26 janvier 2018

PLAYSTATION 3 : Alien VS Predator

On a beau dire mais ces deux monstres sacrés du cinéma que sont les Aliens et les Predators ont toujours la cote. Et pour avoir pu jouer avec énormément de bonheur aux deux premiers jeux vidéo AVP sur PC à l’époque, j’étais curieux de voir ce que celui-ci sur Playstation 3 pouvait donner.


Marines de l’espace, métier à risque.

Comme dans les premiers jeux de cette licence, il y a 3 mode histoire dans ce AVP. On prend ainsi le rôle d’un marine de l’espace dont l’équipe répond à un appel au secours lancé par des explorateurs de la compagnie Wayland. Bien sûr, des hordes de xénomorphes sont sur place mais pas seulement vu qu’une pyramide predator est cachée sur la planète. Et comme de bien entendu, ceux-ci sont un peu frileux à l’idée que les humains viennent fouiller dans leurs petites affaires. Le xénomorphe, quant à lui, va devoir s’échapper d’un laboratoire. Il lui faudra sortir du complexe en faisant en sorte qu’un maximum d’humain et même de predator fassent connaissance avec les facehugger. Le predator va quant à lui faire la preuve de ses talents de chasseur. Entre la casse aux xenomorphes et aux humains, il lui faudra rechercher  des reliques et protéger les secrets enfouis dans la pyramide. Quel programme mes amis …


Il y a quoi dans cet œuf ?

3 races et 3 manières de jouer le jeu. C’est aussi pour cela que j’aime cette franchise qui propose à chaque fois 3 types de gameplay complètement différents. Commençons par le marine de l’espace. Celui-ci utilise les accessoires classiques que sont la lampe-torche et surtout le détecteur de mouvement. Ce dernier est, il me semble, moins pratique que dans mes souvenirs. J’ai surtout l’impression qu’il est moins précis. La lampe-torche également me semble trop peu puissante pour être réellement efficace en zone sombre. Hormis cela, les armes classiques du marine sont présentes avec un pistolet, la fameuse mitrailleuse, le sniper, le fusil à impulsion à visée automatique … On peut mettre çà et là des torches sur le sol (qu’on n’utilise presque pas finalement). Si la partie du marine est fun, elle manque nettement d’anxiogène. Le jeu semble trop propre et même si certains aspects du jeu ou des niveaux sont soignés, j’ai une impression de « pas fini ». Le xénomorphe, quant à lui, est bien plus agressif. Rapide, pouvant se cacher facilement et pouvant exécuter en un coup ses adversaires, il est plus amusant à jouer jusqu’à un certain point. Il faut vraiment s’habituer à avoir la tête en bas et à marcher sur les murs, provoquant une gêne visuelle difficile à appréhender au début. Par la suite, les choses s’arrangent mais il y a quand même des points gênants.


Pas de repos pour les braves.

Un de ces points, par exemple, est que la gestion des sauts de l’alien est assez catastrophique. En sautant on s’accroche (ou pas) aux murs et sauter d’un mur vers un ennemi est une vraie galère. Définitivement, les sauts sont le gros point faible de l’alien. Aussi, un autre reproche que je lui ferais vient des exécutions et inséminations par les facehunger. Attention que ce reproche vaut aussi pour le predator car une fois l’exécution lancée, vous êtes totalement vulnérable et c’est parfois fatal. A la limite, que l’exécution s’arrête mais pas qu’elle continue doucement alors qu’on se fait plomber de toutes part. Dernier reproche, l’IA des marines est franchement à la ramasse contre les aliens. On est sur le mur devant eux et ils passent comme si on était pas là. On me dira « tu étais dans l’ombre » mais même pas. C’est au point que j’ai arrêté à un moment de détruire les sources de lumière tant elles ont peu d’effet. Et enfin il nous reste le predator. Cet énorme chasseur qui n’a peur de rien est finalement le plus intéressant à jouer avec ses capacités spéciales et tout son arsenal. L’invisibilité qui ne fonctionne pas toujours si l’ennemi est trop proche, son canon d’épaule, le disque, les bombes ou sa lance sont très funs à utiliser. Le predator a également des sauts déments qui fonctionnent moyennement. Il faut vraiment viser exactement le point où vous voulez atterrir, pas un peu plus haut que le niveau du sol ou pas trop bas non plus. C’est énervant car du coup on se retrouve parfois à essayer de sauter dans l’urgence et finalement on reste sur place et on se fait pourrir.


Dans l’espace, nul ne vous entendra crier.

D’un point de vue technique, j’ai assez apprécié ce qu’AVP me proposait. Des décors vastes, plutôt cohérents avec l’esthétique des films et avec un level design relativement convaincant. On reprochera qu’il n’y a pas assez de niveaux différents car les 3 histoires finalement reviennent dans les même environnements constamment. C'est pourtant logique vu que les 3 histoires se passent en parallèle. Malheureusement, je trouve quand même regrettable les quelques petites erreurs de gameplay que j'ai pu citer précédemment. Et un autre point, je trouve le jeu relativement joli mais parfois en général la qualité visuelle peut être très inégale. Avec le soin qui a été apporté sur les 3 races,  l'histoire et la bande son bien foutue, il semble quand que la technique n'est pas des plus soignée. Un dernier petit reproche tourne autour des musiques qui démarrent parfois n'importe comment avec une musique d'action alors qu'il n'y a rien à faire.


On repart à la chasse.

Finalement, cet Alien versus Predator est un jeu fort sympathique et qui respecte bien la licence. Surement pas le meilleur, il a le mérite de bien faire ce qu'il voulait présenter et les quelques soucis de gameplay lui seront souvent pardonnés.


Appréciation globale
7/10