13 avril 2015

XBOX : Leisure Suit Larry - Magna Cum Laude

Larry, Larry, Larry … Les plus nostalgiques se souviendront avec une larme … à l’œil disons … de ces jeux d’aventures très portés sur la chose de la grande époque où Sierra régnait en maître sur les Point & Click. Larry, cet affamé de la gent féminine fort malchanceux, revient nous voir pour un épisode en 3D. Il faut dire que les formes plantureuses de ses camarades de campus devraient être bien plus voluptueuses en trois dimensions. Seulement, je sais de source sûre que le graveleux ne fait pas forcément un bon jeu. Alors, info ou intox ?



Bienvenue à l’université.

Nom : Larry. Age : 25 ans. Profession : spécialiste du redoublement de classe. Larry est l’exemple même du gars qui ne peut se trouve une fille qu’en la payant grassement … s’il n’était pas fauché comme les blés. Pourtant, en cette période pré-vacances, la chance pourrait peut-être enfin lui sourire. L’équipe de l’émission de rencontre Swingles vient en effet de poser ses valises et sa caméra dans leur charmant hameau. Ni une, ni deux, notre excité du slip fera tout pour en être le lauréat et apprendre à mieux connaître la charmante jeune fille qu’il aura choisi au creux d’un lit. Oui mais, ce n’est pas si simple. Pour participer à l’émission, il lui faudra montrer qu’il est un vrai Casanova en apportant des preuves d’affection. Et pour obtenir ces preuves, il faudra séduire un certain nombre de jeunes filles plus ou moins farouches et peut-être plus si affinité. Il faudra souvent ruser, mentir et se la jouer finaude pour réussir à obtenir d’elles ces faveurs tellement recherchées.


La drague pour les nuls.

Vous l’aurez compris, Leisure Larry – Magna Cum Laude est un jeu de drague. Attention toutefois, on ne parle pas du genre de visualnovel à la japonaise. Ici, il s’agira plutôt d’un jeu d’aventure où il faudra effectuer moult actions pour obtenir les faveurs de ces dames. On se promènera dans plusieurs environnements dont des chambres de dortoir, le campus, le beau quartier, la ville basse. Et dans ces endroits, il y aura de petits lieux à visiter comme l’atelier d’art, la discothèque, le bar gay, la boîte de striptease, la bibliothèque, le laboratoire, la fraternité, le club des filles et j’en passe et des moins pire. Disons que même si la liste paraît longue, je dois avouer que l’on a très vite fait le tour de la zone de jeu. Et comme on doit s’y promener en long, en large et en travers à longueur de temps, on se rend assez vite compte que le jeu manque un peu de variété. Mais le gameplay peut peut-être rehausser ce Lesuire Larry - Magna Cum Laude. Et là, il y a quand même un peu de variété. En plus de vous promener dans le jeu, il faudra remplir une suite d’épreuves scénarisées pour chaque fille à séduire. Heureusement que le jeu vous guide assez bien pour trouver les filles en questions car c’est parfois un peu fastidieux.


Les mini-jeux pour alcolos.

Chaque étape dans la séduction d’une donzelle se fera sous l’apparence d’un mini-jeu. Il y en a de plusieurs sortes mais pas assez à mon goût. Il y a les longues séances de discussions ou vous devrez guider un spermatozoïde dans un petit parcours d’obstacle où il faudra éviter tout ce qui peut vous faire perdre en crédibilité (rot, dire des idioties, mater les seins …) ainsi que les boissons alcoolisées. Celles-ci auront pour effet dévastateur de vous faire perdre le contrôle du petit spermato rendant le jeu des plus compliqué. C’est d’ailleurs un reproche général au jeu : on est presque toujours beurré comme un petit lu dans ce jeu. A cause de cela, on va rater plein de jeux sauf si on se paie du café pour réduire le volume d’alcool de Larry. Mais pour cela il faut de l’argent … et j’y reviendrais plus tard. Un autre mini-jeu sera par exemple de courir nu et jouer l’exhibitionniste devant tout le monde sans se faire attraper par le gardien. On a aussi le quarters, ce jeu qui ressemble au bière-pong avec des pièces de monnaie. Vous pourrez (ou devrez) distribuer des prospectus, des pubs pour des magazines pornos, des boissons ou de la nourriture pour singes. Et il y a même un pong pour simuler Larry qui se masturbe (si,si, je vous jure). Il y a aussi des épreuves de rythmes comme le trampoline ou la dance et la concoction de cocktails ou de café en appuyant sur la bonne touche au bon moment, des séances de photos … et si la variété est présente, les jeux ont énormément tendance à se répéter jusqu’à écœurement.


La libido en berne.

J’ai parlé de l’argent mais il n’y a pas que cela dans ce jeu. Certes l’argent est important et permet d’acheter le précieux café mais aussi des vêtements, des accessoires ou des objets rendant les mini-jeux un peu plus faciles. Cet argent est aussi nécessaire pour démarrer certains mini-jeux et le trouver peut être des plus fastidieux. Il faudra fouiller chaque recoin du jeu ou faire à répétition des mini-jeux jusqu’à en avoir plus que marre. Mais en plus de l’argent, il y a les jetons secrets. Ceux-ci servent à deux grandes choses. La première étant d’acheter des images plus explicites des modèles utilisés dans les nombreux écrans de chargement. La seconde étant de les échanger pour gagner un mini-jeu d’office. Et je vous jure que vers la fin, j’ai un peu regretté d’avoir acheté tant d’images osées (avec de vrais modèles en plus … hihihi). Mais revenons à ce Larry. Il y a de bonnes choses dans ce jeu. L’humour fortement graveleux m’a parfois arraché un sourire, les doublages en Français sont assez bons et le jeu à une bonne durée de vie. En revanche … qu’est-ce que c’est chiant. Entre les mini-jeux à répétition pour gagner de l’argent, les allers retours incessants, la longueur de certains jeux parfois franchement barbants, on a plus que souvent envie de laisser tomber. Je vous assure que c’est vraiment pour faire ce test que j’ai fait l’effort de le terminer au point de ne pas avoir voulu voir les 3 fins différentes. Pourtant le jeu a de beaux atours avec des graphismes corrects ; une bonne durée de vie (10 à 12H) et tout et tout mais c’est trop lent et barbant. Désolé mais je préférais Larry en mode Point & Click.


La chute d’une idole.

Larry a fait son temps, c’est le moins que je puisse dire. La franchise a tenté de se refaire une santé en changeant de style pour aller vers un jeu d ‘aventure mais le résultat n’est pas très concluant. Malgré un humour qui fait parfois mouche, Leisure Larry – Magna Cum Laude ne convaincra que les fans absolus ou les amateurs d’images un peu osées.


Appréciation globale
4/10