPER NINTENDO : Killer Instinct


Killer Instinct … Que de souvenirs. La vitesse, les combos, la fureur dans les mouvements, … quelle nostalgie. Je vais donc tenter de vous décrire mon état d’esprit de l’époque de la sortie de ce jeu cultissime pour les fans de jeux de combats, état d’esprit que j’ai, à mon plus grand bonheur, gardé toutes ces années durant.



 

ROUND 1

Sorti sur Super Nintendo en 1994, Killer Instinct a su se démarquer de ses concurrents. Comment me demanderez-vous ? Il y a plusieurs raisons à cela. La première concerne l’aspect visuel. Les personnages ont été modélisés en 3D avant d’être intégrés dans un environnement 2D. Dis comme ça, on croirait que ce n’est pas grand-chose mais pour l’époque, c’était vraiment énorme. Les décors eux aussi ont d’abord été modélisés en 3D pour ensuite être intégrés dans le jeu. Dommage seulement qu’ils ne soient un peu vide. La seconde raison concerne la fluidité du jeu. Un énorme travail a été fourni pour que la fluidité soit au meilleur niveau. Les mouvements sont très bien décomposés et très réalistes. Enfin … réalistes … pour les personnages humanoïdes s’entend. Le loup-garou ou l’homme-lézard le sont moyennement, réalistes. Si vous ne l’avez pas compris, je faisais une petite intro sur la troisième raison : les personnages. Ceux-ci sont vraiment différents et surtout peu courants pour les jeux de combats. On a donc un boxeur, un loup-garou, un homme-lézard, un robot ressemblant à un Predator, une espionne, un guerrier indien (avec les plumes), un squelette, un extra-terrestre glacé, un homme en fusion et un moine-ninja.


 

 

 

 

 

 

 ENTRACTE

Point de vue histoire, c’est gentillet. Disons que c’est un peu plus fourni que la moyenne des jeux de combats. Le tout tourne autour d’une fabrique d’arme internationale qui organise un tournoi principalement pour tester sa nouvelle arme (le robot) et, histoire de fournir un chouette boss de fin de niveau, a ressuscité un ancien démon. Chaque personnage a son petit historique propre. Par exemple le loup-garou se bat pour gagner un antidote à son état, le moine-ninja veut tuer le démon, le boxeur veut retrouver la gloire des combats, l’extraterrestre veut sa liberté, etc. Pour le reste, Killer Instinct introduit de nouveaux éléments de jeu comme par exemple le combat qui se déroule en un seul round. Cependant, chaque personnage a quand même deux barres de vies avant de perdre. La musique n’est pas en reste et est vraiment excellente. Même si elle ne m’a pas vraiment marqué, j’en garde un bon souvenir. Les voix digitalisées sont également très bonnes. Les bruitages sont un peu plus quelconques par contre.


 

 

 

 

 

 

ROUND 2

Killer Instinct a subi plusieurs influences du jeu star du moment. On dira même que Killer Instinct souffre du syndrome Mortal Kombat. Pourquoi ? Simplement parce que Killer Instinct en a récupéré plusieurs aspects. Par exemple, le sang gicle à foison à chaque coup. Autre exemple, Killer Instinct a aussi récupéré les fatalités sanglantes, fatalités de stages et friendships de Mortal Kombat. Autre chose … mais pas la meilleure … Killer Instinct a également un boss incroyablement fort qui dénote clairement avec le reste des combattants. 3 baffes et on meurt … simple, non ? Heureusement qu’il est un peu idiot quand même. Autant les combats sont relativement équilibrés au fur et à mesure du tournoi, autant le boss va principalement  utiliser un contre et vous éclater en un rien de temps. Vous trouverez vite une technique simple pour le battre et finalement, il ne vous posera plus aucun problème.

 

 

 

 

 

 

 

 

COMBO BREAKER

Les combos sont un des éléments les plus importants du gameplay de Killer Instinct. Vous en ferez à toutes les sauces et souvent très facilement. Avec de l’entrainement, vous effectuerez des combos de plus en plus impressionnants. Sachant qu’en plus, vous pourrez facilement démarrer des combos en effectuant des mouvements simples et en enchainant des attaques spéciales. Les combos sont parfois si dévastateurs qu’un combo démarré correctement avant d’achever le personnage lancera un ultra combo qui réduira votre adversaire en pièces avec parfois plus de 50 coups. Ce qui est génial, c’est aussi l’introduction des breakers. Une manipulation au bon moment contrera le combo lancé par votre adversaire. Cette technique prends tout son intérêt lorsqu’on joue à plusieurs.






 

 

 

 

FINAL ROUND

C’est à plusieurs que Killer Instinct prendra vraiment toute sa valeur. Entre les combos, les fatalités et la diversité des personnages, Killer Instinct permet vraiment de s’amuser entre amis. Je me souviens même de tournois organisés dans certains magasins spécialisés. Un petit supplément bien agréable au jeu était le CD audio des musiques du jeu fourni gratuitement avec le jeu. Petit cadeau, certes, mais au combien appréciable. Avec tous ces petits plus, Killer Instinct s’est directement forgé une réputation qui lui a survécu bien des années plus tard.



 

 

 

 

 

 

AND THE WINNER IS …

Rapide, vraiment très bon et très beau, Killer Instinct a su soulever les foules. D’accord, le jeu n’a pas très bien vieilli et ceux qui le découvrent maintenant risquent d’être un peu déçus. Pourtant, avec le recul, il reste extrêmement bon et surtout il est toujours capable de vous prodiguer des heures de plaisir.



 
Appréciation globale
8/10