9 décembre 2014

GAME BOY ADVANCE : Power Rangers Time Force

Bon, je dois reconnaître qu’après la déconvenue qu’était Power Rangers – Ninja Storm, j’étais plutôt frileux à l’idée de jouer à un second titre de la licence Power Rangers sur Game Boy Advance. Mais n’écoutant que mon courage (heu … ?) j’ai décidé de donner sa chance à Power Rangers – Time Force. Bon, en restant objectif ça ne pouvait pas vraiment être pire … n’est-ce pas?



Go, go, Power Rangers.

Alors, de quoi parlons-nous cette fois? Un gros méchant pas beau réussi à s’enfuir de la prison temporelle et arrive également à vaincre le Ranger rouge. Et pour parfaire le tableau, il décide de partir dans le passé pour échapper à ses poursuivants. Nos super-héros colorés auront donc plusieurs objectifs. Le premier étant de trouver un Ranger rouge en remplacement de celui qui est désormais indisposé. Ensuite, il leur faudra vaincre un à un tous les sbires du grand méchant pour les ramener aux aussi dans la prison temporelle. Et enfin, bien sur, vaincre le big boss qui a assurément décidé que la prison, ce n’est pas le meilleur environnement pour lui. Et voilà donc vos Rangers qui arrivent à notre époque alors que les différents sbires s’en prennent aux banques, bijouteries et autres musées et qui, une fois pris sur le fait, s’enfuiront dans différentes époques suivi de près par nos Rangers bien décidés à ramener l’ordre dans les différentes époques. L’histoire est posée et elle n’est pas mal du tout et,  pour une fois, bien mise en scène.


Il était une fois dans l’Ouest.

Ce Time Force propose bien plus de variété que l’affligeant Ninja Storm. Si vous rangers utilisent principalement leur poings pour combattre et les sauts et doubles sauts pour se déplacer, ils peuvent  augmenter leur arsenal. Un pistolet, des sabres et un bloqueur de temps seront à découvrir dans chaque niveau. Et aussi, des bonus d’invincibilité temporaire ou d’augmentation de puissance (pour devenir des Quantum Rangers) seront également à trouver. Et au point de vue des ennemis, il y a également beaucoup plus de variété. Dans chaque époque, les ennemis seront raccord avec des cow-boys au far-west, des rétiaires avec leur trident dans la Rome antique, des guerriers égyptiens dans l’ancienne Egypte, des dinosaures au jurassique … il y aura de quoi faire. Sachant que chaque ennemi n’est en fait qu’un sbire déguisé et que quelque coups feront sauter son déguisement. Il est amusant de noter alors qu’ils sont déguisés que les ennemis de base sont les plus puissants et dangereux. Une fois ôté leur déguisement, i.ls deviennent nettement moins impressionnant et dangereux. Par contre, les boss ne sont qu’une partie de plaisir. Approchez-vous et frappez-les au sabre et ils se laisseront vaincre sans même résister. Et c’est pareil lorsqu’ils deviennent des géants et que votre Megazord devra leur mettre la patée. Une fois que vous les frappez, ils perdent leurs moyens et se laissent faire. Seul le boss de l’ancienne Egypte offrant  plus de challenge.


On change !

Autre particularité, vous pourrez changer en cours de route de Ranger à tout moment en appuyant sur Select. Et bien sur, si jamais votre Ranger actuel se fait vaincre, vous recommencerez le niveau avec tous vos acquis et sans les ennemis déjà vaincu mais avec un autre Ranger (pour peu qu’il vous en reste).  Chaque Ranger aura ses caractéristiques propres sur la force, le saut et la résistance. Dans l’ensemble, on peut dire que c’est franchement pas mal pour un jeu Power Rangers. Oui mais … si l’emballage a l’air intéressant, il n’en est pas de même pour tout le reste. Certes, les contrôles sont honnêtes mais les graphismes sont un peu étranges. Les décors sont variés et pas trop mal réalisés mais les différents personnages à l’écran semblent tout droits sortis d’une digitalisation un peu ratée tirée d’un ersatz de Donkey Kong Country. Les animations sont correctes mais franchement les personnages tranchent énormément avec les décors. Heureusement, ce n’est pas trop catastrophique non plus et le jeu reste fluide.  Même les musiques sont assez correctes pour  l’ensemble. En revanche, les petits cut-scènes sont moches mais alors vraiment moches. Là encore, l’aspect digitalisé est vraiment raté. C’est bien dommage de ne pas être partis sur de véritables photos ou à défaut, des dessins qui auraient été de bien meilleure qualité. Décidément, ce choix esthétique ne me convient pas vraiment.


Et alors que ça partaient bien …

Et puis, c’est le drame. Une fois de plus, THQ nous propose un jeu d’une facilité à la limite du honteux avec une durée de vie totalement minable. Même sur les consoles 8 bits, rares étaient les jeux aussi courts qui ne proposaient aucun réel challenge. Comme je disais, seul le niveau de l’ancienne Egypte propose un peu de challenge mais le reste est désespérément facile. Et à cause de cette facilité, la durée de vie ne dépasse pas les 45 minutes en y allant tout doucement et en cherchant un peu les différents bonus à travers les niveaux. Je l’ai déjà dis dans mon test de Power Rangers Ninja Storm mais si j’avais du acheter un jeu neuf à prix fort pour le finir en quelques minutes sans aucun effort, je me serais surement fort énervé. Bon, à sa décharge ce Power Rangers Time Force est bien meilleur que la version Ninja Storm  qui n’avait de ninja que son nom. Mais malheureusement, il n’en reste pas moins un jeu  beaucoup trop léger.


Le retour de la médiocrité.

Une fois de plus, un titre de la licence Power Rangers me déçoit énormément. Heureusement bien meilleur que l’ignoble bouse qu’est Power Rangers Ninja Storm,  ce Power Rangers Time Force pourra sans doute plaire aux plus jeunes pour qui la facilité sera plutôt un atout. Mais pour le commun des joueurs, ce sera plutôt un jeu médiocre pour un support comme la Game Boy Advance et qui ne méritera que peu d’attention.



Genre : Plateforme 2D
Sous-genre : Action
Jeu de référence (Game Boy Advance)
Recherche graphique
Travail du scénario
Qualité des contrôles
Profondeur du gameplay
Qualité auditive (sons)
Level-design
Contenu/durée de vie
Ambiance
Appréciation globale
4/10