7 mars 2019

PLAYSTATION 4 : Horizon Zero Dawn

Cela fait longtemps que je n’avais écrit une critique. Et rien n’est mieux dans ce cas de parler d’un jeu qui vous a plu. Donc je vais vous parler de ma découverte d’Horizon Zero Dawn, un jeu en monde ouvert (ce que je n’aime pas trop) mélangeant chasseurs avec un arc et machines tueuses (là ça me parle beaucoup plus). Et vous me connaissez, je n’aime pas me fier uniquement aux bonnes critiques. J’aime me faire mes propres avis eeeeeettt il a été bon également.



L’aube de l’humanité, version 2.0

Aloy, une petite orpheline, est un paria. Elle vit à l’écart de la tribu des Nora avec Rost, un autre paria, dans un monde encore jeune que l’homme partage avec les machines. Un jour elle découvre un focus, petit appareil qui lui permet de voir les machines sous un autre jour et de voir des bribes du passé de l’humanité. Mais avant tout, c’est sa propre origine qui intéresse Aloy et pour y avoir accès, elle devra participer à l’Eclosion. Gagner cette course annulera son statut de paria et lui accordera un souhait : connaître son histoire. Elle va s’entrainer sans relâche pendant des années pour y arriver, devenant une guerrière aguerrie et une puissante chasseresse de machines. Mais alors que ses rêves sont sur le point d’être exaucés, les jeunes Noras se font attaquer par des assassins inconnus. L’Eclosion n’était qu’une mise en bouche et la plus grande épreuve d’Aloy est sur le point de commencer.


Le mélange des univers.

Le point fort d’Horizon Zero Dawn est avant tout dans son univers. Ce monde plein de verdure que l’on devine directement comme post-apocalyptique est incroyable avec ses tribus, ses animaux mais bien sûr tout ce bestiaire de machines. Le contraste entre ces deux univers fonctionne super bien. Et l’utilisation du focus donne un éventail de possibilité assez génial. Entre le pistage, la vue du chemin des machines ou de leurs points faibles, l’examen de quasi toute choses dans ce monde, le contact à distance … c’est l’outil parfait. Mais c’est surtout l’aide qu’il nous apporte pour examiner les ruines et découvrir l’histoire de ses anciens occupants ainsi que celle de l’apocalypse de l’ancien monde. Et l’histoire en soi est aussi un gros point positif. Que ce soient les personnages ou les aventures, le tout est très bien mené avec un paquet d’événements annexes pour rendre le monde d’Horizon encore plus profond. Et même si certains personnages ou passages sont nettement plus faibles, dans l’ensemble tout fonctionne bien. Et j’ai fortement apprécié que certaines mission annexes aient une influence sur le déroulement de l’histoire ou le contenu des cinématiques.


La technique n’est pas en reste.

Visuellement, Horizon Zero Dawn n’est pas en reste. Du début à la fin, les graphismes sont magnifiques. Les décors sont superbes et vraiment très détaillés. Les machines sont impressionnantes autant dans leur design que dans leur palette de mouvements et d’attaques. Les autres PNJ sont également très beaux et bien animés. C’est un vrai plaisir de parcourir ce monde, de rencontrer les autochtones et de combattre de nouveaux ennemis. Et le point qu’il m’a vraiment fait apprécier Horizon Zero Dawn, c’est son gameplay ou plutôt toutes les possibilités qui en découlent, principalement lors des phases de combat. La richesse du gameplay couplé à la gamme de possibilités qui sont attachée à chaque ennemi vous autorise énormément de libertés. Pour prendre un exemple simple, allez-vous attacher un ennemi au sol pour le pirater et s’en servir contre les autres ennemis ? Ou voulez-vous l’éviter en mode infiltration en examinant sa piste pour l’éviter. Ou alors aller à la confrontation et même là, de quelle façon ? Geler l’ennemi pour augmenter les dégâts, l’incendier pour des dégâts plus long terme, placer un piège au sol, détruire ses armes ou armures pour réduire le danger, viser les points faibles repérés avec votre focus, arracher des morceaux rares à récupérer, y aller à l’arc à distance ou à la lance au corps à corps … L’éventail de possibilités est vraiment énorme et je n’ai même pas donné toutes les possibilités. Et cela est encore sans compter les différentes armes et les armures ainsi que leurs spécificités, le crafting, l’inventaire, …


Une aventure conséquente.

Comme je l’ai déjà dit, je n’aime pas vraiment les jeux en monde ouvert car j’ai toujours l’impression qu’on remplace une bonne histoire bien racontée par un monde énorme plein de petites histoires mais aux enjeux principaux moins bien mis en place. Et ici je suis assez content car Horizon n’est pas trop long, même en allant allègrement se promener à la découverte du monde qui n’est pas tellement grand non plus mais bien suffisant. Du coup, j’ai pu m’impliquer beaucoup plus que je ne me l’imaginais au départ. Finalement, le seul point négatif que je pourrais trouver à horizon est un point de détail de l’histoire (le signal parasite, pour ceux qui connaissent) qui n’est pas expliqué et laisse donc ouverte une question essentielle. Hormis cela, j’ai vraiment pris énormément de plaisir à me promener dans le monde d’Horizon, de comprendre son histoire et de participer à sa vie. Je me suis même surpris à continuer à jouer après la fin du jeu pour finir quelques quêtes alors que vraiment ce n’est pas dans mes habitudes. C’était une très bonne pioche et j’espère qu’il y aura une suite au vu de la fin semi-ouverte.


A quand la suite ?

Je ne peux que vous conseiller Horizon Zero Dawn. Ce monde post-apocalyptique mélangeant allègrement la SF et le médiéval-fantastique est un régal pour les yeux et est un pur bonheur à parcourir. Franchement, plongez-y directement si vous en avez la possibilité.


Appréciation globale
9/10





Aucun commentaire:

Publier un commentaire