15 avril 2013

PLAYSTATION 2 : King Of Fighters - Maximum Impact



King Of Fighters (KOF),  c’est un peu le papy des jeux de combat en 2D. D’abord apparu sur la vénérée NEO-GEO, ce cross-over mélangeait allègrement les personnages des jeux de combats (et quelques autres genres aussi) phares de la console et permettait de former des  équipes de 3 combattants. Depuis ce moment, chaque année un nouveau KOF apparaît sur toutes les consoles actuelles pour le plus grand plaisir des joueurs et quasi à chaque fois, on assiste à du grand art. Que ce soit du point de vue graphique ou intérêt, les KOF restent une référence du jeu de combat 2D. Et voici, contre toute attente, le premier King Of Fighters en 3D.





C’est dans les vieilles marmites …

… que l’on fait les meilleures soupes. Pourtant, cette fois, le pari est risqué de vouloir faire évoluer un jeu 2D vers la 3D. Bien des titres ont failli disparaître de nos horizons de gamers suite à un désastreux passage en 3D. Citons par exemple Earthworm Jim et Bubsy … qu’ils reposent en paix. Même la série des Mortal Kombat a failli s’arrêter suite au risible Mortal kombat 4 en 3D (heureusement, elle a tenu bon). Tout ceci pour vous expliquer l’importance de garder le bon esprit du jeu original dans une conversion. Et, joie immense, ce fut le cas ici! KOF – Maximum Impact nous gratifie d’une 3D assez réussie (on n’est pas au niveau d’un Soul Calibur 3 ou d’un Dead Or Alive  mais c’est pas mal), de décors sympathiques (qui auraient mérité un peu plus de travail quand même) et surtout d’effets spéciaux bien impressionnants. Pourtant, l’aspect le plus important d’un jeu de combat ne réside pas seulement dans les graphismes (même si ça aide beaucoup) mais dans la jouabilité. Et heureusement, KOF – Maximum Impact a su garder l’excellente jouabilité 2D de ses prédécesseurs tout en l’adaptant légèrement pour les mouvements en profondeur. Rien que ces quelques points de réussite pourraient suffire à notre bonheur. Mais en bon fan de KOF et surtout des jeux de combat en général, il nous en faut plus.


 

 

 

 

 



Les places sont chères.

Et  par exemple, un KOF ne serait pas un KOF sans ses figures emblématiques et surtout un nombre respectable de personnage (ce point est très important pour la suite).  Dans notre cas, nous avons accès à un peu plus d’une vingtaine de personnages dont certains des plus connus (Terry Bogard, Ryo et Yuri Sazkazaki, Kyo Kusanagi  et j’en passe et des meilleurs), ce nombre est certes plus restreint que ses ainés mais reste suffisant. Mais le plus grand changement est au niveau du mode histoire : non seulement on suit (plus ou moins) les déboires des deux frères Melba (Soiree et Alba) qui veulent défendre leur ville d’un gang mais surtout, fini les équipes de 3 combattants. La trame principale se joue en suivant véritablement son personnage au sein du tournoi (motivations, etc ...) entrainé de combats en combats par un « animateur ». Sympathique idée au demeurant car  on a enfin un fil conducteur un peu plus solide que dans les précédents opus même si cela reste très basique. Enfin, on ne va pas s’en plaindre.


 

 

 

 

 



Move your body.

Arrive ensuite la question de l’animation des personnages. Si les versions 2D ont toujours été très réussies, la version 3D est juste correcte. Les personnages sont un peu rigides mais cela ne nuit en rien à l’esthétisme général. Les  coups spéciaux sortent relativement bien ainsi que  les super attaques qui utilisent entre une et trois barres de super. Les habitués retrouveront vite leurs marques. En parlant de coups spéciaux, les effets visuels pour ceux-ci ont été véritablement soignés pour en mettre plein la vue. Les musiques et bruitages sont sympathiques sans réellement vouloir se démarquer, correct donc, sans plus. Les voix par contre … tout passer en anglais n’était vraiment pas le meilleur choix que ce soit au niveau des intonations/émotions ou de faire correspondre la voix avec le type de personnage. Je ne peux terminer ce test sans parler de tous les petits plus comme les épreuves et autres missions qui permettent de débloquer des personnages (pour atteindre un total de 24), costumes, histoires et autres bonus. Ces missions permettent de rallonger la durée de vie du jeu sans que ce soit trop rébarbatif. Petit plus pour cette version Playstation 2, le jeu est fourni en édition collector avec un DVD contenant le making-of et diverses interviews ainsi qu’un petit livret contenant diverses informations dont le détail des coups spéciaux des combattants.


 

 

 

 



 

Peut mieux faire.

King of Fighters – Maximum Impact réussi son pari de transposer la célèbre série des KOF en 3D et s’en sort avec les honneurs. Très rythmé et vraiment bien réalisé, il ne fera surement pas l’unanimité des aficionados de la série (fin du combat en équipe, 3D, …) mais vaut vraiment le coup d’œil. Si on n’atteint pas la qualité d’un Tekken 5 ou d’un Dead Or Alive 2, King of Fighters – Maximum Impact n’en reste pas moins un très bon jeu qui mérite à être connu à défaut d’être un très grand jeu par tous reconnu.
 

Appréciation globale
7/10