28 janvier 2014

MEGADRIVE : Mickey Mania - The Timeless Adventures Of Mickey Mouse


Et le voici, l’un des jeux les plus importants concernant la mythique souris de Walt Disney : Mickey Mania. Ce jeu qui, en son temps, fut acclamé par les critiques mettait en scène Mickey Mouse face à son histoire en parcourant certains de ses plus célèbres dessins animés. Et en fan de l’univers de Disney, je ne pouvais faire sans vous en parler … mais peut-être pas comme vous pourriez l’imaginer.



Du blanc, du noir et des couleurs.

Mickey Mania va donc vous faire revivre certains dessins animés très connu de la célèbre souris. Et ça passe de sa première apparition dans Steamboat Willie à Mad doctor (le scientifique qui a enlevé Pluto), Moose Hunter (les chasseurs d’élans), Lonesome Ghost (les chasseurs de fantômes), Mickey and the Beanstalk (Mickey et les haricots magiques) pour finir avec The Prince and the Pauper (le prince et le pauvre). Si vous ne connaissez pas ces dessins animés, allez vite les voir car ils sont très bons. Pour revenir au jeu, on va donc évoluer dans des décors tirés directement de ces dessins animés avec, pour le premier d’entre eux, un niveau qui va évoluer du noir et blanc vers la couleur. Ce changement de couleurs progressif permet de mieux appréhender l’univers en constante évolution de Mickey et de Disney en général. C’est une assez bonne idée qui permet de bien replacer les époques et les ambiances. Donc, graphiquement le jeu est quand même très bon, que ce soit pour les décors ou pour les personnages, tout est très bon et les animations ne sont pas en reste même si on n’atteint pas le niveau d’un Aladdin ou d’un Earthworm Jim.


Au début, tout va bien.

En effet, le premier niveau se déroule sans problème, c’est de la plateforme classique avec la possibilité de sauter sur les ennemis, de lancer des pierres et même l’opportunité de croiser le Mickey de l’époque du dessin animé. Le second niveau change l’ambiance pour une atmosphère de château hanté avec ses squelettes et ses chauves-souris. Mais surtout, on remarque des changements de gameplay comme avec cette tour que l’on descend (avec un très bel effet entre la fausse 3D et la rotation pour une Mégadrive), ou ce passage en chariot fou avec ses pièges. Niveau 3, les choses se compliquent avec ces branches qui tombent tous les 2 mètres, ces rochers et son élan furieux qui vous écrase. Là aussi, nouveau changement de gameplay avec la course pour échapper à l’élan qui rappelle bizarrement la scène du troupeau de buffles du Roi Lion. La grande différence est qu’ici il faut attraper des pommes en cours de route pour continuer d’avancer. Et ensuite vient la maison hantée et bizarrement, je me souvenais que ce jeu était génial mais aussi que je n’avais jamais réussi à passer cette maison. Curieux, non? Après quelques essais, j’ai vite compris pourquoi à cause d’une saleté de passage : la pièce inondée à traverser sur un baril. Cette pièce m’a fait souffrir pendant longtemps car l’eau est quelque chose de mortel pour Mickey et ici, le baril que vous employez va couler très vite. Et puis, à la fin du niveau, si vous n’avancez pas assez et sautez sur la petite armoire, le niveau ne s’arrête jamais. Amusant, n’est-ce pas?


Difficile est un euphémisme.

C’est ici que vous comprendrez votre douleur car la difficulté du jeu devient dès lors catastrophique. Surtout que dans ce niveau de Mickey et les haricots magiques, plein de choses vous paraîtront absurdes. Des papillons vous blessent, vous devez faire pousser une fleur pour sauter sur un champignon alors que sans la fleur vous sautez tout aussi haut sans monter sur le dit champignon, dans la fourmilière il pleut des œufs de fourmis qui éclatent en deux petits bébés fourmis … Je vous avoue que ce dernier point m’a assez étonné car très dérangeant pour un jeu Disney. Mais le pompon vient du passage sur l’eau ou, utilisant des feuilles comme radeau on doit éviter les attaques d’un moustique. Mais comme les feuilles coulent après un moment, il faut en atteindre une autre et cette saleté de moustique invincible vous fera rater la feuille suivante bien des fois. Et, chose assez triste, pas une seule fois le géant sera de la partie dans ce niveau ... Bref, il reste le plus beau morceau dans cette journée de folie à travers les âges : le prince et le pauvre et ce niveau va être plus que dur, soyez-en surs.


L’apothéose.

Si dans les niveau précédents on en bavait et surtout on remarquait certaines erreurs de logique comme le fait de ne jamais commencer un niveau à fond de vie mais bien avec le reste de vie du dernier niveau, ici, il y a carrément des pièges odieux, des bugs et des logiques absurdes. Par exemple, le garde avec son arbalète qui fait une animation pour charger sa flèche = bien, le garde qui tire de temps en temps 2 fois sans recharger = pas bien. Autre exemple, mettre une caisse à pousser juste au début du niveau, devant soi, pour atteindre un escalier cassé = bien, l’escalier un pixel trop haut pour être atteint = pas bien. En fait, il faut faire demi tour et revenir au début du niveau avec la caisse pour monter sur une plateforme qui vous permet d’atteindre un chandelier qu’il faut faire balancer assez longtemps pour atteindre le chandelier suivant et ainsi de suite jusqu’à l’escalier. Nul, chiant et totalement frustrant. Les ennemis qui vous attendent sagement sur la plateforme d’arrivée d’un saut = pas bien, les ennemis qui vous tirent dessus sans même être affichés à l’écran = pas bien … et il y a encore plein de petites choses comme ça qui vont vous énerver. Enfin, le boss ne sera pas compliqué à vaincre mais juste assez long. J’oubliais de parler du stage caché dans le jardin du géant qui mène au dessin animé de la fanfare coincée dans une tornade. Donc, pour résumer un peu tout ce que je voulais dire sur Mickey Mania, le jeu est super dur, bourré de pièges vicieux et je me demande encore comment les enfants pouvaient le terminer à l’époque. A croire que ce jeu a été développé par des anciens d’Infograme (et je crois que le Joueur du Grenier m’approuverait). C’est vrai qu’avec ses superbes graphismes, ses animations, sa bonne maniabilité et ses musiques tirées directement des dessins animés, on aurait pu croire à une merveille. Oui maaaiiiisss … pas tant que ça finalement.


C’est une purge … une belle purge mais une purge quand même.

Tout a été dit et vous aurez tous compris pourquoi je ne peux pas mettre une très bonne note à un jeu pareil. C’est à croire qu’il a été fait par des sadiques mais habillé pour attirer les plus petits dans leurs filets. Mickey Mania n’est pas un mauvais jeu mais la finition manque totalement de raffinement. Comme quoi, de beaux graphismes, même couplés à une bonne jouabilité, ne font pas tout.

Appréciation globale
5/10