20 décembre 2016

XBOX 360 : Wonfenstein - The New Order

Alors, on m’en a fait un foin gros comme une montagne de ce Wolfenstein - The New Order. Comme quoi c’était une des meilleures productions de Bethesda et d’ID Software depuis des années et bla bla bla. Aussi, lorsque j’ai trouvé par hasard la version collector, je me suis laissé tenter histoire de voir si le jeu valait vraiment tout ce remue-ménage et, surtout, s’il était à la hauteur de son illustre ancêtre.



La guerre, on ne la gagne pas à chaque fois.

L’histoire de Wolfenstein - The New Order suis une fois de plus les aventures de B.J. Blazkowicz, le héros emblématique de la série Wolfenstein. Il fait partie d’un assaut un peu  suicidaire contre une base Nazie très protégée dans laquelle se cache Le Boucher, un savant fou. Mais malheureusement, tout ne se passe pas comme on pouvait l’espérer et Blazkowicz finit à l’état de légume avec quelques éclats de shrapnel dans le crâne. 16 ans Plus tard, il retrouve l’usage de son corps alors que l’asile dans lequel il était soigné se fait attaquer par une troupe de SS. Il apprend ainsi que l’Allemagne Nasie a gagné la deuxième guerre mondiale et a envahi le monde entier. Perdu dans ce monde qui n’est plus le sien, il va partir à la recherche de la résistance afin de les aider. Et la tâche sera difficile car cette fois il ne s’agit plus de sauve le monde, il s’agit de le libérer de l’oppresseur.


Premier constat : du bon.

Bon, comment dire … Avant toute chose sachez que je n’ai aimé Wolfenstein – The New Order qu’à moitié. Je serais donc extrêmement critique avec ce jeu. En premier, je dois avouer qu’il est plutôt joli avec des environnements variés. La direction artistique est même assez intéressante avec cette idée de béton partout qui sert même le scénario. Les ennemis sont … assez génériques et même lorsqu’on affronte les super soldats, c’est surtout via leur armement qu’on les différentie.  Et tant qu’on parle des armes je dois avouer que sur ce point j’ai bien aimé ce Wolfenstein. Les armes sont assez variées, proposent un second mode de tir pour la plupart et donnent de bonne sensation. Pour la partie gameplay, on va dire que c’est du classique pour l’époque : entre le bien bourrin pour les grosses phases d’action et l’infiltration sachant que c’est votre choix de choisir l’un ou l’autre. Bon, viser le bourrin va augmenter allègrement le nombre d’ennemis et la difficulté du titre car dès qu’un gradé ennemi entend un tir ou que vous êtes repéré, tout le monde vous tombe dessus. Au rayon des bonnes idées , on trouve aussi ce système d’upgrade de caractéristiques en réussissant certains actions comme faire un tir à la tête avec le pistolet, faire une glissade et tuer un ennemi en même temps … 


Second constat : du moins bon.

Et c’est à partir d’ici que je vais pousser ma beuglante. Alors en premier il y a à plusieurs endroits de petits bugs qui risquent de vous énerver. On a les quelques bugs graphiques dû à une conversion un peu rapide d’un titre PS4/XBOX ONE/PC vers la XBOX 360 (et probablement aussi pour la version PS3). D’autres bugs par contre sont plus énervants du genre une plateforme qui n’apparaît pas ou un ascenseur qui ne va pas jusqu’au bout de son mouvement et vous force à redémarrer votre sauvegarde. Il y a aussi une I.A. qui est assez à la ramasse lorsqu’on se la joue infiltration avec des ennemis qui meurent en râlant mais leurs potes à 1m de là ne les entendent pas. Pire, on voit les ennemis qui vous voient et vous regardent mais passent devant vous comme si de rien était. Par contre, dès que l’on parle de tirs l’I.A. redevient correcte. Et puis, sérieux … de l’infiltration dans Wolfenstein ? C’est un peu comme Doom : on doit foncer dans le tas. Là le jeu vous force à vous la jouer infiltration la plupart du temps et c’est super énervant. Je voulais tirer sur des trucs mais dans ce cas on est presque certain de se faire dégommer tant les ennemis arrivent en masse en cas d’alerte. On peut me dire que je pinaille car cette relation shoot/infiltration est devenue une norme mais NON! Arrêtons de mettre de l’infiltration partout.


Le diable se trouve dans les petits détails.

Et puis qui a pondu cette idée de faire de petites missions dans votre base secrète ? C’est plus que de l’ennui qu’on ressent à ces passage, c’est presque du désespoir de couper complètement l’action avec ces passages lents et ennuyeux. On a aussi l’histoire qui est intéressante mais n’est absolument pas bien servie par le personnage de Blaskowicz. Celui-ci parle toujours d’un ton très monocorde et impersonnel. A croire qu’il ne s’implique pas du tout dans l’histoire. Lui donner des états d’âme est bien pour la construction du personnage mais là c’est de l’abus. Et puis, lui mettre des scènes de sexe ne vas pas non plus servir l’histoire ou le personnage, c’est du voyeurisme gratuit pour un jeu de tir comme Wolfenstein. Et la fin qui finit en eau de boudin. Non, vraiment j’ai été assez déçu par beaucoup d’aspects de Wolfenstein – The New Order au point que je me demandais souvent « Ca y est ? On arrive enfin à la fin ? » tant l’ennui s’installait. Pourtant il y a plein de bonnes idées dans ce jeu mais là, j’ai l’impression qu’avoir voulu faire rentrer la série dans un moule préformaté n’a pas été la meilleure des idées.


Dur dur, la vie de légume.

Je me faisais une joie de jouer à Wolfenstein – The New Order mais progressivement cette joie c’est transformée en ennui profond. Le jeu est sympa par endroit et dispose d’un aspect technique correct mais l’âme de la série Wolfenstein ne s’y trouve pas.


Appréciation globale
5/10