3 novembre 2016

MEGADRIVE : Gain Ground

C’est amusant de se dire qu’il y a toujours quelques jeux un peu obscurs qui ont su vous marquer profondément. Un de ces jeux est pour moi Gain Ground sorti sur Mégadrive en 1991. De prime abord il ne payait pas de mine, surtout graphiquement, mais j’étais fasciné par ce mélange d’action et de stratégie. Donc, lorsque j’ai remis la main dessus, j’ai littéralement jubilé.



Ok, on avance à couvert et on les dégomme !

Gain Ground se place dans un futur ou un ordinateur permet de simuler des  combats en arènes. Ces simulations sont des plus réaliste et peuvent prendre place dans plusieurs époques en affrontant des ennemis dédiés. Sauf que l'ordinateur à eu un léger problème et à décidé de piéger ceux qui étaient dans le simulation. Pour sauver tous gens, un groupe d'élite est envoyé pour vaincre la simulation pour forcer son arrêt. 

Que les combattants se préparent.

L'idée de base de Gain Ground est donc de faire passer son équipe de trois membres (au départ) chaque arènes de combat de jeu, ce qui n'est pas une mince affaire. En effet il n'y a pas moins de 50 arènes à traverser se découpant en 5 périodes temporelles. Chaque arène doit être terminée en un temps limité sous peine de perdre les membres de votre équipe qui n’ont pas atteint la sortie. Et en parlant de votre équipe, c’est dans celle-ci que réside le principal aspect stratégique du jeu. Comme les arènes sont limitées à un seul écran avec parfois des dénivelés, il faudra jouer avec les spécificités de chaque membre de votre équipe. En effet, vos soldats ont tous une vitesse de déplacement spécifique, une arme de poing et pour la plupart une arme secondaire. Mais les armes ont aussi leurs propres caractéristiques.


360 no-scope.

Les armes principales ont pour chacune la possibilité de tirer dans toutes les directions. En revanche, elles ont souvent une portée et/ou une puissance différente. Et surtout elles attaquent uniquement les ennemis sur le même niveau, pas les ennemis enterrés ou en hauteur. Les armes secondaires, en revanche, ont plus de possibilités. Roquettes multiples, tirs latéraux, lancer en hauteur ou derrière les murs, boule de feu, tourbillon, paralysie … et ont aussi des contraintes de direction de tir. Le barbare et la chasseresse tirent vers le haut, le vieux soldat tire sur les côtés, le ninja envoie un tourbillon qui tourne aléatoirement et bien d’autres. La vingtaine de personnages différents vous permettra d’explorer nombres possibilités et çà c’est vraiment excellent. C’est comme le fait de trouver de nouveaux équipier dans les arènes à ramener  la sortie ou de ne pas perde directement un personnage à terre. En effet, ceux-ci peuvent être secourus en les ramenant à la sortie. Concernant la partie graphique, le jeu est assez simple, en vue du dessus et si les personnages ne sont pas extrêmement détaillés on arrive quand même à reconnaître la plupart. En revanche l’aspect musical est très pauvre avec un gros point négatif dans les deux derniers chapitres où elle est juste horrible. Heureusement que les premiers chapitres sont mieux à ce niveau. 


Excellent … oui mais …

Sauf que … tout n’est pas si simple. J’avais adoré Gain Ground à l’époque sans avoir pu le finir et ayant enfin réussi des années plus tard, un constat ce fait : ce jeu est super difficile. Non, ce n’est même pas cela mais plutôt je dirais qu’il est bien trop long et punitif. Perdre un membre d’équipe est à chaque fois la promesse d’une vraie galère pour la suite, surtout si celui-ci est un pilier de votre stratégie. De la même façon, ne pas avoir choisi le bon personnage pour une arène vous amènera surement à une mort certaine. Mais comme je disais, le jeu est trop long. Il y a 10 niveaux de plus que la version originale du jeu (un petit cadeau pour les possesseurs de Mégadrive) mais du coup il faut un temps fou pour arriver à la fin du jeu. Et chaque soldat perdu sera un clou supplémentaire à votre cercueil. Je comprends allègrement ne pas avoir réussi à terminer Gain Ground étant jeune et c’est après je ne sais plus combien d’essais et d’heures de jeu que j’ai pu en voir le bout cette fois-ci. Et malheureusement, malgré que j’adore toujours autant le jeu pour son aspect stratégique, je ne pense pas m’y mettre à nouveau. Petit plus, le jeu en duo (car on peut avoir un second joueur) est assez chouette et permet de mettre en place quelques stratégies bien sympathique réduisant correctement la difficulté du jeu. Encore heureux me direz-vous


Shutdown !

Gain Ground est un bon jeu mais avec une difficulté herculéenne et surtout un nombre de nivaux excessif qui rendent les parties bien trop longues. Imaginez que chaque niveau fait maximum 3 minutes et multipliez çà par 3, c’est bien trop long. C’est dommage mais essayez-le quand même si vous en avez la possibilité car il a quand même de beaux atouts de gameplay et son côté stratégique reste excellent.


Appréciation globale
6/10